Vous êtes ici : Le groupe nominal » Les autres déterminants » Les déterminants démonstratifs
102. Formes composées avec -ci et -là

1. Affixes -ci et -là

On peut préciser le sens du déterminant démonstratif avec un affixe -ci ou -là qu’on ajoute au nom dé­ter­miné, quand on oppose différents objets qu’on « désigne ». Cette opposition entre formes en -ci et formes en -là ne sert pratiquement jamais à l’oral (en situation de deixis) et a essentiellement conservé une fonction dans un emploi anaphorique (voir ci-dessous).

102. Formes composées du déterminant démonstratif
singulierpluriel
masculince ...-ci/-làces ...-ci/-là
devant voyellecet ...-ci/-là
féminincette ... -ci/-là

2. Emploi déictique

Dans un emploi déictique (p. 501), l’opposition entre les formes en -ci et les formes en - correspond en théorie à l’opposition entre le finnois tämä (-ci), qui exprime la proximité, et tuo (-), qui exprime l’éloi­gnement. C’est ce qu’enseignent traditionnellement une partie des grammaires françaises, FLE ou gé­né­ra­lis­tes :

Ce bracelet-là dans la vitrine me plait, mais il est trop cher. Je préfère prendre ce bracelet-ci.

Mais le français moderne n’observe pas vraiment cette opposition (voir p. 101 §2), et la langue d’au­jour­d’hui délaisse de plus en plus les formes en -ci. Dans la situation de deixis, cette opposition est en effet redondante, puisque la situation d’énonciation permet d’identifier facilement l’objet désigné. Quand c’est nécessaire, on oppose donc couramment une forme en -là à une autre forme en -là : un seul type de déic­ti­que suffit. L’exemple précédent se dirait ainsi plutôt :

 Je ne prends pas ce bracelet-, je préfère prendre ce bracelet-là / je préfère prendre celui-.

De toute façon, les formes en -là sont facultatives, car, dans la deixis, la forme simple ce suffit gé­né­ra­le­ment. La forme en -là sert ainsi plutôt de forme marquée, accentuée, de ce, et la véritable opposition se fait entre forme simple (ce) et forme en -là (ce … -là), et non pas entre forme en - et forme en -ci :

Je ne prends pas cette brochure, mais je vais prendre ce livre-là.

3. Emploi anaphorique

Dans un emploi anaphorique (p. 216 §1), l’opposition entre les formes en -ci et en -là reste pleinement fonc­tion­nelle :

a. Expression du temps

Dans l’expression du temps, -ci et -là ont une fonction très nette : les formes en …-ci s’inscrivent dans l’énon­cia­tion de discours et les formes en …- dans le récit (p. 501) :

Ces jours-ci, il y aura plusieurs grèves.
Ce matin-là, il se leva de mauvaise humeur.
À cette époque-là, la Finlande faisait partie de la Suède.

b. Emploi textuel

Dans un emploi textuel, la forme en -ci renvoie à ce qui est le plus proche, tandis que celle en - renvoie à quelque chose de plus lointain. Dans un texte, le groupe cet exemple-ci renvoie au dernier exemple cité ou bien à l’exemple dont on parle. De même, dans ce cas-ci renvoie au cas dont on est en train de parler (voir p. 938) :

Le système illustré à la fig. 1 présente des participants désireux de s’entretenir avec d’autres participants qui se trouvent à un site distant. Dans cet exemple-ci, le système d’analyse de scène comprendra une caméra consacrée à l’analyse et un ordinateur équipé d’un logiciel d’analyse.

Si cet exemple-ci renvoie au dernier exemple mentionné, il peut être remplacé par ce dernier exemple (fin­nois jälkimmäinen esimerkki). L’alternance -ci/-là permet d’obtenir la même opposition que le finnois edel­li­nen/jälkimmäinen (voir aussi p. 226 §2 et §2 nb.) :

On s’est promenés sur la glace et dans la neige (celle-ci n’étant qu’une autre forme de celle-là).
Le directeur avait eu un entretien avec un étudiant de master, qui avait déjà obtenu de nombreuses unités de valeur, et un autre, de 2e année, mais qui semblait plus dynamique. Cet étudiant-ci avait déjà effectué plusieurs séjours linguistiques à l’étranger, tandis que cet étudiant-là n’avait pas même encore déposé de candidature pour son premier séjour obligatoire.