Vous êtes ici : Les pronoms » Les pronoms personnels » Le P3 à antécédent groupe nominal
258. Le P3 à antécédent GN cod : déterminant indéfini

1. Nom déterminé par une forme de l’article indéfini en d-

Quand le pronom de 3e personne se substitue à un GN précédé d’une des formes de l’article indéfini commençant par un d (voir les formes p. 50), il prend la forme invariable en. Ces formes d’article en d- sont toutes les for­mes de l’article indéfini autres que un/une : le singulier massif du, de la (de l’ devant voyelle), le pluriel des ou sa forme de devant adjectif antéposé (p. 48), ainsi que la forme de de l’article indéfini de­vant COD d’un verbe négatif (p. 49).

Le groupe article + nom est alors repris par en (tout seul) :

Le voisin m’a donné des perches. Naapuri antoi minulle ahvenia. Le voisin m’en a donné.
II y a souvent des accidents. Il y en a souvent.
Il a cueilli de beaux champignons. Il en a cueilli.
Je n’ai plus d’allumettes. Je n’en ai plus.
Le 1er mai, on vend partout du muguet. Vappuna myydään kaikkialla kieloja. On en vend partout.
J’ai mangé de la glace. J’en ai mangé.
Les fruits sont bons pour la santé. Mangez-en tous les jours.
Tu veux une pomme ? Je n’en veux pas.
Si tu aimes tellement le chocolat, je t’en achèterai tous les jours.

Dans certains des exem­ples ci-dessus, le pronom en semble renvoyer à des noms déterminés par un dé­ter­mi­nant qui n’est pas une forme d’article indéfini en d- (une pomme, le chocolat). Mais en réa­li­té le pro­nom en renvoie à un groupe non exprimé, qu’on peut rétablir par une phrase in­ter­médiaire (p. 218 §2) :

Les fruits sont bons pour la santé. Mangez des fruits tous les jours. Mangez-en tous les jours.
Tu veux une pomme ? – Non, je ne veux pas de pomme. Je n’en veux pas.
Si tu aimes tellement le chocolat, je t’achèterai du chocolat tous les jours. Je t’en achèterai tous les jours.

Dans ces phrases, le pronom de 3e personne en ne reprend pas les GN une pomme, les fruits ou le cho­co­lat, mais de pomme, des fruits et du chocolat.

2. Nom déterminé par un autre déterminant non défini

Quand le pronom de 3e personne se substitue à un GN précédé par tout autre déterminant indéfini qu’une forme de l’article indéfini en d-, autrement dit un, quelques, trois, plusieurs, beaucoup de, etc. (voir exem­ples tableau p. 3) :

  1. on remplace le groupe déterminant + nom par le pronom en et
  2. on rajoute après le verbe le pronom correspondant au déterminant (cf. tableau p. 320) :

déterminant plusieurs pro­nom plusieurs
déterminant quelques quelques-uns (remarquer cette forme exceptionnelle)
déterminant beaucoup de pronom beau­coup etc.

À noter :

Il n’a pas beaucoup d’argent. Il n’en a pas beaucoup.
Il y a eu des milliers de cas. Il y en a eu des milliers.

Nous avons trouvé nombre d’exemples. *Nous en avons trouvé nombre. Nous en avons trouvé un grand nombre.
Nous avons trouvé quantité de cas. Nous en avons trouvé quantité. ou Nous en avons trouvé une grande quantité.

Les exem­ples suivants présentent différents types de déterminants :

Tu as un chien ? Tu en as un ?
Tu veux écouter un nouveau disque ? Tu veux en écouter un ?
Tu auras beaucoup de cadeaux. Tu en auras beaucoup.
Je ne veux que trois billets. Je n’en veux que trois.
Il y a eu des milliers de cas. Il y en a eu des milliers.
Nous n’avons entendu aucune protestation. Nous n’en avons entendu aucune.
Achète plusieurs magazines. Achètes-en plusieurs.
Il a mangé toute une boite de chocolats. Il en a mangé toute une boite.
J’ai reconnu certains élèves. J’en ai reconnu certains.
Elles ont gagné un certain nombre de points. Elles en ont gagné un certain nombre.
Nous avons reconnu quelques acteurs. Nous en avons reconnu quelques-uns.
On a cueilli tout plein de myrtilles. On en a cueilli tout plein.

3. Important !

En finnois, en correspond à sitä ou niitä, mais d’habitude on ne l’exprime pas :

J’en ai encore d’autres. Minulla on [niitä] lisää.
Il m’en faut seulement un peu. Tarvitsen [siitä] vain vähän.
Il en a acheté trois. Hän osti [niitä] kolme.
Achètes-en plusieurs. Osta monta.

Mais en français, l’uti­li­sation de en est nécessaire et obligatoire. Dans les exem­ples ci-dessus, on ne pour­rait pas dire (mê­me pas dans la langue parlée) *j’ai encore d’autres, *il a acheté trois, etc. Voir p. 265.