Vous êtes ici : Les pronoms » Les pronoms personnels » Le P3 à antécédent groupe nominal
263. Le P3 GN com­plé­ment d’objet in­di­rect : à/de + GN

1. À + gn, référent animé

Quand le groupe nominal auquel le pronom se substitue est introduit par la pré­po­si­tion à, la forme du pronom COI à référent animé est lui au singulier et leur au pluriel. Il n’y a pas de dif­fé­ren­ce entre le mas­culin et le féminin :

Je donne le livre à Charlotte. → Je lui donne le livre.
Son mari lui a offert un collier. [offrir à]
Le contrôleur leur a souhaité un bon voyage. [souhaiter à] Konduktööri toivotti heille hyvää matkaa.
Ses enfants lui manquent beaucoup. [manquer à, voir p. 62]. Hän kaipaa paljon lapsiaan.

Remarque : après certains types de verbes (penser à, songer à, tenir à etc.), on ne peut pas uti­li­ser la for­me syn­cré­tique lui/leur, et la for­me disjointe après pré­po­si­tion est obligatoire (voir p. 303).

2. Référent non animé

Quand le nom contenu dans le groupe nominal à + GN renvoie à un non animé, le pronom conjoint COI (complé­ment valenciel pré­po­si­tionnel) prend la forme invariable y :

Le président a assisté à la réunion. Le président y a assisté.
Je me suis habitué à ce pays. Je m’y suis habitué.
Tu penses beaucoup aux vacances ? Tu y penses beaucoup ?
Il est entré à l’université à 18 ans. Il y est entré à 18 ans.
Est-ce que la voiture est au garage ? Oui, elle y est. [1]

3. Exceptions

a. La norme veut qu’on n’exprime pas y devant les formes du futur simple et du conditionnel présent du verbe aller ; ces formes commencent par i et on ainsi évite la répétition de [i] :

Vous allez en Finlande ? Oui, nous irons en juin [et non pas : *nous y irons].

Beaucoup d’usagers de la langue ignorent qu’une telle règle existe : les exem­ples avec y irons ou y ira, y irais, etc. sont très nombreux sur Internet. Cette règle n’a pas une grande importance dans la lan­gue par­lée, car dans la langue parlée, on omet de toute façon assez souvent y devant aller (mê­me devant des for­mes ne commençant pas par i ) :

Tu vas quand à la banque? – Je vais demain. Milloin käyt pankissa? – Käyn huomenna.

Mais dans la langue écrite, on exprime habituellement le pronom y et il faut donc veiller, à l’écrit, à ne pas l’uti­li­ser devant les formes en i du verbe aller.

b. Il existe aussi un certain nombre de verbes avec lesquels il est possible d’uti­li­ser les formes du pro­nom conjoint il (lui/leur) renvoyant à un non animé mê­me dans la norme de l’écrit soigné :

Aimer la vie, lui trouver un sens.
Pendant des années, les professeurs ont réclamé un nouveau laboratoire. Depuis qu’il est là, on lui trouve tous les défauts.
Ce médicament est connu depuis l’Antiquité, on lui prête des vertus miraculeuses.
La CNIL déplore que le paramétrage ne puisse être effectué depuis un smartphone et lui reproche sa complexité.
Si le diner assis reste un modèle largement dominant, 3 personnes sur 10 tendraient à lui préférer l’apéritif, qui requiert nettement moins de travail et d’expertise.

Ces verbes expriment souvent un jugement, une opinion, et équi­va­lent à une cons­truc­tion complétive :

On lui trouve tous les défauts. – On trouve qu’il a tous les défauts.
On lui prête des vertus miraculeuses. – On pense qu’il a des vertus miraculeuses.
Les gens lui préfèrent l’apéritif. – Les gens trouvent que l’apéritif est plus facile/simple.

4. De + GN, référent animé

Au contraire de ce qui se produit dans le cas de à + GN, quand le groupe nominal auquel le pronom se subs­ti­tue est introduit par la pré­po­si­tion de et qu’il a un référent animé, il n’existe pas de forme de pro­nom syncrétique conjointe particulière : on uti­li­se la forme disjointe du pronom (lui elle eux elles) après de. C’est éga­le­ment le cas dans les cons­truc­tions disloquées avec rejet du pronom en tête de phrase (ex­em­ples c et d) :

(a) Il parle sans arrêt de son frère. Il parle sans arrêt de lui.
(b) Où est donc ta sœur ? J’aurais besoin d’elle pour faire un petit travail.
(c) De lui, je me souviendrai toujours.
(d) D’eux tu m’avais déjà parlé la dernière fois.

Dans une phrase comme Vous avez encore besoin d’elle ? rien ne permet donc à l’écrit de déceler s’il y a mise en relief ou non. À l’oral, l’intonation fait ressortir l’insistance sur elle, s’il y en a une.

5. Référent non animé

Quand le nom du groupe nominal de GN renvoie à un non animé, il est repris par la forme syn­cré­tique in­variable en :

Depuis qu’il a découvert la Chine, il en parle sans arrêt. (< il parle de la Chine)
Tu as été à Luxembourg ? – J’en viens. (< je viens de Luxembourg) Oletko käynyt Luxemburgissa? – Olen sieltä tulossa.
Ne range pas les skis, on peut encore en avoir besoin. (< avoir besoin des skis)
J’ai failli oublier le rendez-vous, heureusement je m’en suis souvenu. (< je me suis souvenu du rendez-vous) Olin unohtaa tapaamisen, onneksi muistin sen.