Vous êtes ici : Prépositions et adverbes » Les degrés de comparaison » Le superlatif
194. Superlatif et focalisation

1. Focalisation plate

L’un des problèmes qui concerne particulièrement l’utilisation du superlatif en français par les fin­no­phones est celui de la focalisation. Le finnois ne met pas systématiquement en relief le propos de la phrase par des procédés particuliers et use d’une sorte de focalisation « plate » (p. 515), qui peut très bien s’ap­pli­quer au su­per­la­tif également. Ainsi la phrase finnoise suivante :

Ääni aiheutti eniten ongelmia videoneuvotteluissa.

s’interprète de deux manières :

(1) C’est le son qui a posé le plus de problème dans les vidéoconférences
(2) C’est dans les vidéoconférences que le son a posé le plus de problèmes.

Par défaut, en finnois, en l’absence d’autres éléments de focalisation, l’interprétation se fait par la phrase (1). La distinction entre les deux interprétations peut évidemment se faire en fonction du contexte, selon que le thème du contexte est les vidéoconférences (1) ou les problèmes de transmission du son (2), ou, à l’oral, aussi grâce à l’intonation. Dans de tels cas, s’il y a en français plusieurs éléments sur lesquels peut porter le focus, on utilise pratiquement toujours une construction clivée (p. 516), car le superlatif est par défaut l’élément qui représente le propos (Pierre est le plus doué). Si on dit simplement en français

Le son a posé le plus de problème dans les vidéoconférences.

l’interprétation se fait par défaut dans le sens de l’exemple (2), parce que le focus se trouve par défaut à la fin de l’énoncé (p. 511 §2), donc dans ce cas sur le complément circonstanciel dans les vi­déo­con­fé­ren­ces, donc exactement à l’inverse du finnois. C’est pour cette raison qu’en français, quand on veut utiliser un superlatif dans ce genre de phrase, il faut le plus souvent utiliser une construction clivée, ce qui n’est pas si simple, étant donné que le finnois n’utilise pas de façon sys­tématique ce mode d’expression. Ainsi la phrase sans aucun procédé de focalisation particulier

L’analyse du corpus a posé le plus de problèmes.

est sentie comme incomplète, et le lecteur francophone se demande « …a posé le plus de problèmes dans quoi ? ». Cet effet indésirable est supprimé quand on utilise une construction clivée :

C’est l’analyse du corpus qui a posé le plus de problèmes.

On peut aussi utiliser d’autres procédés, l’essentiel est de mettre en relief l’élément qui est le propos (3). Le plus simple reste cependant la construction clivée (4) :

(3) Nous avons trouvé le moins d’occurrences précisément dans les réponses des élèves de lycée.
(4) C’est dans les réponses des élèves de lycée que nous avons trouvé le moins d’occurrences.

2. Procédés utilisés en finnois

Le finnois use cependant aussi de procédés de focalisation dans le cas du superlatif, soit avec des ad­ver­bes, soit avec extraction :

Useimmiten juuri tämä aiheuttaa eniten ongelmia, sillä Internetissä ei ole mahdollista varata omaa kaistaleveyttä.
Akku on se, mikä aiheuttaa eniten ongelmia.
Asukkaiden mielestä kielitaidon puute aiheutti eniten ongelmia, kun taas kiinteistöhoitajien mielestä selkeä opastamisen puute on syy ongelmiin.
[dans la deuxième proposition, l’adverbe taas permet d’identifier le thème et le propos, sinon on retrouverait un cas typique de focalisation plate]

Pour rendre ces mêmes idées en français, il ne faut donc pas hésiter à utiliser une construction clivée :

Le plus souvent, c’est précisément cela qui cause le plus de problèmes, car il n’est pas possible de réserver de la bande passante sur internet.
La batterie est ce qui pose le plus de problèmes.
De l’avis des locataires, c’est la méconnaissance du finnois qui cause le plus de problèmes, alors que de l’avis des gérants, c’est l’absence de signalisation claire qui en est la cause.