Vous êtes ici : Les pronoms » Les pronoms personnels » Le P3 à antécédent groupe nominal
266. Le P3 GN coi : autres pré­po­si­tions + GN

Quand le groupe pré­po­si­tionnel (GP) est composé d’un GN et d’une pré­po­si­tion autre que à et de, il n’exis­te pas de système généralisé de formes syncrétiques de pronoms permettant de renvoyer à celui-ci, sauf quelques exceptions ponctuelles. Les procédés varient en outre selon le niveau de lan­gue et la ca­té­go­rie référentielle du GN.

1. Référent animé

Quand le référent du GN est animé, le COI introduit par une autre pré­po­si­tion que à et de est repris par les formes disjointes lui elle eux elles du pronom de 3e personne placé après la pré­po­si­tion :

Tu peux compter sur mon fournisseur. Tu peux compter sur lui.
J’ai couru après les lapins. J’ai couru après eux.
Il n’est pas de force à lutter contre ces adversaires. Il n’est pas de force à lutter contre eux.
Mélanie est allée chez ses amies. Mélanie est allée chez elles.
Il faudra passer par les autorités locales. Täytyy asioida paikallisten viranomaisten kanssa. Il faudra passer par elles.

2. Référent non animé, langue écrite : pronom celui-ci

Quand le GN a un référent non animé, la forme du pronom de 3e personne COI est celui-ci (ceux-ci celle-ci celles-ci). Ce pronom démonstratif perd alors sa valeur proprement déictique et devient un véritable anaphorique, qui, dans cet emploi, correspond régulièrement au finnois se (et non pas tämä) et s’in­tègre dans le système du P3 comme allomorphe de il. Comparer :

L’enfant tournait autour de sa mère. L’enfant tournait autour d’elle.
Les enfants tournaient autour de l’arbre. Les enfants tournaient autour de celui-ci.

Le pronom celui-ci est la seule forme d’anaphorique (pronom de 3e personne) uti­li­sable dans ce cas dans la norme de la langue écrite. Cette valeur anaphorique ressort clairement des exem­ples suivants :

Une corde à linge traversait la cour. Dans le vent, un drap s’était enroulé autour de celle-ci.
Les méfaits sanitaires du tabac et la lutte contre celui-ci [titre de rapport]
En 1992, le Gouvernement fédéral décide de consulter les personnes qui vivent dans la pauvreté dans le but de lutter plus efficacement contre celle-ci.
La pâte à sel s’est avérée trop liquide pour obtenir un résultat probant et les élèves ont eu tendance à jouer avec celle-ci.
En fait, il s’agit moins de remettre en question l’autorité de Virgile que de jouer avec celle-ci, voire de la renforcer.
Nous avons besoin de votre matériel et nous souhaiterions pouvoir compter sur celui-ci pour couvrir l’évènement.

On trouve cependant dans les textes de langue courante (type Internet, blogs, forums) de nombreuses occurrences où des francophones uti­li­sent de façon erronée les formes avec lui, pour elle etc. pour ren­voyer à un non animé. Cependant, cet emploi est à proscrire de la langue écrite soignée et ne se rencontre par exem­ple jamais dans la langue administrative, juridique etc.

3. Adverbe y

Si la pré­po­si­tion du groupe pré­po­si­tionnel (GP) est une pré­po­si­tion à sens spatial (sous, dans, derrière etc.), on peut reprendre le GP avec le pronom y (qui sert normalement de substitut à un groupe à + GN) :

Est-ce que mes lunettes sont dans la voiture ? Oui, elles y sont.
Le parapluie est derrière la porte. Non, il n’y est pas.
Ne va pas en Italie en aout, il fait trop chaud. N’y va pas en aout.
Nous allons rapidement vers de graves dif­fi­cul­tés. Nous y allons rapidement.
Mylène est déjà allée dans ce pays ? – Non, elle n’y est jamais allée.
Tu as rangé le livre dans la bibliothèque ? – Oui, je l’y ai remis.

Dans ces exem­ples, les groupes pré­po­si­tionnels sont des com­plé­ments valenciels des verbes en question (être quelque part, mettre quelque part, aller quelque part) et la pré­po­si­tion peut exprimer divers rap­ports spa­tiaux (sous, sur, derrière, devant, etc.). Exactement comme l’adverbe quelque part, le pro­nom de 3e personne y est apte à exprimer de façon générique tous ces rapports.

4. Autres procédés anaphoriques

On peut aussi renvoyer au GN en le reprenant tel quel :

Depuis les manifestations qui ont suivi le lancement de la guerre contre l’Afghanistan au début du mois d’octobre, peu de gens ont protesté contre la guerre en France. [exem­ple tiré d’Internet]

Dans cette phrase, on ne pourrait pas dire *ont protesté contre elle. Mais on pourrait dire ont pro­tes­té con­tre celle-ci. Éventuellement, l’impression de répétition peut être atténuée par l’uti­li­sation d’un dé­ter­mi­nant démonstratif :

Un an après le 11 septembre, le monde se trouve face à une nouvelle guerre. Le chancelier allemand, le président français et d’autres représentants européens se sont prononcés contre cette guerre. [exem­ple tiré d’Internet]

Il est éga­le­ment possible de construire la phrase en changeant de verbe, pour que le verbe puisse re­ce­voir un com­plé­ment sous forme de pronom. On pourrait transformer l’exem­ple précédent ainsi :

Un an après le 11 septembre, le monde se trouve face à une nouvelle guerre. Le chancelier allemand, le président français et d’autres représentants européens s’y sont opposés / l’ont condamnée.