Vous êtes ici : Le groupe nominal » L’article » L’article indéfini
58. Comptable ou massif ?

1. Représentation comptable et représentation massive

Il faut avant tout noter que les noms ou les objets qu’ils désignent ne sont pas en eux-mêmes comp­tables ou massifs, ni uniquement comptables ou uniquement massifs. C’est seulement le mode de repré­sentation qui peut varier entre le comptable et le massif.

En général, la plupart des objets du monde sont représentés comme comptables plutôt que comme mas­sifs, en français comme en finnois. En effet, de nombreux objets ne peuvent (nor­ma­le­ment) pas être re­pré­sen­tés comme des masses continues. On dit dif­fi­ci­le­ment :

? Je veux du train.
? Je cherche de la voiture.
? Il donne de l’exemple.
? J’ai acheté de la télévision. etc.

C’est la même chose en finnois. Les phrases :

? Ostin televisiota.
? Pöydällä on kirjaa.

sont étranges parce que televisio ou kirja ne désignent pas, à priori, des masses, mais des objets séparés (des entités discrètes), comptables. Certains autres objets du monde sont pré­sen­tés plus fréquemment sous la forme massive, par exemple de l’argent, on dit dif­fi­ci­lement un argent, tout comme en finnois il est exceptionnel de dire yksi raha. Cependant, certains noms peuvent facilement passer d’une catégorie à l’autre (de comptable à massif ou de massif à comptable). Tout dépend de la manière dont le nom est représenté (et pas du nom en lui-même) ; en français, c’est la forme de l’article qui indique le mode de représentation :

Elle achète un pain. Hän ostaa leivän. (comptable, singulier)
Elle achète des pains. Hän ostaa leipiä. (comptable, pluriel)
Elle achète du pain. Hän ostaa leipää. (non comptable = massif)

Ainsi, grâce à l’article, et malgré ce qui a été dit ci-dessus, de noms représentés normalement comme comp­tables peuvent être aussi présentés comme massifs, en fonction de l’intention du locuteur. On peut dire devant une voiture qui fonctionne bien :

Ça, c’est de la voiture ! Tämä on kunnon peli!

ou bien on pourrait par exemple dire plaisamment en sortant d’un salon de l’aéronautique :

Au moins, aujourd’hui, on a vu de l’avion. Kylläpä tänään nähtiin lentokonetta.

2. Différence de mode de représentation

En général, les noms sont représentés comptables ou massifs de la même manière en finnois et en fran­çais. Mais il y a parfois des différences, notamment avec les noms d’aliments, où le fran­çais utilise l’article indéfini comptable pluriel là où le finnois utilise la représentation mas­sive, ou bien, plus rarement, l’in­verse (pluriel en finnois, massif en français) :

viljaa des céréales, pinaattia des épinards, parsaa des asperges
pastaa des pâtes, kesäkurpitsaa des courgettes, artisokkaa des artichauts
spagettia des spaghettis, leikkeleitä de la charcuterie
poimia kieloja cueillir du muguet

Cela ne veut pas dire que ces noms ne peuvent pas être utilisés avec la forme d’article massif ou, in­ver­se­ment, avec une forme d’article comptable. Presque toute matière peut être en­vi­sa­gée dans sa re­pré­sen­ta­tion soit comptable soit massive :

Sur la chemise, il y avait de l’épinard. Paidassa oli pinaattia (= pinaatin tahra).
J’ai laissé tomber un spaghetti. Pudotin yhden spagetin.
Il y a de l’artichaut dans cette soupe.

3. Le massif pluriel

Comme il est expliqué p. 46 §3, le massif, comme il exprime le non comptable, est normalement toujours un singulier. Cependant, il existe des noms qui ont un sens massif, mais qui sont formellement des plu­riels. Ce sont cependant des pluriels qui désignent une masse continue, et le finnois, dans ce cas-là, utilise d’ailleurs un singulier :

manger des épinards syödä pinaattia
cuire des spaghettis keittää spagettia
On a mangé des pâtes. Syötiin pastaa.

