Vous êtes ici : Les pronoms » Pronoms impersonnels et indéfinis » Les pronoms indéfinis
322. Le pronom indéfini collectif ils

1. Une valeur collective

Le pronom impersonnel à valeur collective ils est très uti­li­sé dans la langue courante. La dif­fé­ren­ce avec on (p. 321 §2), c’est que le locuteur s’exclut du groupe représenté par ils : le pronom ils ne peut pas être compris avec une valeur générique, inversement à on, qui contient par défaut tous les êtres humains. Le finnois exprime en général cette idée par le passiivi :

Ils ont dit à la radio qu’il allait y avoir de l’orage. Radiossa sanottiin, että tulee ukkosta.
Qu’est-ce qu’ils veulent encore ? Mitä ne taas haluaa?
Ils commencent à me casser les pieds avec leur pub ! Nämä mainokset alkavat ottaa päähän.
Ils vont refaire la route et commencer les travaux en juin. Tietä korjataan ja työt aloitetaan kesäkuussa.

2. Un référent flou

La phrase Qu’est-ce qu’ils veulent encore ? Mitä ne taas haluaa? peut être par exem­ple une réaction de quelqu’un découvrant dans le courrier l’enveloppe de telle ou telle autorité ou entreprise qui donne de ses nouvelles fré­quem­ment. Assez souvent, le pronom ils marque une distance par rapport au locuteur : ils = l’État, les autorités, le fisc, etc., bref toute « collectivité » souvent dif­fi­ci­le­ment définissable qui fait ingérence dans la vie des humains et qui est identifiable par rapport à la situation : quand on reçoit une lettre et qu’on s’écrie Ça y est, ils vont encore augmenter la redevance télévision !, l’impersonnel ils renvoie aux autorités res­pon­sables de cette mesure, que tout le monde ne serait du reste pas capable de nommer précisément : gou­ver­nement ? ministère des Finances ? On peut dire en quelque sorte que le référent de ils est flou.

Le finnois connait le mê­me usage : le pronom ne peut être uti­li­sé pour désigner un groupe indistinct. Mais le finnois uti­li­se plus fréquemment le passiivi dans ce cas.