Vous êtes ici : Les pronoms » Les compléments du verbe et le pronom » Les compléments du verbe
201. Le profil lexico-syntaxique du verbe

1. Généralités

La question du complément du verbe est abordée en introduction de la partie consacrée aux pronoms par­ce que la forme des pronoms personnels dépend en assez grande partie de leur fonction, notamment quand ils sont employés comme objet du verbe. Il est donc essentiel de bien savoir distinguer les dif­fé­rents types de compléments : objet direct, objet indirect, complément circonstanciel etc. La sémantique de la complémentation concerne bien évidemment aussi le GN en général, mais en français la fonction grammaticale du nom n’a pas d’effet sur la forme de celui-ci, contrairement à celle du pronom.

Le complément du verbe est un syntagme nominal ou prépositionnel qui dépend sémantiquement et syn­taxiquement du verbe et qui le complète (dans le sens de « remplir », täydentää). Chaque verbe, à cause de son sens, implique différents types de compléments : le verbe manger implique que quelqu’un mange quel­que chose, le verbe offrir implique que quelqu’un offre quelque chose à quelqu’un, le verbe penser implique qu’on pense quelque chose, ou bien qu’on pense à quelque chose, etc. L’action verbale est réa­lisée par un agent, une instance qui « agit », et cette action (au sens très large de « toiminta ») s’exerce sur des objets (au sens de « toiminnan kohde »). Agent et objet sont des éléments de l’actance verbale : les ac­tants du verbe sont les éléments qui indiquent que quelqu’un ou quelque chose « fait » quelque chose, et qui fait quoi dans l’action verbale. Au sens large, tous ces éléments sont des compléments du verbe, des éléments qui com­plètent de façon essentielle la structure du verbe. [1]

Remarque : dans la terminologie grammaticale courante, le terme de complément du verbe désigne de façon très vaste les actants autres que le sujet ou l’attribut du sujet, et c’est dans ce sens courant qu’on utilise ici le terme de complément.

2. Le profil lexico-syntaxique du verbe

Chaque verbe, à cause de son sens, implique différents types de compléments. Dif­férents verbes impliquent différents types de compléments. Comparer le schéma sémantique des verbes suivants :

naitre : S nait. [S = sujet]
obéir : S obéit à quelqu’un [complément1]
parvenir : S parvient à quelque chose [complément1] / jusqu’à quelque chose [complément1]
hériter : S hérite quelque chose [complément1] de quelqu’un [complément2]
échanger : S échange quelque chose [complément1] à quelqu’un [complément2] contre quelque chose [complément3]

3. Le sens varie en fonction des compléments possibles

Le verbe peut changer de sens en fonction des différents compléments. Le verbe jouer en est un bon exem­ple :

1) sans complément (fin. olla väljä, lonksua) : cette vis joue ;

2) avec un complément sans préposition
(fin. pelata, panna peliin) jouer un as ;
(fin. panna likoon) jouer toute sa fortune ;
(fin. panna alttiiksi) jouer sa réputation ;
(fin. näytellä) jouer un rôle, jouer Othello ;
(fin. teeskennellä) jouer les grands seigneurs ;

3) avec un complément introduit par une préposition :

– avec préposition à :
(fin. leikkiä jotakin) jouer au papa et à la maman ;
(fin. leikkiä jollakin) jouer à la poupée ;
(fin. pelata) jouer au football ;
(fin. esittää) jouer au héros ;

– avec préposition avec :
(fin. leikkiä jollakin) jouer avec le feu ;

– avec préposition de :
(fin. soittaa) jouer du piano ;
(fin. käyttää) jouer des coudes/du couteau, jouer de ses relations, jouer de son charme ;
(fin. saada osakseen) jouer de malchance ;

– avec préposition sur :
(fin. vaikuttaa, leikitellä) jouer sur le sens.

Il s’agit donc à chaque fois en quelque sorte d’un verbe différent : jouer [sans complément], jouer qch, jouer sur qch, jouer de qch, etc.

4. Le complément valenciel

Les compléments que le verbe peut recevoir et la manière dont les compléments sont rattachés au verbe (avec ou sans préposition, type de préposition) établissent pour chaque verbe un « profil lexico-syntaxi­que », qui définit le sens et la construction syntaxique du verbe. Chaque verbe a ainsi une valence (terme em­prunté au vocabulaire de la chimie [2]) : il peut se combiner avec un certain type de compléments, com­me les atomes peuvent se combiner avec certains autres types d’atomes. On peut donc appeler ces com­plé­ments des compléments valenciels.

Le complément du verbe n’est pas toujours exprimé (on parle alors d’emploi absolu, voir p. 202 §3) :

Tu crois qu’il va vendre sa maison à un promoteur ? Luuletko, että hän myy talonsa grynderille?
Tu crois qu’il va vendre ? Luuletko, että hän myy?

Mais même si le complément n’est pas exprimé, chaque verbe « contient » ses compléments dans sa struc­ture sémantique et logique, dans son profil lexico-syntaxique.