Vous êtes ici : Le groupe nominal » L’article » L’article indéfini
46. L’article indéfini massif

1. L’article massif, entité monobloc

Étymologiquement, l’article indéfini massif est formé de la préposition de et de l’article défini. Le groupe de + le est devenu du, mais de + la ne s’est pas amalgamé et est resté de la (voir le tableau des formes p. 47). Cependant, en français moderne, quand ils sont employés comme article, les mots du, de la, de l’ for­ment chacun un groupe complet, dans lequel de n’est plus une préposition, mais un simple élément de construction de l’article. On voit que de n’est plus une préposition dans le fait que l’article indéfini massif peut s’utiliser après une véritable préposition : pour de l’argent, avec du beurre, dans de la boue etc. Voir ce­pen­dant p. 56 §4.

Dans le groupe prépositionnel avec du beurre, il y a donc simplement une préposition (avec), un dé­ter­mi­nant (du) et un nom (beurre), c’est-à-dire un groupe prépositionnel normal sur le modèle préposition + déterminant + nom :

prépositiondéterminantnom
aveclebeurre
aveccebeurre
avecdubeurre
aveclachance
aveccettechance
avecde lachance

2. Important !

Les formes du, de la, de l’ de l’article indéfini massif doivent être considérés comme des entités auto­no­mes dont les éléments sont indissociables. L’erreur à éviter, et que commettent certains manuels scolaires finlandais, est de considérer que l’article massif de la est la combinaison de la préposition de et de l’article défini la. Prétendre cela est historiquement et étymologiquement tout à fait justifié, mais pour le fonc­tionnement du français moderne (et surtout pour l’enseignement du français aux finnophones), c’est un non-sens. Il n’y a pas d’article défini dans un article indéfini. La méconnaissance de cette réalité entraine de graves confusions dans l’identification des formes de l’article devant complément d’objet direct d’une phrase négative (voir p. 49).

3. Pas de pluriel au massif

Le massif (non comptable) n’a pas de pluriel, puisque, précisément, le mode de représentation comptable envisage le référent du nom comme une « masse » continue, et non pas comme des entités discrètes (il existe cependant des nom utilisés au pluriel mais avec un sens massif, voir p. 58 §3). Les formes des pains / des vins / des bières / des homards sont les formes plurielles comptables. La forme des est le pluriel de l’article indéfini (utilisée devant des noms représentés comme comptables). La tradition finlandaise la nom­me « partitif pluriel ». Cette appellation est doublement à rejeter :

Il n’y a donc pas en français de « partitif pluriel » équivalent au monikon partitiivi finnois. En effet, on ne peut représenter comme massifs que des noms dont le sens le permet (voir cependant p. 58 §3) :

Il a acheté du pain. Hän osti leipää
mais pas :
? Il a acheté de la télévision. *Hän osti televisiota

Le monikon partitiivi du finnois est une forme trompeuse, parce qu’elle n’est pas forcément le pluriel d’un yksikön partitiivi :

Pöydällä on kukkia. Singulier : Pöydällä on kukka et non pas *Pöydällä on kukkaa.
Hän osti isoja leipiä. Singulier : Hän osti ison leivän et non pas *Hän osti isoa leipää.

4. À retenir