Vous êtes ici : Prépositions et adverbes » Les degrés de comparaison » Le comparatif
185. Généralités

1. Terminologie

Comme en finnois, on distingue en français parmi les adjectifs et les adverbes trois degrés de com­pa­rai­son :

le positif : facile, facilement
le comparatif : plus facile, plus facilement
le superlatif : le plus facile, le plus facilement

Le positif est la forme de base de l’adjectif : L’enfant a été sage. Parmi les comparatifs, on distingue également trois types différents, en fonction du rapport établi entre les éléments comparés :

le comparatif de supériorité : plus facile que ...
le comparatif d’égalité : aussi facile que ...
le comparatif d’infériorité : moins facile que ...

Le terme introduit par que est généralement défini comme le complément du comparatif. De même, dans la catégories des superlatifs, on distingue entre :

le superlatif absolu : très facile
le superlatif relatif : le plus facile de...

Toutes ces distinctions n’ont pas forcément de grandes implications au niveau sémantique dans l’ap­pren­tis­sa­ge du FLE et se re­trou­vent en finnois également (voir cependant point suivant). Elles n’appellent donc pas de grands commentaires, mais fournissent une terminologie utile et pratique pour la description des faits grammaticaux.

2. Le comparatif d’infériorité

En finnois, le comparatif d’infériorité (vähemmän... kuin) est cependant peu utilisé, alors qu’en français, la comparaison avec moins est tout à fait courante. Pour le finnophone habitué à utiliser généralement le comparatif de supériorité, il faut une certaine pratique de la langue pour s’accoutumer à utiliser le com­pa­ratif d’infériorité avec moins. Le choix entre plus petit et moins grand ou bien entre il fait plus frais et il fait moins chaud dépend du point de vue et de la situation (et par exemple du caractère optimiste ou pes­si­mis­te de l’af­firmation). En général, on peut dire qu’on peut utiliser le comparatif en moins quand en finnois on dit ei yhtä … kuin ou ei enää niin ... kuin :

Christian est moins grand que son frère. Christian ei ole yhtä pitkä kuin veljensä.
Il fait moins chaud qu’hier.

3. Adjectifs, adverbes, noms

Le comparatif peut porter sur divers constituants du discours, autrement dit des adjectifs, des adverbes ou même des noms :

Amusant, aussi intéressant que divertissant !
Comportement plus que bizarre de Google [dans un titre].
J’ai fait un rêve aussi inquiétant qu’étrange.
Vous avez entre les mains un film qui est aussi insensé que captivant.
[à propos de la découverte d’un fossile] Plus poisson que salamandre, Gogonassus Andrewsæ émerge d’un sommeil de 380 millions d’années.
C’est vrai qu’au vu de sa morphologie, il ne fait aucun doute qu’elle est plus homme que femme.
Aussi étrange que bizarre [dans un titre]
Je ne vais pas tarder à essayer cette recette de tajine, moi qui suis plus poisson que viande.

Dans le dernier exemple, les mots poisson et viande sont en fonction d’attribut, la phrase signifie « je suis plus amateur de poisson que de viande ». En finnois, seuls l’adjectif et l’adverbe ont normalement une forme de comparatif spécifique. Les noms n’ont pas de forme de comparatif, mis à part quelques formes plus ou moins figées comme kevääm­mäl­lä, illemmalla.