Vous êtes ici : Les pronoms »  Les pronoms personnels » Le P3 à antécédent non GN
275. Formes du P3 à antécédent non GN

1. Description

On désigne dans cette grammaire du terme de « pronom de 3e personne à antécédent non GN » (ou P3 nonGN) le pro­nom qui ne renvoie pas à un groupe nominal, mais à toute autre partie du discours (adjectif, in­fi­ni­tif, pro­po­si­tion, phrase) ou objet de pensée non précisément définissable (idée contenue dans un contexte). La forme générique de ce pronom est ça. L’antécédent de ce pronom peut parfois être difficile à restituer en termes précis. La caractéristique principale de ce pronom n’est pas d’être neutre (ni masculin ni féminin), mais qu’il ne renvoie pas à un GN. Il ne peut donc pas porter de marque de genre ni de nombre (il est donc neutre « par défaut ».)

En français moderne, la forme de base du P3 à antécédent non GN est ça (p. 295 §1). Ce pronom a une variante « lon­gue », cela, de laquelle il est issu étymologiquement, et qui est utilisée dans la langue écrite. Malgré ce qu’enseignent en général les grammaires, qui présentent ça comme une variante familière de cela, la situation est exactement inverse : la forme générique du P3-GN est bien ça, et c’est cela qui est une variante de celle-ci. En effet, la forme cela est loin d’être systématiquement in­ter­chan­gea­ble avec ça, et souvent seule la forme ça peut être employée, l’emploi de la forme cela étant étrange ou franchement agrammatical. Voir faq p. 293.

Le pronom ça/cela a des formes conjointes spéciales qui varient se­lon la fonction grammaticale du pronom. Comme dans le cas du P3 à antécédent GN, le système repose sur l’uti­li­sation de mots de catégories grammaticales dif­fé­ren­tes. En revanche, les formes de ça ne varient pas en fonction des mê­mes critères que celles du pronom il : comme ce pronom n’a pas d’an­técédent GN, la forme du déterminant ou la catégorie référentielle (+animé ou −animé) ne jouent aucun rôle. Les formes conjointes du pronom ça connaissent le mê­me genre de « déclinaison » que le P3 à antécédent GN. Les for­mes de ces deux pronoms sont en partie identiques . Après pré­po­si­tion, on uti­li­se la forme de base ça/cela :

275. Comparaison P3 à antécédent GN et P3 à antécédent non GN
fonction P3 antécédent GN P3 antécédent non GN
sujet il ça/cela – ce
COD le le
COI à+ y y
COI de+ en en
autre pré­po­si­tion contre lui/contre celui-ci contre ça/cela

Les problèmes évoqués ci-dessus que posent l’opposition ou le choix entre les formes ça et cela en fonction du niveau de langue ou du sens ne se posent pas pour les allomorphes le, y et en, où l’opposition entre forme de la langue courante ça et forme de la langue écrite cela est effacée.

2. Deux pronoms le, y, en

Il existe donc en français deux pronoms le : l’un est le COD du P3 à antécédent GN il, l’autre est le COD du P3 à antécédent non GN ça. Il y a donc aussi deux pronoms y et en, qui sont des formes de l’un ou de l’autre pronom. Il est très important pour l’apprenant FLE (notamment fin­no­pho­ne) de comprendre qu’il s’agit de deux pro­noms différents : le pronom le substitut de GN (forme de il) n’est pas du tout la mê­me chose que le pronom le forme COD de ça, mê­me si les grammaires présentent souvent ces pronoms dans les mê­mes ta­bleaux.

Le pronom sujet ça a une variante ce, qui s’uti­li­se devant certaines formes du verbe être et, dans la langue écrite, devant les auxiliaires modaux (p. 283). En dehors de ces cas, la forme ce n’a pas d’uti­li­sation com­me pro­nom indépendant (sauf quelques cas particuliers, voir p. 234).

Le pronom de 3e personne à antécédent non GN a une forme particulière quand il est antécédent de relative : ce (ce qui m’intéresse, ce à quoi je pense, ce dont tu parles, etc.). Les pronoms antécédents de relative sont traités de façon détaillée p. 238.