Vous êtes ici : Les pronoms » Pronoms impersonnels et indéfinis » Les pronoms impersonnels
343. Verbe intransitif et sujet réel groupe nominal

1. Description

L’un des cas fréquents d’inversion du sujet avec uti­li­sation de pronom impersonnel marquant la personne du verbe est celui où lesujet est un groupe nominal (GN). Le verbe ne peut être qu’un verbe intransitif, car devant un verbe transitif, le pronom il est interprété comme renvoyant à un actant identifiable. Com­pa­rer :

Il passe rarement des trains sur cette voie.
Il voit rarement des trains sur ctte voie.

2. Sujet apparent il

Quand le sujet réel rejeté après le verbe est un GN, la forme du pronom sujet apparent est il :

Il manque encore mille euros pour payer le voyage.
Il ne manque pas de prisonniers à l’appel [sur la forme de l’article voir p. 50].
Il reste encore quelques places assises.
Il s’est produit un fait nouveau.
Il se passe des choses bizarres.
Il est venu beaucoup de visiteurs.
Il existe quelques logiciels qui permettent la conversion de fichier audio d’un format à un autre gratuitement.
Dans ce pays d’Afrique, il survit encore des coutumes étonnantes.

3. Inversion vs ordre normal

La plupart des verbes ci-dessus peuvent éga­le­ment être uti­li­sés avec le sujet devant le verbe. Le sujet ap­pa­rent (pronom il) devient évidemment inutile quand le sujet réel se trouve devant le verbe :

Mille euros manquent encore pour payer le voyage.
Des prisonniers manquent à l’appel.
Un fait nouveau s’est produit.
Des choses bizarres se passent ces derniers temps.
Beaucoup de visiteurs viendront.
Il existe quelques logiciels qui permettent la conversion de fichier audio d’un format à un autre gratuitement.
Des coutumes étonnantes survivent encore dans ce pays d’Afrique.

D’autres verbes, comme rester, s’uti­li­sent de préférence avec le sujet réel postposé. Le verbe il faut (in­fi­ni­tif falloir, qui signifie au départ « manquer », « être nécessaire ») s’uti­li­se uniquement avec sujet ap­pa­rent et rejet du sujet réel après le verbe (voir la faq p. 349 consacrée à il faut) :

Il reste encore du fromage ?
Il me reste encore deux pages à taper.
Il faudrait un autre collaborateur.
Il faut encore beaucoup d’argent pour payer le voyage.

4. Cas particulier d’il y a

Dans le verbe il y a, le pronom il est éga­le­ment une simple marque de 3e personne (le pronom il dans il y a correspond en quelque sorte au n du verbe finnois on) :

Il y a un sorbier devant la maison. Talon edessä on pihlaja.
Il y a eu peu de films intéressants à la télé ces derniers jours.

Cependant, dans le cas de il y a (p. 291 §1), le nom qui se trouve après le verbe (par exem­ple ici un sorbier) est le COD d’avoir, et non pas le sujet réel, alors qu’en finnois, le GN est le sujet de on (la cons­truc­tion de la phrase il n’y a aucune raison est exactement parallèle à l’allemand es gibt keinen Grund.