Vous êtes ici : Le groupe nominal » Le déterminant, le nom et l’adjectif » Le nom
13. Le pluriel des noms propres ou d’emprunt

1. Noms propres

Les noms propres ne prennent pas de marque de pluriel :

les Martin
les Bach Bachin säveltäjäsuku
les deux Corée
les deux Allemagne

Bon à savoir pour les apprenants de FLE...

Les usagers de la langue oublient souvent cette règle simple (par ignorance ou par inadvertance) et on trouve par exemple de nombreuses occurrences de Les deux Corées sur Internet et même dans la presse écrite. L’apprenant FLE ne doit donc pas s’en étonner.

2. Mots d’emprunt

De nombreux mots ont deux pluriels, l’un est « pluriel savant » qui reprend le pluriel de la langue d’ori­gine, l’autre un pluriel en s conforme à la règle normale du français. Certains mots avaient donc des for­mes étrangères ou deux formes différentes :

un lied → des lieder ou des lieds
un scotch → des scotches
un gentleman → des gentlemen
un match → des matchs ou des matches
un box → des boxes
un maximum → des maximums ou des maxima
un tempo tempo→ des tempi ou des tempos
un codex → des codices ou des codex

Les recommandations orthographiques de 1990 ont simplifié la situation et stipulent que « les mots em­prun­tés à d’autres langues, y compris le latin, suivent la règle générale du singulier et du pluriel des mots français » (voir p. 585 §7) :

des lieds, des scotchs, des gentlemans
des matchs, des box, des maximums
des tempos, des codex

La règle vaut aussi pour des noms qui étaient des pluriels dans la langue d’origine : un errata, des erratas, etc.