Vous êtes ici : Les verbes » La conjugaison des verbes » Généralités
360. Groupes, voix, modes et temps

1. Remarques préliminaires

La conjugaison des verbes français est d’une assez grande complexité : si on séparait toutes les formes de conjugaison possibles avec les différents verbes irréguliers, on arriverait à plus de 110 modèles dif­fé­rents. On peut cependant dis­tin­guer sept modèles de conjugaison réguliers, et le nombre de verbes ir­ré­gu­liers se limite à une soixantaine, avec seulement une vingtaine de verbes ir­ré­gu­liers véritablement pro­duc­tifs.

On trouve dans le commerce quantité de guides de conjugaison très bien conçus et très complets. L’ob­jec­tif de cette partie consacrée à la conjugaison des verbes n’est pas de remplacer ces guides en présentant une énième fois des tableaux de conjugaison, mais de dégager des règles et de faire apparaitre des cons­tan­tes qui sont invisibles dans les guides de conjugaison et qui permettent, on l’espère, au moins par­tiel­le­ment une mémorisation plus facile et plus intelligente (au sens d’« active ») des conjugaisons des verbes français. En outre, de nombreux points de grammaire étudiés dans d’autres chapitres nécessitent une ex­pli­ca­tion concernant les verbes, à laquelle il est donc nécessaire de pouvoir renvoyer au sein de cet ou­vra­ge.

2. Les groupes de verbes

On dis­tin­gue en français trois groupes de verbes, classés en fonction de leur terminaison :

Dans tous les groupes, il y a des verbes réguliers et des verbes irréguliers. Le 2e groupe est celui où il y a le moins d’exceptions. La pratique scolaire finlandaise de séparer les verbes français en deux groupes (ré­gu­liers et irréguliers) n’est pas très judicieuse : dans tous les groupes, il y a des verbes irréguliers. In­ver­se­ment, mê­me dans le troisième groupe, il y a des verbes parfaitement réguliers.

360. Schéma de la conjugaison des verbes français
1r groupe2e groupe3e groupe
réguliersirréguliers
-ir -re -oir
-voyellere
-autres consre- autres -ir
-er-ir-irconsre -aindre
-eindre
-oindre
-aitre-uire

La plus grande partie des verbes français sont des verbes du 1er groupe. Les verbes nouveaux (néo­lo­gis­mes) sont pratiquement exclusivement du 1er groupe.

Le 2e groupe comporte d’une part d’anciens verbes d’origine germanique (haïr, bâtir), d’autre part surtout des verbes dérivés d’adjectifs (grossir, rougir). C’est aussi une classe ouverte : il est aussi possible de for­mer des verbes nouveaux dans ce groupe, mais c’est plus rare (par exem­ple amerrir laskeutua merelle, alu­nir laskeutua kuuhun).

Dans le 3e groupe, on trouve plusieurs modèles de conjugaisons parfaitement réguliers. De mê­me, les ter­minaisons sont régulières et les radicaux des verbes réguliers sont faciles à trouver. Les verbes irréguliers posent des dif­fi­cul­tés justement parce qu’ils peuvent avoir plusieurs radicaux. Le 3e groupe est « fermé » : ce ne sont que des verbes dont la conjugaison, souvent complexe, est le résultat d’une longue évolution historique. On ne peut pas produire de nouveaux verbes du 3e groupe ; au contraire, certains sont de­ve­nus trop rares ou trop compliqués par rapport aux modèles de conjugaison normaux pour pouvoir sur­vi­vre, et ont tendance à être remplacés par des verbes refaits sur le modèle du 1er groupe (par exem­ple ré­sou­dre solutionner).

3. Voix, modes et temps

On dis­tin­gue dans la terminologie grammaticale française :

– deux voix (pääluokka) : la voix active et la voix passive (chap. 12d), qu’on désigne aussi en abrégé par « l’ac­tif » et « le passif » ;

– cinq modes (tapaluokka, modus): l’in­di­ca­tif, le subjonctif (chap. 12c), l’impératif, l’in­fi­ni­tif (chap. 13a) et le participe (chap. 13b). Certaines grammaires présentent encore le conditionnel comme un mode à part ; en réalité, il faut le considérer comme un des temps de l’in­di­ca­tif, voir GMF p. 556.

À cela s’ajoute un nombre variable de temps (qui varie selon les modes : douze à l’in­di­ca­tif, quatre au subjonctif, etc.). Voir le tableau des modes et temps p. 372.