Vous êtes ici : Les pronoms » Les pronoms personnels » Formes réfléchies des pronoms personnels
310. Formes disjointes

1. Généralités

Comme formes disjointes réfléchies des pronoms personnels, on uti­li­se les formes disjointes habituelles moi toi lui/elle nous vous eux/elles. Contrairement au pronom réfléchi conjoint (se), il n’y a pas de forme particulière pour la 3e personne.

Il existe une variante longue des formes disjointes, composée de la forme disjointe à laquelle on accole avec un trait d’union l’adjectif mê­me, qui s’accorde en nombre. Comme mê­me est épicène (p. 14 §3), il ne porte pas de marque de féminin particulière. Les formes dis­jointes s’uti­li­sent dans les cas suivants :

2. Forme courte après pré­po­si­tion

Comme toutes les formes disjointes des pronoms, les formes disjointes réfléchies s’uti­li­sent après une pré­po­si­tion. Habituellement, on uti­li­se la forme courte :

Je ne compte que sur moi.
Tu as une fâcheuse tendance à ne penser qu’à toi et à oublier les autres.
Vous pouvez le garder pour vous.
Emportez-le chez vous.
Nous avions fait ça pour nous et pas pour que ça soit diffusé partout.
J’ai entendu un grand bruit derrière moi.

À la 3e personne, on peut uti­li­ser le pronom lui si le sens du verbe ou le contexte indiquent clairement que le pronom renvoie au mê­me référent que le sujet :

Il a toujours un peu d’argent sur lui.
Ils sont rentrés chez eux.
Carla a gardé les enfants chez elle aujourd’hui, parce qu’elle a une journée de libre.
Soudain, ils entendirent un grand bruit derrière eux.
Elles ont tout gardé pour elles.

3. Forme longue après pré­po­si­tion

Si le sens du verbe ou le contexte l’exigent, pour marquer clairement la valeur réfléchie, on uti­li­se la for­me lon­gue :

Elle ne pense qu’à elle-mê­me. [Sans l’affixe même, le pronom elle pourrait renvoyer à deux référents différents.]
Ils se sont fait du tort à eux-mê­mes. He aiheuttivat haittaa itselleen.
[La phrase Ils se sont fait du tort sans le pronom eux-mêmes pourrait s’interpréter dans un sens réciproque « He aiheuttivat haittaa toisilleen ».]

On l’utilise aussi si on veut insister sur la valeur réfléchie (comparer avec les exem­ples plus haut) ; dans ce cas, le suffixe −mê­me peut être plus ou moins redondant :

(a) Elles ont tout gardé pour elles-mê­mes.
(b) Je ne compte que sur moi-mê­me.
(c) Tu as une fâcheuse tendance à ne penser qu’à toi-mê­me.
(d) Vous pouvez le garder pour vous-mê­mes.
(e) Nous avions fait ça pour nous-mê­mes et pas pour que ça soit diffusé partout.
(f) Tu te l’offriras à toi-mê­me !
(g) On a acheté ça pour nous-mê­mes.

Comme en général on offre quelque chose à quelqu’un d’autre, dans l’exem­ple (f), la forme mê­me sert à souligner que la personne qui offre est aussi le destinataire du cadeau. Mais on pourrait dire facilement sans forme longue :

Je me suis offert une semaine de vacances.

Dans l’exem­ple (g), on désigne « nous » (langue parlée). Si on disait simplement On l’a acheté pour nous, il pourrait y avoir ambiguïté : « Quelqu’un l’a acheté pour nous ».

4. Forme longue dans les autres cas

En dehors des cons­truc­tions pré­po­si­tionnelles, les formes longues s’uti­li­sent pour renvoyer au sujet du verbe (finnois itse) :

Il devra essayer lui-même.
Il faut que vous l’essayiez vous-mêmes pour pouvoir comprendre.

On peut ainsi opposer :

Je me la suis achetée [pas de nuance particulière]
Je me la suis achetée moi-mê­me. [« Personne d’autre n’ayant eu l’idée de me l’acheter ou de me l’offrir, j’ai finalement fait cet achat moi-mê­me ».]

On uti­li­se notamment les formes longues quand on veut souligner le caractère réfléchi des verbes pro­no­minaux idiomatiques ou essentiellement pronominaux, comme se tromper, se souvenir, se rendre compte etc. (p. 401), dans lesquels le pronom réfléchi fait partie du verbe et n’a pas de valeur réfléchie en tant que tel :

Nous nous sommes trompés nous-mê­mes.
Vous vous en rendrez compte vous-mê­mes.
Je m’étonne moi-mê­me.

5. Synonyme d’aussi

Souvent, la forme longue a la mê­me valeur que aussi (finnois itsekin, ou simplement -kin). Dans ce cas-là, la forme longue peut renvoyer au sujet ou à l’objet :

Les riverains sont excédés eux-mê­mes.
Ça nous embête nous-mê­mes.

Ces formes longues peuvent alors s’uti­li­ser en position détachée, mais, comme dans le cas du pronom per­sonnel sujet disjoint (p. 305 §2), seule la 3e personne peut être sujet sans l’appui d’un autre pronom per­son­nel :

Lui-mê­me a dit que c’était impossible.
Moi-mê­me, j’en ai fait l’expérience. [je doit obligatoirement être exprimé devant le verbe.]

C’est ainsi que la phrase Je me la suis achetée moi-mê­me peut aussi signifier « Je l’ai achetée à quelqu’un d’autre et aussi pour moi-mê­me ».