Vous êtes ici : Les verbes » La conjugaison des verbes » Généralités
365. Radicaux des verbes : présent, imparfait, impératif, participe présent

Les temps du présent et de l’imparfait de l’in­di­ca­tif, de l’impératif et du participe présent des verbes réguliers sont formés sur le mê­me radical.

1. Indicatif présent

a. 1er groupe : pour obtenir le radical, on ôte la terminaison -er de l’in­fi­ni­tif :

chant-er, jou-er, cri-er, répar-er etc.

Le radical des verbes terminés par les lettres suivantes subit des variations phonétiques im­por­tan­tes (voir p. 376 et p. 377): 

-cer, -ger, -oyer, -uyer, -ayer, -eler, -eter
et les autres verbes en e-consonne-er ou é-consonne-er :
-emer, -éder etc.

b. 2e groupe : la conjugaison est régulière ; le radical du verbe est -iss- partout, sauf au singulier de l’in­di­ca­tif présent et de l’impératif (voir p. 379) :

fin-ir : je fin-i-s, il fin-i-t, nous fin-iss-ons, ils fin-iss-ent
roug-ir : je roug-i-s, il roug-i-t, nous roug-iss-ons, ils roug-iss-ent

c. 3e groupe : il y a beaucoup d’irrégularités, le radical peut être différent de celui de l’in­fi­ni­tif et le verbe peut avoir plusieurs radicaux à l’intérieur d’un mê­me temps. Dans certains cas (limités), mê­me les terminaisons sont irrégulières (être, faire, dire, etc.). La plus grande partie des verbes obéit toutefois à un schéma régulier. Dans cette conjugaison, très souvent, seul le singulier de l’in­di­ca­tif présent (SPI, p. 364) et de l’impératif forme une exception : le plus souvent, il s’agit de formes « courtes » par rapport au radical normal (je dor-s, je connai-s, je condui-s). Dans les autres cas, on uti­li­se toujours les formes normales longues (tableau p. 364).

2. Le présent du subjonctif

Le radical s’obtient à partir de la 3e personne du pluriel du présent de l’in­di­ca­tif :

ils fabriquent → que je fabrique
ils choisissent → que je choisisse
ils servent → que je serve
ils conduisent → que je conduise

Les verbes du premier groupe avec alternance de la voyelle radicale (p. 377) présentent la mê­me al­ter­nan­ce au subjonctif : 

je jette → que je jette
nous jetons → que nous jetions
j’appelle → que j’appelle
nous appelons → que nous appelions.

Certains verbes du 3e groupe ont deux radicaux :

que je boive/ que nous buvions
que j’aperçoive/ que nous apercevions.

Remarque : dans la conjugaison de pratiquement tous les verbes, réguliers et irréguliers, les 1e et 2e personnes du plu­riel du subjonctif présent sont identiques aux 1e et 2e personnes de l’imparfait de l’in­di­ca­tif. Les seules ex­ceptions sont être, avoir, faire, pouvoir, savoir.

3. Impératif présent

Il est identique à l’in­di­ca­tif présent, sauf pour les verbes du 1er groupe, où la 2e personne du singulier n’a pas d’s (de mê­me le verbe aller) ; être et avoir ont un impératif irrégulier.

chanter : tu chantes → chante !
aller : tu vas → va ! (p. 362 §1)
obéir : tu obéis → obéis     
comprendre : tu comprends → comprends !
avoir : tu as du courage → aie du courage !
être : tu es gentil → sois gentil !

À l’impératif forme affirmative, devant les pronoms en et y en position postposée, on ajoute un s de liaison : Vas-y !, Manges-en ! (p. 362 §1).

4. Imparfait de l’in­di­ca­tif et participe présent

L’imparfait est régulier pour pratiquement tous les verbes. Le radical est celui de la 1e personne du pluriel du présent de l’in­di­ca­tif, sauf pour être. C’est aussi le radical du participe présent :

nous chant-ons → je chantais, chant-ant
nous mangeons → je mangeais, mangeant
nous finissons → tu finissais, finissant
nous pouvons → je pouvais, pouvant
nous faisons → il faisait, faisant etc.

Les seules exceptions sont les formes correspondantes des verbes être, avoir et savoir :

nous sommes → j’étais, étant
avoir : nous avons → j’avais, ayant
savoir : nous savons → je savais, sachant.