Vous êtes ici : Le groupe nominal » L’article » L’article indéfini
57. Partitif et partitiivi

1. Le partitif en finnois

L’une des plus grandes difficultés de l’apprentissage de l’article français par les finnophones est le fait qu’il existe en finnois un cas nommé partitiivi, dont le nom est pratiquement identique au terme français de partitif utilisé traditionnellement dans les grammaires. Cette ressemblance entraine d’innombrables con­fu­sions et erreurs d’interprétation. Pourtant, le « partitif » français n’a rien de commun avec le partitiivi fin­nois :

2. Le partitif marqueur d'aspect verbal

Quand il sert de désinence casuelle à un nom objet direct d’un verbe, le partitiivi finnois sert à apporter des informations sur la manière dont l’action verbale est envisagée. Il est dans ce cas en concurrence avec les autres cas de l’objet (accusatif-génitif et forme zéro). Il ne sert pas en priorité à exprimer l’idée de dé­fi­ni ou d’indéfini. Quand il sert de désinence casuelle à un nom objet direct ou sujet d’un verbe, le partitiivi peut ac­ces­soi­rement exprimer une quantité indéfinie (un sens équi­va­lent à l’article indéfini pluriel français) dans deux cas uniquement  :

  1. quand le nom est objet direct d’un verbe perfectif à la forme affirmative : hän osti kirjoja (qui s’op­po­se à hän osti kirjat) ;
  2. quand le nom est sujet d’un verbe de forme impersonnelle à la forme affirmative : pöydällä oli kukkia ou museosta tuli ihmisiä. Et dans ce dernier cas, l’opposition ne repose pas uniquement sur la désinence (pääte), car c’est aussi toute la structure de la phrase qui est différente. Comparer :

Pöydällä oli kukkia. / Kukat olivat pöydällä.
Museosta tuli ihmisiä. / Ihmiset tulivat museosta
.

Dans les autres cas, le partitiivi exprime d’abord et avant tout l’aspect, et l’idée de quantité indéfinie est effacée (voir aussi « Ne pas se laisser influencer par le finnois » p. 71) :

Kauppias odottaa asiakkaita. → Le commerçant attend les clients /  des clients. 

3. Le partitif n’exprime pas une partie

Contrairement à ce qu’écrivent certains manuels finlandais, le partitiivi finnois n’exprime pas une « partie » de quelque chose. Sa fonction est aspectuelle :

Kauppias odottaa asiakasta. → Le commerçant attend le client / un client.

Dans cette phrase, le partitiivi est la marque d’une action verbale non achevée (imperfective ou ir­ré­sul­tative). Le commerçant attend, évidemment, un client entier, et non pas des parties du client. Il peut s’agir d’un client défini ou indéfini, ce qui peut être marqué en français par le choix de l’article. En finnois, cette distinction est effacée par la force du sens imperfectif du verbe : le partitiivi est la seule forme possible.

4. Dans les phrases négatives

En finnois, dans les phrases négatives, l’objet du verbe se met pratiquement toujours au partitiivi. Un tel phénomène n’existe pas en français. Quand le partitiivi s’utilise dans une phrase négative, il ne peut pas à lui tout seul exprimer l’idée d’indéfini :

Kauppias ei nähnyt asiakkaita. → Le commerçant n’a pas vu les clients / de clients.

Dans de clients, le mot de est la forme du pluriel de l’article indéfini comptable dans une phrase négative (p. 49) et non pas un « partitif » qui n’existe pas en français.

5. Massif et aspect verbal

Le partitiivi finnois peut aussi exprimer l’idée de massivité : hän juo vettä (il boit de l’eau), hän syö leipää (il mange du pain). Mais il faut faire attention, car il peut aussi exprimer dans ce cas-là l’aspect verbal :

Hän joi kahvia nukkumaan menoon saakka. → Il buvait le /du café en attendant d’aller se coucher.

Il y a donc parfois des partitiivi qui expriment le massif (kattilassa on puuroa dans la casserole, il y a du gruau), mais le plus souvent les partitiivi n’expriment pas le massif (odotan bussia j’attends le bus, le partitiivi exprime l’imperfectif).

Lire les explications extrêmement détaillées concernant l’aspect verbal dans Iso Suomen Kielioppi à propos des classes de noms (sémantique, ISK §554-559), de l’objet (actance, syntaxe, ISK §931-942), des cas (morphologie ISK §1229-1234) et de l’aspect (ISK 1498-1518). Voir également EGFF p. 54-68.

6. Savoir identifier la construction du verbe

Dans le cas de certains verbes, il n’est pas toujours facile de reconnaitre la construction. Quelle est la valeur du mot du dans la phrase suivante :

Avez-vous déjà gouté du vin que je vous ai servi ?
Joko maistoitte sitä viiniä, jota tarjosin teille? 

Ici, il s’agit en fait d’une construction littéraire du verbe gouter avec la préposition de, gouter de quelque chose « maistella » : du est la forme contracte de de et de l’article défini, et non pas du article indéfini massif.