Vous êtes ici : Le groupe nominal » Les autres déterminants » Les déterminants indéfinis de quantité
118. Remarques sur les déterminants de quantité

1. Variété des déterminants indéfinis

On peut former des déterminants complexes de quantité à partir de noms, d’adjectifs, d’ad­ver­bes :

énormément de touristes valtavasti matkailijoita (voir p. 119)
infiniment plus de possibilités äärettömän paljon enemmän mahdollisuuksia
un kilo de farine
trois mètres de tissu
Je voudrais deux mètres de ce tissu rouge.
quatre semaines de vacances
un demi-litre de jus.
registre familier
un (sacré) paquet de
une masse de/des masses de
un sacré paquet d’euros kasapäin euroja
une masse de pognon kasapäin hynää
une flopée de mômes laumoittain kakaroita
tout plein de fautes kauheasti virheitä

Dans ces déterminants, de devient un élément fixe et n’est plus une préposition indépendante. Le dé­ter­minant est donc par exemple beaucoup de, et non simplement beaucoup, qui est un adverbe équivalent au finnois hyvin», sangen, paljon : il pleut beaucoup sataa paljon. Cela se voit par exemple dans le fait qu’après ce genre de déterminant on peut mettre un pronom interrogatif :

Tu as mis trop de basilic dans la vinaigrette.
Trop de quoi ? Lisäsit liikaa basilikaa salaattikastikkeeseen. – Mitä liikaa?

2. Expressions grammaticalisées

On trouve diverses expressions de nombre qui se sont grammaticalisées : nombre de (nombre + de), quantité de (quantité + de), beaucoup de (beau coup + de) etc. L’absence d’article (voir p. 89 §2), entre autres, montre clairement qu’il y a eu un processus de grammaticalisation :

Il a rapporté quantité de cadeaux. Hän toi suuren määrään tuliaisia.
Nombre de gens ont protesté. Monet ihmiset valittivat.

En dehors de cet emploi, les mots nombre et quantité sont également des noms ordinaires et ils peuvent aussi être utilisés de façon indépendante :

J’ai trouvé une quantité inadmissible de coquilles dans ce livre. Löysin kirjasta luvattoman paljon painovirheitä.
Il y avait un nombre énorme de participants.

Mais cela n’est plus possible avec l’élément coup (dans le sens de « määrä ») qui se trouve dans beaucoup, sauf avec des adjectifs comme bon ou sacré, qui sont essentiellement du registre parlé : Il va falloir tra­vailler un sacré coup. (Täytyy tehdä hirveästi työtä). Certains groupes se sont donc grammaticalisés formellement (l’article a disparu), d’autres se sont grammaticalisés sémantiquement : extérieurement, un tas de ressemble à un banal GN avec de, mais c’est bien un groupe grammaticalisé comme déterminant, un tas de problèmes signifie kauhean paljon ongelmia et non pas keko ongelmia, cf. le finnois kasapäin, läjittäin.

3. Distinguer entre expression nominale et déterminant complexe

Cependant, il ne faut pas confondre les cas où le nom est construit avec un complément introduit par de et ceux où il est seulement un élément de déterminant complexe :

Devant la maison, il y avait un tas de sable. Talon edessä oli hiekkakasa.
J’ai un tas de sable dans les cheveux (langue parlée). Minulla on kauhean paljon hiekkaa tukassa.
La foule des étudiants attendant les résultats des examens d’entrée s’étirait jusque sur le trottoir. Pääsykokeiden tuloksia odottavien opiskelijoiden joukko venyi jalkakäytävälle asti.
Une foule d’étudiants étaient venus assister au dernier cours du professeur. Suuri joukko opiskelijoita oli tullut seuraamaan professorin viimeistä luentoa.

Un grand nombre de noms exprimant une quantité peuvent, combinés à de, devenir des éléments d’un déterminant de quantité. Cependant, il y a certaines contraintes sémantiques : tous les noms indiquant un groupe, un ensemble, ne sont pas susceptibles de former un véritable déterminant. Le test per­met­tant de décider si un groupe de mots forme un déterminant est de remplacer le nom par le pronom de 3e personne en : si le nom forme un déterminant de quantité, il est répété après le verbe. Exemples :

Il a acheté une grande quantité de bière → Il en a acheté une grande quantité.
Donnez-moi un petit sachet de thym → Donnez-m’en un petit sachet.
Achète un brick de lait UHT → Achètes-en un brick.
Il y avait une flopée de touristes (familier) → Il y en avait une flopée.

Mais on dira plus difficilement :

J’ai vu une équipe de hockeyeurs → ?J’en ai vu une équipe, ou :
Le petit musée a accueilli un autocar de touristes →  ? Le petit musée en a accueilli un autocar.

En effet, sachet et carton peuvent former un déterminant de quantité, car on « mesure » couramment les marchandises sous cette forme (quand on fait des achats). En revanche, équipe et autocar sont moins perçus comme une unité de mesure. Cependant, si on ajoutait tout (kokonainen), les phrases seraient plus acceptables : le petit musée en a accueilli tout un autocar, le nom autocar devenant de ce fait un contenant, une unité de mesure.

4. Pas mal de

Le déterminant complexe pas mal de est extrêmement fréquent dans la langue parlée et correspond au finnois aika paljon [jtak] :

J’ai trouvé pas mal de fautes de frappe.
SMS gratuits pour pas mal de pays (pas en France) sur Radins.com.
Maintenant, on ne va pas le nier, on sait qu’il nous reste pas mal de boulot pour être prêts.
Depuis, ça aura été pas mal de temps passé dans ma Champagne natale. 

Le finnois aika paljon ne peut pas se traduire *assez beaucoup de, qui est agrammatical (p. 117 §2) : l’équi­valent français de aika paljon [jtak] est, dans la langue écrite, un assez grand nombre de ou une assez gran­de quantité de. Ces groupes sont assez longs et pas mal de est une manière beaucoup plus simple d’expri­mer la même idée. Mais, bien que très employé par tous les locuteurs, pas mal de reste du style familier, et n’est pas admis dans langue écrite soignée.