Vous êtes ici : Prépositions et adverbes » Les prépositions » Les prépositions dans l’expression du lieu
161. Opposition mouvement vs statique

1. Une absence d’opposition problématique

Les prépositions les plus utilisées pour exprimer le lieu où l’on se trouve ou bien vers lequel on va (on les appelle prépositions spatiales) et qui correspondent aux cas spatiaux du finnois (inessif, illatif, adessif etc.) sont dans et à. La préposition en est assez fréquemment utilisée aussi. Les autres prépositions dé­no­tent une localisation plus précise (sur, derrière, à côté de etc.).

Du point de vue de l’apprenant finnophone (et aussi des apprenants FLE d’autres langues), les pré­po­si­tions spatiales posent un problème particulier, parce que certaines prépositions du français, notamment à et dans, s’utilisent indifféremment pour exprimer un mouvement vers quelque chose et le fait d’être quelque part :

Il est entré dans le magasin. / Il a rencontré un ami dans le magasin.
Elle va à Paris./ Elle a habité plusieurs années à Paris.

En finnois, les compléments indiquant le lieu vers lequel on va sont à un cas « directionnel » (allatif ou il­la­tif) et ceux exprimant le lieu où on se trouve, à un cas « statique » (adessif ou inessif). En français, la dif­férence entre la valeur directionnelle ou statique de à et dans est normalement exprimée par le verbe : en­trer et aller indiquent habituellement une direction vers laquelle on va (directionnel). De même, habiter est suivi d’un complément indiquant le lieu où on se trouve (statique) etc. Quand à ou dans introduisent un com­plé­ment circonstanciel, le sens est généralement non directionnel, puisque le verbe n’agit pas sur le com­plé­ment circonstanciel (p. 208). Dans la phrase

Il a marché dans le magasin.

le sens du complément dans le magasin s’interprète comme non directionnel (« il était dans le magasin, et il y a marché »). La phrase se traduit donc en finnois de la façon suivante :

Il a marché dans le magasin. Hän käveli kaupassa.

Emploi de aller sans complément…

Dans certains contextes (usage essentiellement littéraire), le verbe aller peut avoir son sens ori­ginel non directionnel de « se promener », « déambuler », et il peut aussi s’utiliser avec un sujet non ani­mé dans le sens de « circuler » :

Pourtant, alors même qu’elle allait gaiement dans le palais et ses trente-neuf pièces, elle brulait de curiosité, tenaillée qu’elle était par le désir d’entrer dans l’autre, la quarantième...
Je me souviens de ces matins où nous allions gaiement, chevauchant les collines sous leurs grands manteaux blancs.
Bernard avait retrouvé son éternelle bonne humeur et les plaisanteries allaient gaiement dans le car.

2. Verbes à double valeur

Étant donné que le finnois marque la direction par la désinence du complément (le sens du verbe a évi­dem­ment aussi son importance), il existe de nombreux verbes qui peuvent s’utiliser soit avec un com­plé­ment directionnel, soit avec un complément statique. Ce n’est pas le cas en français et il faut donc faire at­ten­tion à ne pas traduire certaines constructions telles quelles :

Hän käveli kirjakauppaan. → Il est allé dans une librairie/il est entré dans une librairie
[et non pas : Il a marché dans la librairie, qui signifie hän käveli kirjakaupassa].

Le français néglige dans ce cas le moyen avec lequel le sujet il est allé dans le magasin (la marche). Si on veut insister sur ce moyen, on peut dire :

Il est allé à la librairie à pied. Hän käveli kirjakauppaan.

3. En français, le mouvement est exprimé par le sens du verbe

En général, pour rendre un verbe finnois décrivant un type de mouvement (marcher, courir, sau­ter, por­ter etc.) et suivi d’un complément indiquant une direction, on utilise en français un simple verbe ex­pri­mant le mouvement directionnel, et on n’exprime le type de mouvement que si cela apporte une in­for­ma­tion vraiment utile (par exemple avec un gérondif), ce qu’on peut résumer par la formule suivante :

finnois désinence -aan→ français verbe aller
finnois verbe kävellä → français [gérondif/complément de moyen en marchant, à pied]
kävellä kauppaan → aller dans un magasin

Exemples :

Tyttö käveli takaisin mökkiin ja paukautti oven kiinni perässään.
La jeune fille retourna dans la cabane et claqua la porte
[en marchant ou à pied est inutile, car évident ou implicite].
Kannoimme puutarhakalusteet keittiöön.
Nous avons rentré le mobilier de jardin dans la cuisine.
[en le portant est inutile, car évident ou implicite].

Plus d’exemples…

Janne kavahti ylös ja hoiperteli ovelle.
Jean se leva d’un bond et alla à la porte en titubant.
Hän juoksi luokkaan ja käveli pulpetilleen.
Elle entra dans la salle de classe en courant, puis se dirigea vers sa table d’un pas calme.

Certains verbes français expriment à eux seuls (en un seul mot) le sens d’une groupe verbe+adverbe en finnois :

tulla lähelle, tulla lähemmäksi s’approcher, mennä takaisin revenir
mennä/viedä alas descendre, mennä/viedä ylös monter
mennä yli traverser, kulkea/mennä läpi traverser
tulla takaisin, tulla kotiin rentrer
ajaa/viedä/kantaa/panna ulos sortir etc.

4. Verbes à sens ambigu

Certains verbes peuvent parfois aussi exprimer le mouvement vers quelque chose, ainsi le verbe courir. Dans ce cas, le sens statique ou directionnel peut éventuellement être suggéré par le contexte ou temps du verbe, mais ce n’est pas systématique :

Le chien courait inlassablement dans la cour. [non directionnel]
En entendant ce bruit, ils coururent dans la rue. [directionnel]
Tous les matins, il courait une demi-heure dans la forêt. [non directionnel]

Inversement, certains verbes comme lancer impliquent par définition un mouvement et il n’est pas né­ces­sai­re d’indiquer la direction. Tout dépend du type de verbe et du contexte :

Il a lancé le ballon dans le jardin. [valeur directionnelle : Hän heitti pallon puutarhaan.]
Ils lançaient des ballons dans la cour. [double valeur possible : He heittelivät palloja pihaan ou He heittelivät palloja pihalla.]

Plus d’exemples…

J’ai jeté le fromage à la poubelle. [valeur directionnelle : Heitin juuston roskiin.]
Il a fait tomber le livre dans la cour. [double valeur possible : Hän pudotti kirjan pihalle ou Hän pudotti kirjan pihalla.]

Le cas échéant, si on veut absolument éviter l’ambigüité, on peut utiliser une tournure plus précise :

Il a fait tomber le livre alors qu’il était dans le jardin.

5. Trouver dans et non pas de

De même, le français n’exprime pas aussi nettement que le finnois (ou d’autres langues) l’idée de « l’ori­gi­ne », l’endroit « depuis » lequel on prend quelque chose. En finnois, on trouve quelque chose « de quelque part » (cas élatif), le français n’exprime aucune idée de mouvement dans ce cas, voir faqp. 166 :

J’ai trouvé ces vieilles photos dans un carton au grenier.
[et non : *d’un carton ou *du grenier]

Il faut également se rappeler que, dans le cas de certains verbes, la préposition à peut exprimer à la fois un mouvement vers (donner à), donc en finnois un allatif (cas en -lle) ou une « origine » (prendre à), en finnois l’ablatif (cas en -ltA) ou l’anglais from. Voir faq p. 211.