Vous êtes ici : Le groupe nominal » L’article » L’article défini
73. Remarques sur l’article défini

1. Connaitre et identifier la construction du verbe

Comme il est expliqué p. 65 §4, pour distinguer entre des article indéfini pluriel et des forme contracte, il y a un moyen simple, c’est de mettre le complément au singulier. Dans ce cas-là, la for­me d’article est facile à identifier :

objet direct
Le gouvernement envisage des réformes. → Le gouvernement envisage une réforme.
objet indirect (verbe construit avec de)
Le gouvernement a débattu des réformes. → Le gouvernement a débattu de la réforme.

Le problème pour le non francophone, c’est qu’il ne connait pas toujours la construction du verbe : se construit-il avec objet direct (sans préposition), avec de, avec à etc. ? Les verbes courants sont faciles à mémoriser, mais devant un verbe moins fréquent (préconiser, envisager etc.), l’apprenant FLE n’a pas toujours les moyens de savoir à priori quelle est la construction du verbe. La seule solu­tion est d’ap­pren­dre la construction du verbe par cœur (ou de consulter un dictionnaire) : la préposition est un élément essentiel du ver­be (rêver et rêver de ne sont pas la même chose, voir p. 201 et suivantes). C’est donc sou­vent avant tout une question de vo­ca­bu­laire.

La présence de la préposition de peut entrainer une réaction en chaine et faire disparaitre (ap­pa­rem­ment) les articles. Cependant, le francophone les identifie (il les « sent ») sans difficulté, alors que l’apprenant étranger doit fournir un effort d’analyse, ce qu’illustre bien la phrase suivante (tirée d’une revue du mi­nis­tère des Affaires étrangères français), dans laquelle se succèdent de (article ou préposition) et des, qui renvoient chaque fois à des groupes bien précis :

Des prestations sont fournies à l’assuré social sous la forme d’un remboursement des soins médicaux et hospitaliers, des médicaments, d’allocations familiales, d’indemnités journalières de maladie, de maternité, de pensions ou de rentes d’ invalidité, d’accident de travail, de retraite ou de veuvage.

En rétablissant par exemple des verbes, on « retrouve » les articles :

Quelles sont les prestations ? On rembourse les soins médicaux et hospitaliers, les médicaments, on paie des allocations familiales, des indemnités journalières de maladie, des indemnités journalières de maternité, on paie des pensions ou des rentes d’invalidité, des pensions d’accident de travail, des pensions de retraite ou des pensions de veuvage.

2. L’article défini dénote une entité identifiable

Tandis que l’article indéfini renvoie à un élément non identifié d’une classe (livre, poisson, route, pos­si­bilité etc.), l’article défini indique que le groupe nominal renvoie à une entité qui est identi­fia­ble de façon univoque par le contenu du groupe nominal :

3. Référence implicite en finnois

Dans la référence implicite, le cadre de référence (viitekehys) est commun au locuteur et à la personne à qui il parle. Tous deux savent à quel objet (kohde) on fait référence sans qu’il soit besoin de le préciser, car pour tous les deux il n’y a qu’un seul objet possible qui corresponde à ce référent. En finnois, dans ce cas, il est impossible d’utiliser se pour exprimer la même valeur. Les phrases suivantes (voir p. 67 §2) :

Se puhelin soi.
Oletko ajanut sen auton talliin?

sont tout à fait grammaticales, mais elles auraient un autre sens (elles font référence à un té­lé­pho­ne ou à une voiture dont on a explicitement parlé). Le finnois peut donc exprimer la réfé­ren­ce ex­pli­cite avec se, qui ressemble à l’article défini français, mais pas la référence implicite.

4. La généricité

Il existe trois manières d’exprimer la généricité en français :

a) Les chats sont agiles.
b) le chat est agile.
c) Un chat est agile.

  1. avec l’article défini au pluriel. C’est la manière la plus fréquente. On imagine l’ensemble des chats passés, actuels et à venir.
  2. avec l’article défini au singulier. On superpose en quelque sorte tous les chats possibles pour en faire le type chat. Cette représentation est plus fréquente dans la langue écrite que parlée.
  3. avec l’article indéfini au singulier : on extrait un élément au hasard de la classe chat, qui est re­pré­sen­tatif de la classe entière. On constate qu’il est agile. Par déduction, la propriété « agile » s’étend à toute la classe. Cette représentation générique est la moins fréquente, car elle est soumise à un grand nombre de contraintes syntaxiques et sémantiques.