Vous êtes ici : Les pronoms » Pronoms impersonnels et indéfinis » Les pronoms indéfinis
327. Tout le monde, n’importe qui/quoi

1. Tout le monde

Tout le monde désigne collectivement (tous) les êtres humains :

Tout le monde a envie d’un petit chalet au bord d’un lac.
Je veux les noms de tout le monde. Haluan kaikkien nimet.
Ce n’est pas la peine de le raconter à tout le monde.
Ne vous pressez pas tant, il y en aura pour tout le monde ! älkää hosuko, kaikki saavat omansa!

Remarque : malgré les apparences, tout le monde ne signifie pas « la totalité du monde (de l’univers) ». Le finnois koko maailma se traduit en français le monde entier. De mê­me, koko maailmassa se dit dans le monde entier.

On ne peut pas renvoyer au pronom tout le monde par un pronom personnel, car tout le monde est neutre et indéfini. La phrase

Kaikki pelkäävät pimeää lapsena. ne peut pas se traduire
Tout le monde a peur de l’obscurité quand *il est enfant.

Il faut qu’il y ait un nom ou un pronom auquel le pronom sujet de la sub­or­don­née peut renvoyer :

Tous les gens ont peur du noir quand ils sont enfants. ou
Nous avons tous peur du noir quand nous sommes enfants. ou
Tous les enfants ont peur du noir.

2. N’importe qui, n’importe quoi

Les locutions n’importe qui / n’importe quoi (kuka tahansa / mikä/mitä tahansa) sont de valeur neutre. La va­leur négative originelle de n’importe (« peu importe ») a disparu et le mot fonc­tion­ne comme une sorte d’adjectif invariable déterminant le pronon qui/quoi, équi­va­lent exactement au finnois tahansa :

Avec le téléphone, n’importe qui peut te déranger à n’importe quelle heure.
Il ferait n’importe quoi pour de l’argent.
Ne pars pas en vacances avec n’importe qui.
Ne dis pas n’importe quoi ! Älä puhu palturia! 

Bien que n’importe qui soit un pronom neutre, et à l’inverse de tout le monde (voir ci-dessus), on peut renvoyer au pronom n’importe qui par un pronom personnel :

N’importe qui pourrait entrer et prétendre qu’il est le propriétaire.

3. Langue parlée

Dans la langue parlée, n’importe quoi est souvent uti­li­sé comme interjection pour commenter une af­fir­ma­tion ou une action qu’on estime stupide :

Tu entends ça ? N’importe quoi ! Ihan tyhmää! / Pöh!

On peut aussi uti­li­ser n’importe quoi comme un nom massif avec cette mê­me valeur péjorative :

C’est vraiment du n’importe quoi ! Se on ihan typerää.
Ce que tu dis, c’est du gros n’importe quoi.