Vous êtes ici : Prépositions et adverbes » Les prépositions » Généralités
150. Définitions

1. Généralités

Les prépositions sont des mots invariables qui relient les groupes nominaux à d’autres éléments de la phra­se (à un verbe, à un autre nom, à un adjectif), ou introduisent des compléments circonstanciels (p. 208). Les prépositions remplissent les mêmes fonctions et ont, dans les grandes lignes, le mê­me com­por­tement que leurs équivalents en finnois (prépositions et postpositions) et ne posent pas de dif­fi­cultés insurmontables sur le plan proprement syntaxique (en comparaison par exemple du pronom per­sonnel en fran­çais).

Fondamentalement, l’apprentissage des prépositions (dans toutes les langues où elles existent) est avant tout un problème de vocabulaire et de mémorisation pure, et seulement secondairement un problème de grammaire (qui est cependant réel, puisqu’une forme de préposition erronée peut entrainer des cons­truc­tions agrammaticales). Il s’agit d’apprendre 1) le sens de chaque préposition 2) les cas dans les­quels on emploie la préposition. Dans des langues comme le finnois, l’islandais, l’allemand, le russe, le latin etc., il faut en outre aussi mémoriser le cas de la déclinaison (sijamuoto) avec lesquelles on les utilise.

La préposition à, par exemple, a de très nombreuses valeurs et peut s’employer dans de nombreuses situations différentes. Ce chapitre n’a pas pour objet de décrire toutes les prépositions ni toutes les nu­an­ces entre les différentes prépositions (elles sont décrites dans les grands dictionnaires bilingues ou mo­no­lin­gues, auxquels on peut se reporter) : on présente ici un résumé des principales prépositions en insistant plus particulièrement sur les problèmes morphosyntaxiques que posent habituellement aux finnophones (et aussi à d’autres apprenants FLE) la forme ou le choix de certaines prépositions.

2. Prépositions simples et locutions prépositionnelles

Le français compte un grand nombre de prépositions, dont une partie sont des prépositions simples, formées d’un seul mot (dans, chez, pour, contre, avec, malgré etc.), mais également une grande quantité de prépositions formées de deux ou plusieurs mots, qu’on appelle des locutions prépositionnelles (on utilise aussi le terme de locution prépositive). Ces locutions sont le plus souvent composées d’un nom ou d’un groupe nominal, précédé ou non d’une préposition, et le plus souvent terminées par la préposition à ou de. La plupart des locutions prépositionnelles du français cor­res­pon­dent en finnois à une postposition ou une préposition simple. Ces locutions prépositionnelles sont tout à fait équivalentes aux prépositions simples par leur fonc­tion et leur fonctionnement, autrement dit elles se placent avant le GN :

préposition /locution prépositionnelle groupe nominal
derrière la maison
à côté de la maison
à travers cette belle forêt
depuis la fin des vacances
par rapport à cette analyse

3. Les éléments servant à composer les locutions prépositionnelles varient

On trouve aussi des locutions prépositionnelles qui ne sont pas terminées par à ou de. Exemples de lo­cu­tions prépositionnelles (cette liste n’est pas limitative, il existe encore de nombreuses autres locutions pré­positionnelles, voir liste p. 156) :

groupe + préposition de :
à côté de, au début de, hors de, en face de
le long de, en dépit de, au lieu de

groupe + préposition à
grâce à, jusqu’à, quant à, face à
par rapport à, eu égard à ottaen huomioon

groupe sans préposition
à travers läpi, à même suoraan jtak vasten

À surveiller : il y a en français de nombreuses locutions prépositionnelles de sens local (paikallis­pre­po­si­tiot) qui sont formées avec la préposition de (à côté de, au-dessus de etc.), mais aussi quelques-unes qui ne sont pas formées avec de, dont la plus fréquente est à travers. De plus, les apprenants finnophones emploient souvent de nombreuses prépositions formées d’un seul mot (derrière, devant, depuis etc.) en y ajoutant de (sous l’influence du finnois ou parfois d’autres langues par exemple l’espagnol), comme *devant de, *derrière de etc. Ces formes sont à éviter. Voir p. 157 §1a. 

4. Locutions prépositionnelles formées de deux prépositions

Bien qu’en général de soit le dernier élément de la locution prépositionnelle formée à partir d’un groupe nominal (au début de etc.), on trouve aussi un certain nom­bre de prépositions composées avec de en position initiale et suivi d’une autre préposition :

de derrière : un vin de derrière les fagots
de dessous : Je l’ai pris de dessous la table.
d’entre : Que ceux d’entre vous qui sont d’accord lèvent la main.
d’avec : divorcer d’avec qqn (fréquent dans la langue parlée pour divorcer de qqn), dis­tin­guer d’avec qch (pour distinguer de qch)

Combinaisons de chez avec de ou par, assez fréquentes dans la langue courante :

On passera par chez vous.
Je te ramènerai en revenant de chez le dentiste.
Elle habite près de chez moi.

Combinaisons de il y a avec à ou de :

Cette histoire remonte à il y a plus de deux ans.
Non, à mon avis, ça date d’il y a au moins trois ans

Sur la forme des prépositions et la manière dont certaines sont liées au groupe nominal, voir p. 157.