Vous êtes ici : Prépositions et adverbes » Les prépositions » Les prépositions dans l’expression du temps
174. Dire, demander et formuler la date

1. Dire et demander la date

Pour dire ou demander la date, le jour, l’année, on utilise le verbe nous sommes suivi du complément de temps sans préposition :

Quelle est la date aujourd’hui ? – Nous sommes aujourd’hui le lundi 30 juillet 2013.
Quel jour sommes-nous ? – Nous sommes aujourd’hui samedi.
Le combien sommes-nous ? – Nous sommes aujourd’hui le treize.
Quel mois sommes-nous ? – Nous sommes en mai.
Quelle année sommes-nous ? – Nous sommes en 2013.
Le combien serons-nous demain ? – Demain nous serons le 14.
Quel jour serons-nous demain ? – Demain nous serons un dimanche.

Dans la langue parlée, on utilise on est ou d’autres constructions différentes :

On est quel jour aujourd’hui ? – On est samedi. / Aujourd’hui c’est un samedi.
On est le combien ? – On est le 13.
On est en quelle année ? – On est en 2013.
Qu’est-ce qu’on sera comme jour demain ? – Demain, on sera dimanche.

2. Formuler la date

Au début d’une lettre, d’un document, on indique la date en écrivant le nom du jour et en plaçant l’article défini devant la date (le quantième du mois) :

Samedi, le 22 novembre 2014
Jeudi, le 1er [prononcé « premier »] janvier 2015
Lundi, le 15 aout 2016

Dans les autres cas, l’article se place avant le nom du jour.

Le nouveau Président de la république prendra ses fonctions le mercredi 17 mai. [et non *mercredi, le 17 mai].
La Finlande est devenue indépendante le jeudi 6 décembre 1917. [et non *jeudi, le 6 décembre].
Les otages sont prisonniers depuis le mardi 14 avril. 
L’exposition durera du mercredi 7 juin au jeudi 13 juillet.
Louis XIII venant de Montfort l’Amaury était arrivé à Mantes le samedi 5 octobre 1619 et en était reparti le lundi 7 octobre.

Bon à savoir pour les apprenants de FLE…

De nombreux francophones eux-mêmes commettent des erreurs à ce sujet et on rencontre à l’écrit des formes telles que *Il arrivera mercredi, le 13 (forme attendue : le mercredi 13). À l’oral, cette forme peut être considérée comme acceptable (elle peut par exemple s’interpréter comme une apposition de deux indications de date), mais elle est à éviter à l’écrit.

Remarque : les noms de fêtes ont un comportement variable, tantôt on utilise une préposition et un article, tantôt l’article seul, tantôt la préposition seule. Voir p. 171.