Vous êtes ici : Les pronoms » Les pronoms personnels » Le P3 à antécédent groupe nominal
270. Remarques sur le P3 à antécédent GN

1. Animé vs non animé

La distinction entre animé et non animé est un aspect peu documenté dans les grammaires FLE. Elle revêt une importance particulière du point de vue des apprenants fin­no­pho­nes, car elle recoupe, en partie, l’opposition +humain/−humain qui existe en finnois entre les pronoms hän et se. En français, il existe une opposition similaire, mais elle diffère sensiblement de celle du finnois par deux aspects essentiels :

  1. l’opposition se fait sur une catégorie plus vaste (animé, donc humains et animaux, opposé à non animé)
  2. cette opposition ne se manifeste que dans les formes com­plé­ment d’objet in­di­rect et com­plé­ment cir­cons­tan­ciel.

Ainsi, on peut dire d’un animé (être humain, chat, vache, etc.) :

J’étais avec lui. Il marchait devant elles.
Je pense à lui. Je jouais avec eux. etc.

Mais quand le groupe nominal désigne un non animé, il faut normalement uti­li­ser les formes conjointes en et y ou bien, quand la forme conjointe est impossible, le pronom celui-ci :

Je suis venu avec celui-ci. [en parlant d’un train],
Nous étions avant celui-ci. [en parlant d’un pont], etc.

Uti­li­ser lui dans ce cas (Tu as pris ce train-là – Oui, *je suis venu avec lui) est agrammatical. En revanche, il n’y a pas d’opposition entre animé et non animé dans les formes conjointes sujet il et com­plé­ment d’ob­jet direct le.

Il n’est pas toujours très facile de déterminer avec certitude dans quel cas le référent du groupe nominal est animé ou non. Certains objets peuvent devenir animés par métaphore, surtout s’ils semblent animés d’une vie propre : Quand j’ai vu le camion venir sur moi, je me suis dit que lui, je ferai mieux de l’éviter ! [on pourrait dire aussi : celui-là, je ferais mieux…]. On peut aussi analyser cet emploi comme une métonymie camion-conducteur.

2. Le datif éthique

Dans la langue familière, on peut utiliser un pronom COI pour impliquer dans l’action la personne à qui on parle. On définit ce pronom comme un datif éthique. Dans la phrase suivante :

Je vais te lui dire ce que j’en pense.

le pronom te signifie en quelque sorte : tu vas voir comment je vais lui dire ce que j’en pense. De mê­me dans Regarde-moi ça, le pronom moi invite la personne à qui on parle à s’intéresser à l’action. On pourrait paraphraser cette phrase ainsi : Regarde ! tu vois toi aussi ce que je vois ?

Dans la langue parlée, on trouve également un datif éthique (qui est courant en espagnol dans de nombreuses expressions verbales) sous forme de pronom réfléchi :

Bon, on se le boit, ce rosé ou pas ?
Au fait, le lapin en chocolat, je me le suis mangé tout seul.

L’uti­li­sation du datif éthique est très délicate (et plus ou moins inutile) pour l’apprenant de FLE, mais il faut savoir le reconnaitre.