Vous êtes ici : Les pronoms » Les compléments du verbe et le pronom » Les compléments du verbe
FAQ : raconter de quelque chose ?

1. Raconter est transitif direct

Une erreur particulièrement fréquente chez les fin­no­pho­nes est le fait de construire le verbe raconter comme un verbe transitif in­di­rect (avec la pré­po­si­tion de) :

*Ce livre raconte de la France.
*Le film racontait de la jeunesse de Mozart.

Cette erreur est due au fait qu’en finnois le verbe kertoa peut s’uti­li­ser de deux façons :

transitif direct : kertoa tarina raconter une histoire
transitif in­di­rect : kertoa aiheesta parler d’un thème [et non pas : raconter *d’un thème]

En français, le verbe raconter est toujours transitif direct ; on raconte une histoire ou tout autre « pro­ces­sus » assimilable à une narration :

Je vais maintenant vous raconter une histoire très amusante.
Un de ces jours, je te raconterai mon voyage au Ladakh.
Il nous a raconté ses mésaventures lors de son séjour à Paris.
Vous en avez assez de raconter de belles histoires à vos enfants ? Un bon podcast, et on n’en parle plus !

On peut donc effectivement trouver des occurrences de raconter de, mais il peut s’agir par exem­ple du verbe raconter suivi d’un GN avec article indéfini de dans un GN objet direct d’une phrase négative (p. 49) ou d’un article indéfini pluriel devant adjectif antéposé (p. 48) :

Créer une mémoire d’entreprise c’est raconter de belles histoires.
Guy ne racontait pas de mensonges. C’était un gars normal.
Ne raconte pas d’histoires !

2. Objet second introduit par de

Mais on peut aussi trouver des cas dans lesquels de (dans raconter de) est bien une pré­po­si­tion. En effet, on peut uti­li­ser raconter de qch pour introduire un com­plé­ment d’objet in­di­rect, mais c’est tou­jours com­me objet second (p. 206), en liaison avec un objet direct :

raconter qch de qch = raconter qch au sujet de qch = kertoa jtak jstak

Alors, qu’est-ce qu’il t’a raconté de moi ?
L’auteur raconte de son enfance qu’elle lui a paru le moment le plus sombre de sa vie.
Son épouse a éga­le­ment lu le livre et a retrouvé ce que son époux lui racontait de cet épisode de sa vie.

Le finnois kertoa jostakin (sans autre com­plé­ment, jostakin étant l’objet premier) se traduit en général par par­ler de :

Ce livre parle de la France.
Le film parlait de la jeunesse de Mozart.
Il a raconté de drôles d’anecdotes et il a parlé de certaines des dif­fi­cul­tés rencontrées dans l’exercice de ses fonctions.

3. Autres sens

Le verbe kertoa jstak peut aussi avoir d’autres sens, olla merkki jstak (être le signe de qch, être révélateur de qch) ou ilmoittaa jstak (annoncer qch, faire état de qch) :

Viimeinen tapaus kertoo tuomioistuinten kuormittamisesta.
La récente affaire est révélatrice de la surcharge de travail de la justice.
Uudistusten hidas käyttöön ottaminen kerto asenneongelmista.
La lenteur de l’adoption des réformes est révélatrice d’un problème de mentalités.
Suorassa televisiolähetyksessä uutisreportterit kertoivat lukuisista muista räjähdyksistä rakennuksessa.
Dans l’émission télévisée en direct, les reporters ont fait état de nombreuses autres explosions dans le bâtiment.
Viranomaiset kertoivat kahdesta uudesta lintuinfluenssatapauksesta.
Les autorités ont fait état de deux nouveaux cas de grippe aviaire.