Vous êtes ici : Les pronoms »  Les pronoms personnels » Le P3 à antécédent non GN
294. L’alternance ce/cela-ça sujet du verbe

1. Résumé général

Cette page présente deux tableaux résumant les dif­fé­ren­tes formes du pronom ça en fonction verbe dont le pronom est le sujet. Le principe général très résumé (il y a de nombreuses possibilités, voir le tableau) est le suivant :

294. Formes du pronom ça sujet de être
position niveau de langue forme exem­ples
devant forme en e/é et le pronom en écritec’c’est, c’était, c’eût été, c’en sont
soutenuecelaCela est... [pas très élégant]
courantec’c’est, c’était, c’est égal, c’en est un, c’en est des grands
parlée
devant autres lettres et devant ne écritece, ç’ce sera, ce serait, ce fut, ç’aurait été1, ce soit, ç’ait été, ç’a été, ç’avait été, ce n’est pas, ce ne serait pas, ce n’aurait pas été
courante
parléeçaça sera, ça serait, ça aurait été, ça n’est pas, ça sera, ça aura été, ça soit, ça ait été, ça a été, ça avait été, ça n’est pas
devant pronom écritecelacela te sera utile, cela m’est égal, cela me parait opportun2
soutenue, devant lecece l’est, ce le sera, ce l’a été, ce l’eût été
couranteçaça l’est, ça te sera utile, ça m’est égal, ça me parait bien
parlée
devant auxiliaire modal écritecelacela doit être lui, cela pourrait être une solution
soutenuecece doit être lui, ce pourrait être une solution, ce ne peut être lui
couranteçaça doit être lui, ça pourrait être une solution
parlée

Notes :
1. Quand ce précède une forme d’être commençant par a (autrement dit à un temps composé, devant des formes de l’auxiliaire avoir : plus-que-parfait et futur antérieur, conditionnel passé, subjonctif passé), on ajoute une cédille au c : ç’aurait été un bon choix, bien que ç’ait pu interférer, etc. Remarquer qu’il ne s’agit pas du pronom ça élidé, mais bien de ce, comme on le voit aux autres temps : c’eût été, ce serait, etc.
2. La forme *cela l’est ne s’uti­li­se pas, pour éviter la suite [lale].

2. Exemples

On obtient ainsi les oppositions suivantes langue courante/parlée vs langue écrite :

langue parlée/courantelangue écrite
c’est luic’est lui
ça sera luice sera lui
ça pourrait être luice pourrait être lui

Sujet d'autres verbes :

– langue courante et langue parlée → ça/cela : cela semble, ça marche, cela parait, etc.
– langue soutenue → ce : ce devenait [usage très limité en français moderne].

3. Variantes diverses

a. Aux temps composés, on peut aussi uti­li­ser ça/cela (puisque les temps composés d’être commencent par avoir) : Ça/Cela/Ça été particulièrement difficile.

b. Dans la langue écrite, on uti­li­se cela mê­me devant les formes simples d’être : Cela est une affaire délicate. (Tämä on hankala tapaus). Cet emploi est souvent peu plaisant à l’oreille (à cause de l’hiatus ?), mais il s’explique par le fait que ce n’est plus toujours senti comme un véritable démonstratif, et quand on veut renvoyer à une idée de façon plus précise, on emploie cela au lieu de ce. Mais le plus souvent, c’est un style « langue de bois » assez dis­gra­cieux ou archaïsant (il était d’usage courant au XVIIe siècle).

c. Dans la langue parlée, devant les formes d’être commençant par consonne et devant ne, on peut uti­li­ser ça : Ça sera prêt quand ? Ça n’est pas trop dur ?