Vous êtes ici : Les pronoms »  Les pronoms personnels » Le P3 à antécédent non GN
283. Le P3 à antécédent non GN sujet devant des auxiliaires modaux

1. Règle générale

Quand le verbe être est précédé d’un auxiliaire modal (devoir, pouvoir, savoir), la forme du P3 à antécédent non GN sujet est habituellement ça/cela (langue courante/langue écrite).

Cela/Ça peut être dangereux.
Cela/Ça doit être une erreur.
Allez voir un médecin immédiatement, car d’après les symptômes, cela/ça pourrait être une méningite.
Il risque d’y avoir des licenciements, mais cela/ça ne devrait pas être forcément le cas.
La loi s’est vue délégitimée par ses mesures d’accompagnement et cela ne saurait être oublié.
Le climat norvégien : ça peut être dur à vivre. [titre de journal]

Remarque : certaines cons­truc­tions où on uti­li­se normalement ce se voient donc transformées de façon parfois sur­pre­nante pour l’apprenant FLE. Remarquer que dans les exemples suivants, les formes en couleur sont simplement des allomorphes (ça, ce, cela) du pronom ça :

C’en est un. → Cela doit en être un/Ça doit en être un.
Cela peut en être un /Ça peut en être un.
C’en est un autre. → Cela doit en être un autre/Ça doit en être un autre.
Cela peut en être un autre/Ça peut en être un autre.
C’en est un aussi. → Cela doit en être un aussi/Ça doit en être un aussi.
Cela peut en être un aussi/Ça peut en être un aussi.
Ce n’en est pas un. → Cela/Ça ne peut pas en être un.
C’est ça. → Ça doit être ça. Ça pourrait être ça.

Les formes *Cela doit être cela ou *Cela doit être ça sont inusitées. En revanche, on peut dire Ça doit être cela. Quand l’attribut est un pluriel, on peut dire  :

C’en sont aussi. → Ce doivent en être aussi. (style soutenu, rare)
C’en sont aussi. → Cela doit en être aussi. (avec un singulier)

En revanche, la forme *Cela doivent en être aussi est impossible.

2. Style soutenu

Dans la langue écrite de style relativement soutenu, on uti­li­se aussi la forme ce devant les auxiliaires modaux devoir et pouvoir, éga­le­ment à la forme négative :

L’autonomie, c’est et ce doit être davantage encore, la contrepartie naturelle de la responsabilité.
Ce ne devrait pas être une question que l’on pose une fois et qu’on oublie par la suite.
Il est donc normal qu’ils fassent des erreurs, qu’ils ne connaissent pas toutes les règles (mais ce ne doit pas être une excuse pour faire n’importe quoi).
Voilà un sentiment qui revient souvent, mais ce ne devrait pas être un facteur décisif.
Chacun redoute une aggravation de la situation ou le maintien de la situation, car en fait ce ne pourrait être pire.
L’équité consiste à la fois à favoriser les défavorisés et à reconnaitre les compétences effectives, ce ne peut être l’un sans l’autre.
Il existe des facteurs décisifs, mais dans le cas qui nous occupe, ce ne peut en être un.

C’est éga­le­ment le cas avec les cons­truc­tions citées ci-dessus au §2, où la seule modification par rapport à la forme c’est sans verbe modal est le rétablissement du e de ce (c’ce) :

C’en est un. Ce doit en être un. Ce peut en être un.
C’en est un autre. Ce doit en être un autre. Ce peut en être un autre.
C’en est un aussi. Ce doit en être un aussi. Ce peut en être un aussi.
C’est ça. Ça doit être ça.* Ça pourrait être ça.*

*Dans ces deux phrases, on rétablit comme sujet le pronom Ça et non pas ce, parce que c’est ça est de la langue parlée ou courante. Dire ce doit être ça / ce pourrait être ça serait étrange, car on mélangerait deux registres de langue différents (mais les hypercorrectismes sont fréquents dans un tel cas).

Remarque : dans la langue écrite, on peut uti­li­ser le verbe savoir comme une variante de pouvoir dans la cons­truc­tion ce ne saurait être (= ce ne pourrait être) :

C’est une hypothèse, ce ne saurait en aucun cas être une certitude.
Si séparation du pouvoir il y a, ce ne saurait être que celle établie par Montesquieu entre exécutif, législatif et judiciaire.

3. Langue courante et parlée

Dans un style moins soutenu, dans tous les exem­ples donnés ci-dessus on uti­li­se cela, et, dans la langue parlée, la forme ça :

L’autonomie, c’est et cela doit être davantage encore, la contrepartie naturelle de la responsabilité.
Cela ne devrait pas être une question que l’on pose une fois et qu’on oublie par la suite.
Il est donc normal qu’ils fassent des erreurs [...] mais cela ne doit pas être une excuse pour faire n’importe quoi.
Cela ne devrait pas être un facteur décisif.
Cela ne peut être lui / Ça ne peut pas être lui.
En fait, cela/ça ne pourrait être pire.
L’équité consiste à la fois à favoriser les défavorisés et à reconnaitre les compétences effectives, cela/ça ne peut être l’un sans l’autre.
Dans le cas qui nous occupe, cela/ça ne peut en être un.
C’est une hypothèse, cela ne saurait en aucun cas être une certitude.