Vous êtes ici : Le groupe nominal » Les autres déterminants » Les déterminants indéfinis de quantité
115. Bien des

1. Forme et fonctionnement

Le déterminant bien des est exceptionnel : le mot bien se comporte comme un adverbe indépendant et des comme un article indéfini ; c’est donc un groupe [bien + des], et non pas *[bien de + déterminant] : la règle d’effacement ne s’applique pas dans ce cas, puisqu’il n’y a pas de préposition de. Le sens exact de bien des est assez malaisé à saisir pour un non francophone, mais on peut dire que bien des équivaut assez bien au finnois monta(kin) ou jos jonkinlaista :

Avant de réussir, vous vous exposerez à bien des difficultés.
Bien des mariages se terminent par un divorce.
Bien des fois, il se demandait s’il aurait dû apprendre le français.
Tu as bien de la chance. Olettodella onnekas.
Il y a bien du monde. Onpas täällä paljon ihmisiä.
Il a eu bien des problèmes. Hänellä oli jos jonkinlaisia ongelmia.

Devant adjectif antéposé, des devient de, comme le veut la règle (p. 48) :

Nous reviendrons sur ce sujet bien d’autres fois encore. Palaamme tähän ongelmaan vielä erinäisenkin kerran.
Pour les remarques sur tes fautes d’orthographe, je dirais que bien de grands écrivains en faisaient également.

Dans ce dernier exemple, le d’ devant autres est la forme de l’article indéfini pluriel des (bien des) devant adjectif antéposé (autres), et non le résultat de la chute d’un article après la préposition de.

2. Sens

Bien des n’est pas un simple synonyme de beaucoup de ou quantité de. L’expression bien des introduit une nuance subjective : « plus que vous ne croyez », « plus que vous ne pouvez imaginer », « plus que je n’aurais souhaité », « plus que ce à quoi je m’attendais » etc., que rend assez bien le finnois jos jonkinlaisia. Ainsi, on peut opposer  :

Ils ont eu beaucoup de malheurs. [Expression de sens neutre]
Ils ont eu bien des malheurs. [« plus qu’on ne pourrait imaginer / plus que ce qui est le lot commun etc. »]
Nous avons rencontré quantité de problèmes. [Expression de sens neutre (mais très légèrement moins neutre que beaucoup de)]
Nous avons rencontré bien des problèmes. [« beaucoup plus de problèmes / des problèmes bien plus graves que ce à quoi nous nous attendions etc. »]

Cette valeur « supplémentaire » dépend évidemment du contexte et ne peut pas se définir de façon uni­que. Il faut donc manier cette expression avec prudence. S’il est vrai que bien des n’est pas un dé­ter­mi­nant que les apprenants FLE ont tendance à utiliser spontanément, certains « l’adoptent » parfois comme variante systématique de beaucoup de dans le simple but d’enjoliver leur expression française, ce qui est à éviter.

Dans certains cas, le sens particulier de bien des s’est affaibli, comme dans la locution bien des fois, qui s’utilise de façon courante comme synonyme de souvent, mais ce sens subsiste toujours. Le sens de la lo­cu­tion bien des fois se rend assez bien en finnois par erinäisenkin kerran, useammankin kerran, montakin kertaa : le suffixe -kin exprime un peu de la même manière cette valeur subjective assez dif­fi­ci­le à définir précisément.

Le même problème concerne l’adverbe bien modifiant un adjectif : bien difficile, bien triste, bien com­pli­qué etc. voir p. 183.