Vous êtes ici : Les pronoms » Pronoms impersonnels et indéfinis » Les pronoms indéfinis
323. Quelqu’un, quelque chose

Quelqu’un (joku) renvoie à un référent humain, quelque chose (jokin) à un référent non humain.

1. Quelqu’un

Quelqu’un (joku) désigne un humain et signifie « une personne inconnue », ou une personne dont on ne veut pas préciser l’identité etc.

Quelqu’un a téléphoné ? (voir Phonétique p. 92 §6)
Tu as rencontré quelqu’un ?
Quelqu’un est venu te voir dans ton bureau aujourd’hui.

Le pronom quelqu’un est un pronom neutre, il est donc invariable, ce qui signifie qu’il n’a pas de féminin ni de pluriel. Comme en finnois le pronom correspondant joku (qui peut signifier « quelqu’un ») a également une forme pluriel jotkut, les finnophones s’imaginent que quelques-uns est le pluriel de quelqu’un, ce qui n’est pas le cas (voir p. 111 §3 et p. 323).

Quelques-uns renvoie à un groupe nomnial défini, exprimé ou implicite p. 333 §1, mais ne signifie pas « des personnes inconnues ». On ne peut pas dire en finnois non plus Hei, jotkut tulivat sinua tapaamaan si jotkut ne renvoie pas à un groupe nominal évoqué antérieurement . Sur la lancée, les apprenants finnophones concluent (logiquement) que quelques-unes a aussi un singulier, *quelqu’une. Cette forme *quelqu’une n’existe pas.

Dans les manuels et les dictionnaires...

1. La forme quelqu’une est pourtant indiquée de façon totalement contraire à la réalité comme le féminin de quelqu’un dans un manuel de grammaire finlandais.

2. Le dictionnaire Petit Larousse (par exemple) indique sous le mot quelqu’un la vedette suivante : quelqu’un, -e, qui signifie implicitement qu’au masculin quelqu’un correspondrait un féminin *quelqu’une. En fait, cette la mention « -e » renvoie implicitement à quelques-uns traité dans la même entrée, et qui a une forme féminine quelques-unes. Cette indication « -e » laisse à penser aux lecteurs non avertis qu’il existe bien une forme *quelqu’une, ce qui n’est pas le cas. Dans le dictionnaire, il aurait fallu en réalité faire deux entrées séparées : 1) quelqu’un 2. quelques-uns, -unes.

3. Par plaisanterie, on peut effectivement mettre (et on l’entend dire parfois) quelqu’un au féminin pour faire un jeu de mots :

Hier soir j’étais sorti avec quelqu’un.

à quoi l’interlocuteur pourrait répliquer ironiquement :

Ce ne serait pas plutôt « quelqu’une ? ».

Mais ce n’est là qu’un jeu avec la règle grammaticale normale qui veut que quelqu’un est invariable. Personne ne dit *Ah, au fait, quelqu’une est venue te voir.

2. Quelque chose

Quelque chose forme un seul groupe, qui signifie en finnois « jokin / jotakin ». Ce pronom n’a pas de genre ni de nombre et il est invariable :

Elle voulait dire quelque chose.
Quelque chose me dérange dans l’arrangement de cette pièce.
Quelque chose est tombé par terre.

Le groupe quelque chose ne doit pas être interprété comme « jokin asia » (quelque + chose). Il ne faut pas confondre une chose et quelque chose (sous l’in­flu­ence du finnois jokin asia) : une chose est un groupe nominal féminin. On fait l’accord :

Une chose intéressante a été découverte.

Quelque chose + adjectif

Si on veut ajouter un adjectif (épithète) à quelque chose, cet adjectif est obligatoirement introduit par de, comme tous les adjectifs qualifiant un indéfini (voir p. 35). Comme quelque chose est invariable, l’adjectif est invariable aussi dans ce cas :

Elle a appris quelque chose d’intéressant.
J’ai envie de manger quelque chose de sucré.

En finnois, une chose peut se traduire par eräs asia, yksi asia ou jokin asia. En revanche, quelque chose est neutre, on ne fait donc pas l’accord :

Quelque chose d’intéressant a été découvert.
Quelque chose est cassé. [et non pas *cassée]

De mê­me, quelque chose n’a pas de pluriel. Si on veut traduire l’idée du pluriel finnois jotkut asiat, muu­ta­mat asiat, etc., on dit en général certaines choses, et non pas quelques choses, pour éviter la confusion phonique avec le singulier quelque chose (voir p. 111 §4). À cause de cette homophonie, à l’oral la phrase j’ai appris quelques choses sera automatiquement comprise comme « j’ai appris quelque chose » (opin jotakin). Si on veut rendre explicite le fait qu’il s’agit d’un déterminant indéfini de quantité, il faudra donc dire :

Opin muutamia asioita.
J’ai appris certaines choses/un certain nombre de choses/plusieurs choses/des choses.

Voir aussi par exem­ple p. 605 §2 sur la forme du pronom relatif qui se rapporte à quelque chose.