Vous êtes ici : Le groupe nominal » L’article » L’article zéro
83. Verbes et conjonctions entrainant un article zéro

1. Verbes

Il existe un certain nombre de verbes se construisant avec la préposition de après lesquels on ne peut pas employer d’article : se tromper de, changer de (transitif), servir de :

se tromper de chemin mennä väärää tietä, se tromper de jour erehtyä päivästä
changer de voiture vaihtaa autoa, changer de domicile vaihtaa asuinpaikkaa
Le mot de sert à la fois de préposition, d’article et de subordonnant.

On peut cependant dire se tromper d’un jour. Dans ce cas, le mot un a valeur de déterminant numéral et non d’article : erehtyä yhdestä päivästä. Exemple avec un autre nom :

En estimant notre heure d’arrivée, je me suis trompée seulement d’une minute.

En revanche, il est impossible d’ajouter quelque article que ce soit devant un GN complément des ver­bes changer de ou servir de dans les constructions présentées ci-dessus (changer et servir peuvent aussi se construire autrement, et dans ce cas on peut utiliser un article, par exemple changer un texte, servir le dessert etc.).

D’autres verbes sont en général utilisés sans article, mais on peut aussi utiliser l’article défini devant le GN objet du verbe. Il s’agit des verbes accuser de et soupçonner de :

accuser de meurtre syyttää murhasta, accuser d’hypocrisie syyttää tekopyhyydestä
Il a été accusé de meurtre. Il a été accusé du meurtre de son voisin.
soupçonner de vol epäillä varkaudesta, soupçonner de trahison epäillä maanpetoksesta
On le soupçonne de détournement de fonds.
Il est soupçonné du braquage de la banque.

2. Ou d’équivalence

On n’utilise pas d’article après ou d’équivalence (dans le sens du finnois eli). Dans cet emploi, l’absence d’ar­ticle signifie que le terme qui suit ou n’est qu’un autre nom, une autre appellation, du nom qui pré­cè­de. Il s’agit donc d’un emploi autonymique (voir p. 88) :

La Perse ou Iran
l’alouette ou mauviette kiuru eli leivonen
le loup ou bar meriahven
la marène ou vendace muikku

Avec l’article, ou signifie « tai » :

les fraises ou les framboises mansikat tai vadelmat

Remarque : quand il y un article zéro marquant cette valeur d’équivalence de ou, le nom sans article qui suit ou ne peut pas être développé par un adjectif ou une proposition relative, sauf si l’adjectif et le nom forment un mot composé (une seule notion) :

le faucon crècerelle ou émouchet rouge tuulihaukka
le grand rorqual ou rorqual commun sillivalas

3. Ni répété

Quand ni est répété après un premier ni, l’article indéfini tombe devant le COD d’une phrase négative ; si ni est employé après une première négation contenant l’adverbe pas, on maintient l’article :

Elle ne boit ni vin ni bière. vs.
Elle ne boit pas de vin, ni de bière ni de cidre.
(de  : forme de l’article indéfini massif devant COD de verbe négatif).
Nous n’acceptons ni chèque, ni virement postal, ni mandat.
Il n’avait plus ni père ni mère.
Ni fleurs ni couronnes [mention figurant souvent sur les faire-parts de décès]

L’article se maintient si la négation est partielle (voir Cas de ni répété p. 51) :

Je n’ai acheté ni une perceuse ni une ponceuse. En ostanut porakonetta enkä hiomakonetta vaan jonkin toisen laitteen.
Il n’a bu ni du vin ni de la bière ni du cidre mais autre chose.

Remarque : ceci ne concerne que le cas ou le GN est en fonction de COD ! Quand le GN est attribut du sujet, il n’y a pas de transformation de l’article dans la phrase négative, voir p. 49 et p. 61 :

Ce n’est ni de l’or ni de l’argent, c’est du platine.
Cette boisson n’est ni de la bière ni de la limonade ni du cidre, c’est de l’hydromel.
Ce n’est ni une perceuse ni une scie, c’est une meuleuse. Se ei ole porakone eikä saha vaan kulmahiomakone.