Vous êtes ici : Les pronoms » Les compléments du verbe et le pronom » Les compléments du verbe
209. Le com­plé­ment cir­cons­tan­ciel et la phrase

1. Le cc ne fait pas partie intégrante du syntagme verbal

Contrairement au coi, qui est un élément inclus dans la structure du verbe, le com­plé­ment cir­cons­tan­ciel (cc) est extérieur au syntagme verbal et se place librement dans la phrase. Le coi ne peut pas se placer aussi librement dans la phrase (p. 210), il se trouve en général après le verbe, comme tous les com­plé­ments valenciels du verbe. On peut par exem­ple placer le coi en tête de phrase en le détachant :

Il avait offert des fleurs à son amie.
À son amie, il avait offert des fleurs.

Mais il y a de nombreuses contraintes pour réaliser le détachement, et l’effet de sens obtenu n’est évi­dem­ment pas le mê­me que dans l’ordre des mots normal.

La phrase peut contenir à la fois des cc et des coi. Dans les exem­ples suivants, le cc (en italique) n’a pas le mê­me rapport avec le verbe que le coi (com­plé­ment valenciel), figuré en couleur :

À Paris, nous sommes allés dans de nombreux musées.
Dans le vent, le drap s’est enroulé autour de la corde à linge.
À Paris, nous avons logé dans un hôtel.
Mon frère m’a parlé longuement de la ville où il passe ses vacances.
De la ville où il passe ses vacances, mon frère peut facilement aller en Italie.

On peut ainsi dis­tin­guer

Il réfléchit au problème. Hän miettii ongelmaa. coi
Il réfléchit au lit. Hän miettii sängyssä. cc

Parfois, la distinction est subtile :

J’ai emprunté le DVD à un ami.
J’ai emprunté le DVD à la bibliothèque.

On peut considérer que à un ami est un coi (emprunter quelque chose à quelqu’un), alors que à la bi­bli­ot­hè­que est plutôt un cc : on n’emprunte pas les livres à proprement parler à la bibliothèque, mais au pro­prié­tai­re de la bibliothèque, au bibliothécaire, etc. À la bibliothèque indique l’endroit on a emprunté les livres (le véritable « prêteur » n’étant pas précisé).

2. Savoir interpréter la dif­fé­ren­ce entre coi et cc

Dans une cons­truc­tion comme je compte sur toi (luotan sinuun), il est clair que sur toi est le com­plé­ment va­lenciel du verbe. Si c’était le com­plé­ment cir­cons­tan­ciel, cela signifierait « je suis assis sur toi et je comp­te ». Comparer éga­le­ment :

Il chuchotait des mots d’amour à son amie. Hän kuiskasi lemmensanoja tyttöystävälleen.
Il chuchotait des mots d’amour à l’oreille de son amie. Hän kuiskasi lemmensanoja tyttöystävänsä korvaan.

Dans le premier exem­ple, à son amie est le coi du verbe (la personne à qui les mots d’amour sont dits). Dans le deuxième exem­ple, à l’oreille est l’endroit où ces mots d’amour sont chuchotés (mais les mots sont pour l’amie, pas pour l’oreille !), il s’agit d’un cc ; si c’était un coi (com­plé­ment valenciel), ce serait en fin­nois Hän kuiskasi lemmensanoja tyttöystävänsä korvalle.