Vous êtes ici : Les pronoms »  Les pronoms personnels » Le P3 à antécédent non GN
284. Le P3 à antécédent non GN com­plé­ment d’objet direct

1. Forme

La forme conjointe du pronom de 3e personne à antécédent non GN en fonction de com­plé­ment d’objet direct est le. Ce pronom est invariable et il ne doit pas être confondu avec la forme masculin singulier du P3 à an­té­cé­dent GN le la les. Comme la forme sujet ça, il peut renvoyer à une phrase, un in­fi­ni­tif ou une in­fi­ni­tive, une com­plétive, une idée sous-entendue etc. :

(a) Est-ce que nous aurons le temps d’aller en Laponie ? – Je l’espère.
(b) Tout ce qui est arrivé, nous l’avions prévu.
(c) Ce qu’il a fait ? Vous le savez bien !
(d) Il nous a demandé de reporter la réunion. → Il nous l’a demandé.
(e) Il a demandé que la réunion soit reportée. → Il l’a demandé.
(f) Mes amis m’ont proposé d’aller en Inde. → Mes amis me l’ont proposé.
(g) Le médecin à conseillé à mon père de boire du vin rouge. → Le médecin le lui a conseillé.
(h) Il lui a dit de boire deux verres par jour. → Il le lui a dit.

Dans les exem­ple (d), (f) et (g), les groupes in­fi­ni­tifs introduits par de sont des com­plé­ments d’objet di­rect et le mot de est un subordonnant (p. 464). Il importe d’avoir assimilé cette notion de subordonnant pour pouvoir uti­li­ser le P3 à antécédent non GN COD correctement. Sur la pronominalisation de l’in­fi­ni­tif, voir le dé­tail p. 471.

2. Constructions avec comparatif

Le pronom le peut être COD du verbe d’une proposition com­plé­ment de comparatif. Il renvoie alors à la proposition qui est l’objet de la comparaison :

Le finnois est bien moins difficile qu’on (ne) le prétend.
Cela a mieux réussi que je le pensais.
La Finlande a eu moins de médailles qu’on ne l’attendait.

Dans les propositions com­plé­ments de comparatif, on peut aussi uti­li­ser, en concurrence avec le, l’ad­verbe ne explétif (p. 565). L’usage est flottant : on uti­li­se soit ne explétif seul, soit le à antécédent non GN seul, soit les deux en­sem­ble (voir les exem­ples ci-dessus). Il existe mê­me une quatrième possibilité, dans la langue parlée, on n’uti­li­se aucun mot particulier :

Le finnois est bien moins difficile qu’on ne prétend.
Le finnois est bien moins difficile qu’on le prétend.
Le finnois est bien moins difficile qu’on ne le prétend.
[langue parlée] Le finnois est bien moins difficile qu’on prétend.
[langue parlée] Ça a mieux marché que je pensais.

3. Autres emplois

Le pronom le peut aussi être