Vous êtes ici : Prépositions et adverbes » Les degrés de comparaison » Le comparatif
189. Adverbes d’intensité renforçant le comparatif

1. Adverbes d’intensité

Pour renforcer le comparatif, on peut utiliser comme adverbes d’intensité beaucoup (comme en finnois paljon), bien ou nettement.

grandplus grandbeaucoup plus grand, bien plus grand
facilemoins facilebeaucoup moins facile, bien moins facile
petitplus petitbeaucoup plus petit, bien plus petit
petitmoindrenettement moindre paljon pienempi bien moindre, beaucoup moindre [peu utilisé]
facilementplus facilementbeaucoup plus facilement, bien plus facilement
vitemoins vitebeaucoup moins vite, bien moins vite
bien

mieux

beaucoup mieux paljon paremmin
nettement mieux
bien mieux

On peut également renforcer les adverbes plus et moins de la même manière :

(beaucoup)plusbeaucoup plus paljon enemmän, bien plus
(peu)moinsbeaucoup moins paljon vähemmän, bien moins

2. Bien meilleur

Les comparatifs meilleur et pire/pis ne peuvent être renforcés qu’avec l’adjectif bien (et non pas beau­coup, sur le modèle du finnois paljon helpompi). On peut aussi utiliser par exemple nettement :

bonmeilleurbien/nettement meilleur paljon parempi
mauvaispirebien/nettement pire paljon pahempi
malpisbien pis [rarement utilisé] paljon pahemmin

3. De plus en plus

Pour indiquer que « l’augmentation » est constante, on utilise au comparatif de supériorité la forme de plus en plus + adjectif/adverbe, qui correspond au finnois yhä ou aina vain + comparatif. On peut éga­le­ment utiliser une forme renforcée du comparatif d’infériorité, de moins en moins (qui n’a pas d’équi­va­lent formel direct en finnois) :

La consommation progresse de plus en plus lentement.
Les Français paient de plus en plus cher pour se soigner.
Il est de plus en plus difficile d’utiliser ses tickets-restos au supermarché.
De moins en moins d’oiseaux nichent en France.
Les études supérieures de moins en moins accessibles aux enfants d’ouvriers.

À noter qu’en français la forme c’est toujours plus difficile/plus cher, calquée sur le finnois aina vain vai­keampi / kalliimpi, est interprétée prioritairement comme la combinaison de toujours (l’adverbe modifie le verbe) et plus cher/difficile : se on aina/edelleen vaikeampi/kalliimpi.

Remarque : une erreur fréquente chez les apprenants FLE (finnophones ou autres) est de calquer en français la cons­truc­tion an­glai­se more and more, sous la forme *plus et plus + adjectif/adverbe :

**Ces livres sont plus et plus chers. [forme correcte : Ces livres sont de plus en plus chers.]
**Il fait moins et moins chaud. [forme correcte : Il fait de moins en moins chaud.]

Malgré la ressemblance trompeuse (et tentante) avec une construction existante (en anglais), en français ces tournures sont non seulement agrammaticales mais aussi incompréhensibles.