Quand on dit manger des spaghettis, on n’envisage pas les spaghettis un à un, mais comme une masse de spaghettis. Certaines oppositions sont aussi conditionnées par le sens : manger des pâtes (syödä spagettia) n’est pas la même chose que manger de la pâte (syödä taikinaa).

Remarque : il existe aussi des noms qui ne s’utilisent qu’au pluriel et n’ont donc pas de forme singulier pour marquer le massif : des décombres (romukasa). Cependant, dans tous ces cas, bien qu’il désigne une masse, l’article est formellement un article indéfini comptable pluriel.

De l’information ? ...

Le problème du mode de représentation ne concerne pas seulement des noms concrets, mais aussi des noms abstraits, le plus typique étant information ~ tieto. En finnois, le mot tieto est souvent représenté com­me massif, au singulier :

antaa tietoa, esittää uutta tietoa, saada tietoa

Le français représente rarement les noms comme information ou savoir (tieto) comme massifs. Et quand le nom est employé avec un adjectif, on utilise de toute façon en principe un article indéfini comptable (p. 55 §3). Ainsi, le mot singulier tieto a comme équivalents en français des noms au pluriel (voir exemples ci-dessous). Le plus souvent, on utilise d’autres noms que le mot information, qui, comme ob­jet du verbe, est en général très concret (information désigne en premier lieu une chose que quelqu’un an­non­ce) :

Cette information-là, que je vous ai donnée, est une information nouvelle, tout à fait importante.

Dans la rédaction scientifique, on dira donc (par exemple) :

Il s’agit donc, dans cette étude, d’obtenir des informations (pluriel, saada tietoa) sur la manière dont les locuteurs perçoivent ces stratégies langagières.
Dans cet article, l’auteur ne présente pas de données réellement neuves (pluriel, esittää uutta tietoa).
Le nouveau protocole de recherche adopté ne semble pas avoir fourni de renseignements (pluriel, antaa tietoa) plus fiables que le protocole habituel.

4. Massif ou défini ?

Le problème de la différence du mode de représentation entre les deux langues se retrouve également dans l’opposition entre indéfini massif et « défini ». Bien que le finnois n’ait pas à proprement parler d’ar­ti­cle défini et ne marque pas la définition par opposition à l’indéfinition, certains noms peuvent être re­pré­sentés comme massifs, alors que d’autres, très similaires par le sens, ne le sont pas. On oppose ainsi :

Hänellä on huumorintajua.
Hänellä on hyvä tasapaino.

Ces deux mots et les deux modes de représentation ne sont sans doute pas intuitivement mis sur le même pied par un locuteur finnophone, mais ce qui les réunit est le fait qu’en français ils correspondent tous deux à une construction avec article défini, l’une étant identique à l’autre par la structure :

Elle a le sens de l’humour.
Elle a le sens de l’équilibre.

Le fait que l’on utilise un article défini dans les deux cas peut sembler déroutant à un ap­pre­nant finno­pho­ne et montre encore une fois que le choix de l’article en français n’est pas en relation avec telle ou telle forme en finnois, ou, inversement, que la forme du mot en finnois ne dépend pas de contraintes purement « mécaniques », mais que les deux langues représentent le réel avec leurs moyens propres et particuliers. Ces moyens échappent souvent à toute lo­gi­que pour l’apprenant de l’autre langue et bien souvent l’uti­li­sa­tion de telle ou telle forme d’article (ou de tel ou tel cas en finnois) ne s’apprend que par la pratique et relève pour ainsi dire plus du vocabulaire que de la grammaire. Autres exemples :

Hänellä on taloudellista vaistoa, mutta hän on menettänyt todellisuudentajunsa.
Il a le sens des affaires, mais il a perdu le sens des réalités.

Autres constructions de ce type :

Il a un emploi du temps très chargé. (article défini surprenant pour l’apprenant FLE)
Avoir la nostalgie de quelque chose

Voir aussi « Avoir le temps ou du temps ? » p. 75.