Vous êtes ici : Les pronoms »  Les pronoms personnels » Le P3 à antécédent non GN
278. Ça pronom généraliste à valeur propositionnelle

1. P3 généraliste à valeur propositionnelle

Dans la langue écrite et parlée, on relève de nombreux cas dans lesquels l’opposition anaphore/deixis se réduit au minimum, autrement dit on constate un emploi quasi systématique de la forme disjointe ça de pré­fé­ren­ce aux formes conjointes correspondantes, en dehors de toute valeur déictique :

(1a) Elle a aimé la robe que tu lui as offerte ? – Oui, ça lui a plu.
(2a) Elle était bonne, la soupe ? – Ça manquait un peu de sel.
(3a) Tu as aimé le film ? – Ça m’a pas tellement plu.
(4a) Comment tu trouves cette robe ? – Ça me plait pas mal.
(5a) Regarde ta plaie au genou, ça saigne. Il faut soigner ça.
(6a) Tu as aimé la musique du film ? – Non, c’était banal. 

Dans la langue écrite (et bien sûr aussi dans la langue parlée), on pourrait dans tous ces cas aisément uti­li­ser le pronom de 3e personne à an­té­cé­dent GN il, sous ses dif­fé­ren­tes formes :

(1b) Elle a aimé la robe que tu lui as offerte ? – Oui, elle lui a plu.
(2b) Elle était bonne, la soupe ? – Elle manquait un peu de sel.
(3b) Tu as aimé le film ? – Il ne m’a pas tellement plu.
(4b) Comment tu trouves cette robe ? – Elle me plait assez.
(5b) Regarde ta plaie au genou, elle saigne. Il faut la soigner.
(6b) Tu as aimé la musique du film ? – Non, elle était banale. 

2. Contenu de ça

Dans les exem­ples 1 à 6, le pronom ça semble renvoyer à un groupe nominal (la robe, la soupe, le film, etc.). En fait, le fait d’uti­li­ser le pronom ça indique un changement de catégorie de référence. Quand on dit Regarde ta plaie au genou, ça saigne !, le pronom ça désigne l’ensemble de la plaie de façon plus vague, « ce que tu as au genou ». Ça désigne un référent moins strictement délimité : au lieu de désigner l’objet initial (plaie, robe, soupe, etc.), on désigne de façon plus large la situation dans laquelle cet objet est impliqué. Le pronom a une valeur propositionnelle, autrement dit, il renvoie à une proposition P (au sens de « chose qu’on dit au sujet de quelque chose ») : le fait d’offrir la robe ou la réaction au cadeau, le mo­ment où on a gouté, l’impression éprouvée en écoutant la musique, etc.

Dans ces emplois, le pronom ça a toujours une certaine valeur déictique (c’est au départ un déictique), parce qu’on désigne la situation et non l’objet, comme si on s’y trouvait. La dif­fé­ren­ce entre je navais pas pensé à ça et je ny avais pas pensé est que ça renvoie plus concrètement à la situation d’énonciation (ce que tu me dis / ce que vous soulignez / ce que les gens viennent de dire / de me rappeler etc.). Mais en situation d’anaphore, la dif­fé­ren­ce effective est très faible :

Est-ce que vous avez pensé au problème de l’égalité des chances ? →
Je n’y avais pas pensé. / Je n’avais pas pensé à ça.

On retrouve le mê­me phénomène en finnois. Dans la phrase

Sinulla on haava polvessa, se pitää hoitaa.

le pronom se désigne la situation et ne renvoie pas véritablement au mot haava. La dif­fé­ren­ce avec le français, c’est qu’en finnois on uti­li­se le mê­me se dans les deux cas, alors qu’en français on fait la distinction entre la (la plaie) et ça (situation).

3. En position détachée

Selon le mê­me processus sémantique, le pronom ça/ce s’uti­li­se ainsi très fréquemment dans les cons­truc­tions disloquées, où il renvoie à un GN détaché. Ce GN est thématisé et met en place le cadre de la si­tua­tion à propos de laquelle on dit quelque chose (le propos) :

Alors, cette robe, ça te plait ?
Le café, c’était pour qui ? Kenelle se kahvi tuli?
Ça vous plait, ce film ?
La terrine de poisson, c’était pour Monsieur, l’assiette de crudités, c’est pour Madame. Kalateriini oli herralle, vihanneslautanen rouvalle.
Et la musique du film, tu trouves ça comment ?
Ça coute combien, cette voiture ?
C’est cher, tes bouquins ?
Ça lui arrive souvent, les crises d’asthme ? [1]

Dans ces exem­ples, on aurait aussi pu uti­li­ser le pronom de 3e personne à antécédent GN :

Ils sont chers, tes bouquins ?
Le café, il était pour qui ?
Il vous plait, ce film ?
La terrine de poisson, elle était pour Monsieur, l’assiette de crudités, elle est pour Madame.
Elle coute combien, cette voiture ?