Vous êtes ici : Le groupe nominal » L’article » L’article indéfini
51. L’article dans une phrase négative : négation partielle

1. Exceptions à la transformation en de

La règle de la transformation de l’article indéfini devant objet direct (p. 49) ou sujet réel d’un verbe (p. 50) d’une phrase négative ne s’applique cependant pas systématiquement. L’article indéfini peut conserver sa forme normale dans les cas qui sont présentés ci-dessous.

2. Négation totale vs négation partielle

L’article indéfini devant COD d’une phrase négative devient de quand la négation est totale. Exemple : le locuteur devait acheter des pommes et ne l’a pas fait, il dit :

Je n’ai pas acheté de pommes.

Donc il est revenu sans les pommes prévues, l’objet du verbe est « nié » complètement (objet = « zéro, rien »). De même, dans la phrase suivante, on dit que la police n’a rien trouvé qui puisse servir à accuser le suspect (objet = « zéro, rien » ) :

La police n’a pas pu trouver de preuves contre le suspect. Poliisi ei löytänyt todisteita epäiltyä vastaan.

Mais la négation peut aussi être partielle : le verbe peut avoir un objet, mais cet objet est différent de celui prévu ou supposé. Dans ce cas, l’article reste généralement à la forme normale des/du/de la/de. Dans la phrase suivante, la personne a bien acheté quelque chose, mais ce ne sont pas des pommes. Ce qui est nié est la nature (laji, tyyppi) de l’objet, et non pas l’objet tout entier :

Je n’ai pas acheté des pommes, j’ai acheté des cerises.

Remarque : la forme de peut aussi être la forme de l’article indéfini pluriel devant adjectif antéposé. Comme c’est la même forme que l’article indéfini devant objet direct d’une phrase négative, on ne voit pas de différence :

On a découvert de nouvelles exoplanètes.
de = article indéfini pluriel devant l’adjectif antéposé nouvelles
On n’a pas découvert de nouvelles exoplanètes.
de = article indéfini devant objet direct d’un verbe à la forme négative

3. Reprise d’une phrase négative sous forme affirmative

Ainsi, quand on reprend une phrase négative sous forme affirmative, pour traduire l’idée du finnois vaan, on conserve le plus souvent la forme normale de l’article. Le mot vaan n’a pas d’équivalent exact en fran­çais. On exprime l’idée de vaan en reprenant à la forme affirmative la phrase qui était à la forme né­ga­ti­ve :

Cette année il ne m’a pas offert une cravate, il m’a offert une chemise.
Il ne boit pas du vin, il boit du cidre.
Finalement, on n’a pas acheté des skis, on a acheté un snowboard.

Dans un tel cas, la négation peut être implicite, c’est-à-dire qu’on ne précise pas toujours le « vrai » objet après la phrase négative. Dans la phrase suivante, le simple fait de conserver l’article à sa forme normale indique qu’on a acheté quel­que chose d’autre à la place des pommes, autrement dit cette forme implique un présupposé (voir p. 59) :

Je n’ai pas acheté des pommes.

4. La négation porte sur un autre élément que le COD

La négation peut aussi être partielle en ce sens qu’elle ne porte pas sur l’objet direct du verbe, mais sur un autre élément de la phrase, par exemple sur l’adjectif qui caractérise l’objet (et non pas sur tout l’objet) :

Il ne faut pas y accorder une grande importance. [On peut y accorder de l’importance, mais pas trop.]
Il n’a pas obtenu des résultats vraiment intéressants [Il a bien obtenu des résultats, mais qui ne sont pas intéressants.]
La police n’a pas trouvé des preuves décisives contre le suspect. Poliisi ei löytänyt ratkaisevia todisteita epäiltyä vastaan. [La police a donc trouvé des preuves, mais elles n’étaient pas décisives.]
Nos voisins n’ont pas un petit voilier, ils ont un catamaran de 15 m !

C’est également le cas quand la négation porte sur un adverbe ou un complément cir­cons­tan­ciel de temps, comme souvent, toujours, ou de manière etc. Ces éléments sont indiqués en italiques dans les exemples suivants :

Demain nous n’irons pas faire du ski.
Avec le temps qu’il a fait cet hiver, on n’a pas souvent fait du patinage sur le lac.
Autrefois, les gens ne mangeait pas de la viande tous les jours.

Plus d’exemples…

Cette année, on n’est pas allés acheter du vin chez le producteur. ou :
Cette année, on n’est pas allés acheter du vin chez le producteur. [mais ailleurs]
Les chercheurs n’ont pas obtenu des résultats immédiatement.
Adecco ne pourra pas vous proposer des missions avant votre arrivée en France.
Vous ne pourrez pas fabriquer du fromage avec des moyens aussi dérisoires.
La séparation des déchets de verre est importante car on ne peut pas produire du verre incolore à partir d’un verre coloré.
Les Français ne boivent plus aussi souvent du vin aux repas qu’il y a encore vingt ans.

Autre exemple de ce type : dans la première des deux phrases suivantes, l’article des est devenu de (né­ga­tion totale), mais dans la deuxième, il ne change pas. En effet, la deuxième phrase signifie « Il m’arrive d’ou­blier des choses, mais pas un visage ». Le locuteur oublie donc certaines choses, mais pas tout (né­ga­tion partielle) :

Je n’ai pas oublié de noms ? Muistinko sanoa kaikkien nimet ?
Je n’oublie jamais un visage. En unohda koskaan jonkun kasvoja.

Cas de ni répété...

Dans la construction ni… ni …, on peut conserver l’article indéfini devant le COD (normalement il est sup­pri­mé, voir p. 83), pour sous-entendre que le verbe a bien un objet, mais qu’il est différent de celui pré­vu ou supposé. Comparer :

Je n’ai acheté ni perceuse ni ponceuse. En ostanut porakonetta enkä hiomakonetta.
[= Je n’ai rien acheté du tout.]
Je n’ai acheté ni une perceuse ni une ponceuse mais quelque chose d’autre.
Je n’ai bu ni du vin ni de la bière mais quelque chose d’autre. (Voir p. 59)

5. Affirmation cachée en négation

L’article indéfini conserve aussi sa forme normale si la négation cache une affirmation déguisée ou at­té­nuée, notamment dans les questions polies (p. 532 §4) ou dans l’interrogation indirecte :

Une association locale me demande si je ne pourrais pas leur fournir des tee-shirts avec leur logo.
Tu ne pourrais pas me prêter un sac de couchage pour les vacances ?
Vous n’auriez pas de la monnaie ? 

Plus d’exemples…

On peut se demander si cette déclaration n’a pas donné des idées à des apprentis terroristes, à moins que ce ne soit les films d’Hollywood.
J’ai vu que plusieurs stagiaires prenaient des notes. N’est-ce pas de leur part une posture de réception passive ? Et dès lors ne faudrait-il pas leur fournir des notes ?
Tu ne voudrais pas aller faire une balade ?
Pardon Monsieur, vous n’auriez pas du feu ?

Dans toutes ces phrases, le verbe correspond en fait à un verbe affirmatif (si je pouvais leur fournir / a sans doute donné des idées / il faudrait fournir des notes / vous avez du feu etc.).