Vous êtes ici : Les pronoms » Pronoms impersonnels et indéfinis » Les pronoms impersonnels
342. Sujet apparent et sujet réel

1. Identification de la cons­truc­tion

Comme il est expliqué p. 340 §3, dans certains cas, le sujet du verbe peut être rejeté après le verbe. Ce sujet peut être un groupe nominal (p. 261), un in­fi­ni­tif (p. 467) ou une proposition complétive conjonctive (in­tro­dui­te par que, p. 659 et suivantes). Cette trans­for­ma­tion concerne les verbes intransitifs uniquement : com­me ils sont intransitifs (ils n’ont pas d’objet di­rect), l’élément rejeté après le verbe ne peut être que le su­jet (en couleur dans les exem­ples suivants) et il n’y a donc pas de risque d’interpréter cet élément com­me un complément d’objet direct :

Il viendra beaucoup de visiteurs.
Tulee paljon vieraita.
Ça ne m’amuse pas du tout de devoir recommencer.
Minua ei huvita ollenkaan aloittaa alusta.
Il est inquiétant que nous n’ayons pas encore eu de nouvelles de lui.
On huolestuttavaa, että emme ole vielä kuulleet hänestä.

Comme on le constate en examinant les exem­ples, en français le verbe commençant la phrase est précédé d’un pronom (il, ça), tandis qu’en finnois il n’y a pas de pronom. Ce pronom uti­li­sé en français est une mar­que nécessaire pour indiquer que le verbe est à la troisième personne (voir p. 340). En finnois, un tel pro­nom est inutile.

2. Sujet réel et sujet apparent

Le sujet rejeté après le verbe dans les exem­ples ci-dessus est donc le véritable sujet, qu’on appelle sujet réel (en finnois varsinainen subjekti), du verbe en question (viendra, amuse, est). Le pronom figurant devant le verbe est appelé sujet apparent (en finnois muodollinen subjekti). On aurait pu l’appeler aussi sujet mor­pho­lo­gique, car la fonction du pronom est bien morphologique : il sert à indiquer que la forme verbale est une forme de 3e personne. Le finnois n’a pas besoin de marquer la 3e personne (elle est contenue dans la ter­mi­nai­son du verbe tulee, huvittaa, on), voir p. 340.

Le finnois peut commencer une phrase en disant On luonnollista, että …, le français est obligé de dire Il est naturel que…, et non pas simplement Est naturel que…, sinon on n’identifierait pas le [ɛ] qui commence la phrase comme la 3e personne du verbe être (cela pourrait signifier et, haie, aie etc.). En quelque sorte, il correspond ici au n du finnois on (marque morphologique de 3e personne). Il y a une correspondance par­faite des cons­truc­tions française et finnoise :

Il est normal que …
On luonnollista, että…
Il se peut que…
Voi olla, että…

3. Des formes variables

La forme du pronom apparent uti­li­sée devant le verbe varie. Elle dépend du 

Ces critères de variation et les différents cas de figure sont présentés dans les pages suivantes et résumées dans le tableau ci-dessous.

342. Résumé des formes du pronom sujet apparent avec sujet réel in­fi­ni­tif ou complétive
Verbepronom apparent
Verbe d’étatAttribut adjectif Langue écriteilIl est normal d’hésiter.
Il est normal que tu hésites.
Langue parléeceC’est normal d’hésiter.
C’est normal que tu hésites.
Attribut
GN
Langue écrite / parléeceC’est une chance que tu sois là.
C’est une grande chance de faire ce voyage.
Autre verbe
(transitif direct
ou in­di­rect)
Langue écritecelaCela me désole de ne pas pouvoir venir.
Cela me désole que tu ne sois pas venu.
Langue parléeçaÇa l’ennuie de devoir rentrer si tard.
Ça m’énerve qu’il soit toujours en retard.