Vous êtes ici : Les verbes » La conjugaison des verbes » Verbes du 3e groupe
391. Caratéristiques des verbes irréguliers du 3e groupe

1. Alternance des radicaux

La plupart des verbes du 3e groupe irréguliers se caractérisent par diverses alternances.

a. Alternance vocalique, par exem­ple oi/e ou iè/é ; cette alternance s’explique par l’évolution phonétique : dans les formes brèves, l’accent tonique tombait sur la voyelle radicale qui était souvent modifiée à cause de cela, par exem­ple un [e] bref accentué est devenu [je/jɛ], alors que dans les formes longues en -ons et -ez, l’accent tombait sur -ons et -ez, et la voyelle radicale inaccentuée ne s’est pas modifiée ou pas de la mê­me manière, [e] bref inaccentué est resté [e] :

acquière [akjɛ́ʁ] vs acquérez [akeʁe]

Il peut être utile de se rappeler ce phénomène pour faciliter la mémorisation de certaines formes.

b. Alternance de plusieurs radicaux consonantiques à l’intérieur d’un paradigme de conjugaison, par exem­ple lire : li-/lis-. Cette alternance est souvent associée à une alternance vocalique, par exem­ple boire, avec opposition boi-/boiv-/buv-.

Il existe éga­le­ment des verbes qui ne sont irréguliers qu’aux temps formés sur le radical du passé simple (mettre, naitre) et qui ne demandent pas un grand effort de mémorisation.

Enfin, certains verbes sont caractérisés par la présence d’un seul radical : conclure, rire.

2. Deux systèmes de terminaisons

Les terminaisons des verbes irréguliers du 3e groupe sont les terminaisons normales des verbes réguliers de ce groupe, par exem­ple au présent de l’in­di­ca­tif  s,  s, -t, -ons, -ez,  ent. Cependant, un certain nombre de verbes à radical consonantique se conjuguent au singulier du présent de l’in­di­ca­tif avec les ter­mi­nai­sons vocaliques du 1er groupe : -e, -es, -e. Comme le radical est consonantique, ces formes sont tout à fait nor­ma­les, puisqu’il serait impossible de former par exem­ple cueillir *cueills. Un certain nombre de ces ver­bes ont subi une réduction de leur radical, comparer cueillir cueille mais bouillir bous.

3. Types de verbes irréguliers

On peut classer les verbes du 3e groupe de nombreuses manières. La plus simple serait sans doute l’ordre alphabétique. Mais on peut dis­tin­guer facilement certains groupes de verbes au comportement plus ou moins identique. On a choisi ici de les présenter par ordre d’irrégularité croissant, afin de faire ressortir les analogies entre dif­fé­ren­tes catégories de verbes et de faciliter une mémorisation « intelligente » des for­mes. En effet, on peut facilement classer les verbes irréguliers du 3e groupe selon les formes possibles du radical. Un verbe régulier a normalement deux radicaux conjugués : le radical du présent et le radical du passé simple. À cela on peut ajouter le radical du futur, qui est normalement la mê­me forme que l’in­fi­ni­tif. Les verbes du 3e groupe irréguliers ont ceci d’irrégulier qu’ils ont souvent plus de deux radicaux, ou seulement un seul radical. Les verbes terminés par deux consonnes + ir (servir, mentir), par -aitre, −a/e/oindre et −uire ont une forme courte au singulier du présent de l’in­di­ca­tif (SPI, p. 364) qui est sim­plement une altéra­tion du radical de base devant une terminaison consonantique. On considèrera donc que les verbes ana­logues du 3e groupe (par exem­ple bouillir) dont la seule forme exceptionnelle est cette forme courte au SPI ont fondamentalement un seul radical.

Au total, de ce vaste ensemble de verbes qui semblent tous différents les uns des autres, on peut dégager cinq grandes catégories :

  1. les verbes à un seul radical ; le radical ne varie pas (sauf quelques exceptions mineures, sur­tout au futur, temps qui repose de toute façon sur un radical à part) ; ce sont les verbes en -illir et les verbes du type de rire ;
  2. verbes à un seul radical de base, mais présentant une forme courte au singulier du présent de l’in­di­ca­tif (SPI) ;
  3. verbes à radical en -s- (lire, dire etc.) ;
  4. verbes à alternance i/y (voir, extraire, fuir etc.) ;
  5. verbes à radicaux multiples (vouloir, tenir etc.)

À l’intérieur de chaque catégorie, il y a des exceptions ponctuelles, mais le fonc­tion­nement est identique dans les grandes lignes.

4. Formes mentionnées

Les listes de verbes dans les pages suivantes présentent les formes simples (temps simples et participes) des verbes irréguliers en fonction de la variation du radical. Ces listes ont essentiellement pour objet de faire ressortir les irrégularités (pour faire mieux voir, inversement, les régularités). Les radicaux ir­ré­gu­liers et remarquables ont été indiqués en cou­leur. Pour des tableaux de conjugaison complets, se reporter aux nombreux manuels existants (Larous­se, Bled, Bescherelle, Presses Pocket, etc.). La liste ne men­tion­ne pas :

5. Noms dérivés

Après chaque liste de formes verbales figurent les noms dérivés de ces verbes (des déverbatifs). Ils ont en effet l’intérêt de montrer qu’en général le radical de base qu’on trouve dans le verbe se retrouve dans la forme nominale, mais parfois sous une autre forme ou avec un suffixe variable. En outre, ils permettent d’élargir facilement le vocabulaire en mettant en lumière l’origine du nom et son rapport sémantique avec le verbe de départ, rapport parfois caché par des dif­fé­ren­ces de forme, ou bien auquel on ne pense tout simple­ment pas.