Vous êtes ici : Le groupe nominal » L’article » L’article indéfini
49. L’article indéfini devant COD d’une phrase négative

1. Règle générale

Quand l’article indéfini (singulier, pluriel et massif) détermine un groupe nominal qui est complément d’objet direct (COD) d’un verbe à la forme négative, il prend généralement la forme de :

J’ai une voiture. vs Je n’ai pas encore de voiture.
J’ai remarqué des fautes. vs Je n’ai pas remarqué de fautes.
Il n’a pas donné de coup de téléphone hier. Hän ei soittanut eilen.

Plus d’exemples…

Nous n’avons pas appris de mots nouveaux.
Pour une fois, il ne m’a pas offert de cravate.
Je n’ai pas oublié de nom ? Enhän ole unohtanut ketään (kenenkään nimeä)?
Aujourd’hui, je n’ai pas eu besoin de prendre de médicaments.
Mon frère a une télévision 4K, mais il n’a pas de lecteur Blu-ray 4K.
Les Français ne boivent jamais de lait aux repas.
Il n’a plus d’argent.
La municipalité ne veut plus accorder de crédits pour l’entretien des aires de jeux. Kunta ei halua enää antaa määrärahoja leikkipuistojen hoitoon.
Ne fais pas de bruit.
Ne raconte pas d’histoires ! Älä puhu palturia! (p. 212

Remarque : comme dans le cas de la transformation de l’article indéfini pluriel des en de devant adjectif antéposé (p. 48), il est essentiel de comprendre que de est dans ce cas tout simplement une forme de l’article in­dé­fini (un allomorphe), pas une préposition :

J’ai un chien / je n’ai pas de chien.
Il mange de la saucisse / il ne mange pas de saucisse.

Dans les manuels finlandais...

Certains manuels scolaires finlandais expliquent une transformation telle que il mange de la saucisseil ne mange pas de saucisse en disant que dans la phrase négative, « l’article défini tombe (« jää pois »). Or dans il mange de la saucisse, il n’y a pas d’article défini, puisque l’article massif de la forme un groupe autonome soudé indécomposable (voir p. 46). Comme il n’y a pas d’article défini dans du ou de la, cet article défini peut difficilement disparaitre. On voit com­bien il est important de bien savoir reconnaitre et analyser les formes et de comprendre que l’article massif forme un seul ensemble, et que de peut re­pré­sen­ter plusieurs constituants du discours différents.

2. Cas divers

La règle de la transformation de l’article indéfini en de concerne aussi la locution verbale il y a + nom  (dans laquelle le nom est en fonction de complément d’objet direct) :

Aujourd’hui, nous avons eu de la chance, il n’y avait pas d’embouteillages.
Au supermarché, j’ai trouvé des pommes, mais pas de poires. Il n’y avait pas non plus de courgettes.
Il n’y a plus d’espoir.

La règle s’applique aussi dans les phrases négatives dont le second élément négatif est un pronom indéfini comme personne ; dans certaines expressions, l’objet direct peut être antéposé au verbe infinitif dont il dé­pend :

Si personne n’a d’objections ni de questions supplémentaires, nous pouvons continuer.
Je pense que personne n’a de choses intéressantes à dire sur ce sujet.
Le chef d’État affirme que la France n’a de leçons à recevoir de personne.
Nous n’avons de comptes à rendre à personne.

Pas de chance !…

La négation pas de (ou plus de) peut s’employer comme formule elliptique (sans verbe). Dans ce cas aussi, l’article se met à la forme de :

Il allume : pas de courant !
Ce matin, je sors et qu’est-ce que je vois ? Pas de journal !
Comment va ton frère ? – Pas de nouvelles !
Au marché, j’ai trouvé du fromage, mais pas de crème.
Si j’avais réservé un jour plus tôt, j’aurais pu avoir le billet de train moitié moins cher. Pas de chance !…

3. Sans + infinitif

La règle s’applique aussi après quand le GN est le COD d’un verbe à l’infinitif dépendant de la pré­po­si­tion sans, qui a un sens négatif :

Il est sorti sans prendre de parapluie.
Il a accepté sans se poser de questions.
Sors sans faire de bruit.
Tu ne peux pas faire un soufflé sans utiliser de farine. Et voi tehdä kohokasta käyttämättä jauhoja.

Remarque : cependant, contrairement au finnois, les adverbes à sens « négatif » comme rarement n’entrainent pas de transformation de l’article indéfini en de, voir p. 119.

Chute de l’article après ni… ni…

Après la négation ni… ni…, donc quand ni est répété (une ou plusieurs fois) sans que soit exprimé un ad­verbe comme pas ou plus, l’article indéfini (comptable et massif) tombe complètement. Comparer :

J’ai une perceuse et aussi une meuleuse. Minulla on sekä porakone että kulmahiomakone.
Je n’ai ni perceuse ni meuleuse.
Dans cette sauce, on met et du poivre et du piment. [et…et… = sekä …että…] Siihen kastikkeeseen lisätään sekä pippuria että chiliä.
Dans cette sauce, on ne met ni poivre ni piment.

Le motard n’avait ni permis ni assurance ni casque. Motoristilla ei ollut ajokorttia eikä vakuutusta eikä kypärää.
Dans bien des communes, l’adversaire battu n’a souvent ni secrétariat, ni moyens, ni accès au journal municipal.

Mais quand ni est employé seul après un premier objet négatif (après ne …pas, ne … plus etc.), on applique la règle normale et l’article à la forme de est maintenu :

Je n’ai pas encore de perceuse ni de meuleuse.
Il ne mangeait pas de poivron ni de concombre.

À retenir

La transformation de un /des en de ne concerne que les cas où l’article détermine un objet di­rect, elle ne concerne pas le cas où l’article indéfini détermine un attribut du sujet (finnois pre­di­ka­tii­vi) :

C’est une bonne solution. vs Ce n’est pas une bonne solution.
Ces fleurs sont des sylvies. Nämä kukat ovat valkovuokkoja. vs
Ces fleurs ne sont pas des perce-neiges. Nämä kukat eivät ole lumikelloja.

C’est également le cas en finnois, voir p. 61.