Vous êtes ici : Prépositions et adverbes » Les prépositions » Généralités
153. Mise en commun de prépositions différentes devant le GN

1. Règle de base

Dans la langue écrite, il est assez fréquent qu’on mette en commun deux prépositions ou locutions pré­po­si­tion­nelles différentes devant un même groupe nominal :

Ces trois formats ont toujours vécu grâce à et pour la publicité.
Un projet à et pour Marseille [titre de journal].

Plus d’exemples…

Ce grade est décerné aux étudiants qui ont acquis des connaissances et un niveau de compétences dans un domaine d’études qui fait suite à et se fonde sur une formation du degré secondaire II.
Si nous voulons vivre durablement sur et par le littoral, il va bien falloir le considérer comme un continuum plutôt qu’une mosaïque.

Si on met en commun des locutions prépositionnelles terminées par la même préposition (à ou de), on peut sous-entendre de ou à dans la première locution :

Plusieurs tendances ont contribué à la popularité actuelle des thérapies parallèles, en dépit, et, dans une certaine mesure, à cause de son rejet par la médecine officielle. [La préposition de dans en dépit de est sous-entendue.]

Si les deux locutions prépositionnelles sont formées à partir d’une préposition différente, elles doivent cha­cu­ne être exprimée :

L’industrie touristique connait un essor inattendu, grâce à et en dépit de la crise économique.
La présente convention collective de travail est conclue conformément à et en exécution des dispositions des conventions collectives de travail du 19 décembre 2001.

2. Mélange de prépositions simples et de locutions prépositionnelles

En principe, si on met en commun une préposition de forme simple (non composée avec de ou à) et une locution prépositionnelle formée avec de ou à, il faut faire attention à l’ordre des prépositions. En effet, il faut éviter de placer la forme terminée par à ou de en dernier, car celle-ci devient implicitement un élé­ment de la préposition précédente et cette mise en facteur commun peut former une locution inexistante. Ainsi ces exemples mal tournés trouvés sur Internet :

L’avenir de l’industrie est prometteur, malgré et à la fois grâce à la crise.
S’interprète ainsi : *malgré à et grâce à la crise.
Mieux : à la fois grâce à et malgré la crise... [L’erreur est que malgré est une forme simple, *malgré à n’existe pas.]
Quand elle s’embarquait pour des missions périlleuses, ce n’était pas par gout de l’aventure mais en raison de l’intuition qu’à travers et au-delà du service que le gouvernement lui confiait, elle travaillerait à la promotion de l’homme.
S’interprète ainsi : *à travers du et au-delà du service. [L’erreur est que à travers se construit sans préposition de, la forme *à travers de n’existe pas.]
Mieux : ... à travers le service que le gouvernement lui confiait et au-delà de celui-ci...

Bon à savoir pour les apprenants de FLE…

Ces erreurs sont assez fréquentes chez les francophones. Autres exemples relevés sur Internet :

Il n’est question que de constater, en dépit de et à travers tous les aléas, la pertinence de certains choix.
Toutes les croyances, quel que soit leur contenu, y compris en raison de et à travers leurs différences, contribuent à la réalisation d’un « prosélytisme de la raison économique ».

De même, il faut éviter de mettre en commun des prépositions dont l’une entraine une contraction et l’au­tre non :

*On appelle littérature pour enfants la littérature lue par et destinée aux enfants.
Mieux :
*On appelle littérature pour enfants la littérature lue par les enfants et destinée aux enfants.

En cas de doute, il vaut mieux répéter le groupe nominal ou modifier la construction de la phrase.