Vous êtes ici : Les verbes » La conjugaison des verbes » Les verbes à pronom réfléchi
401. Verbes essentiellement pronominaux et pronominaux idiomatiques

1. Verbes essentiellement pronominaux

Certains verbes n’existent qu’à la forme pronominale, autrement dit on ne les emploie jamais sans le pronom réfléchi (ou très rarement, souvent dans des emplois figés), sauf au participe passé. Les verbes *enfuir, *souvenir, *envoler, etc., n’existent pas à la forme non pronominale. On appelle ces verbes des verbes essentiellement pronominaux. Le sens du pronom réfléchi s’est obscurci, et il fonc­tion­ne comme une sorte d’élément dérivationnel vide de sens en soi-mê­me, comme y dans on y va ou en dans j’en ai assez (p. 289). Ici, le terme de verbe pronominal est pleinement justifié, car le pronom est une particule verbale qui fait partie du verbe :

s’absenter, s’écrier, s’ensuivre olla seurauksena, s’en aller, s’évanouir hälvetä; mennä tajuttomaksi, s’enfuir lähteä pakoon
s’enquérir de qqch tiedustella, se souvenir, s’abstenir de faire qqch pidättäytyä tekemästä
s’envoler, s’emparer de ottaa haltuun, vallata, s’éprendre de qqn rakastua jkhun
se raviser muuttaa mielensä, s’efforcer, se pâmer pyörtyä, se suicider

Le participe passé de certains de ces verbes (notamment de verbes exprimant le mouvement) peut s’uti­li­ser sans pronom réfléchi dans un sens actif intransitif, comme celui des verbes intransitifs actifs qui uti­li­sent l’auxiliaire être ; mais cela ne concerne que quelques verbes :

Tous mes soucis ? Envolés ! Kaikki huoleni? Poissa!
La douleur ? Évanouie. Kipuko? Hävinnyt.
Où sont passés les prisonniers ? – Tous enfuis !

2. Verbes pronominaux idiomatiques

Un certain nombre de verbes peuvent s’uti­li­ser soit sans pronom réfléchi soit avec pronom réfléchi. Uti­li­sés avec un pronom réfléchi, ils ont souvent un sens complètement différent : on les appelle pour cette raison verbes pronominaux idiomatiques. Dans ces verbes, le contenu sémantique du pronom se est le plus sou­vent ininterprétable. Comparer :

Les deux clubs se disputent la première place du championnat.
Molemmat seurat kilpailevat mestaruudesta.
Les deux amis se disputent.
Ystävykset riitelevät.

Le verbe disputer qqch à qqn signifie tavoitella jtak joltakulta. Dans le premier exem­ple ci-dessus, il s’agit donc d’une cons­truc­tion réciproque (tavoittelevat mestaruutta toisiltaan). Dans le deuxième exem­ple, se disputent n’a évidemment pas le mê­me sens (?? tavoittelevat toista toiseltaan) : il s’agit d’un emploi idioma­ti­que de se disputer, qui signifie « riidellä ». Comparer éga­le­ment :

Grâce à la liaison par satellite, malgré la distance, nous nous entendons parfaitement.
Nos voisins ne s’entendent pas. Naapurimme eivät tule toimeen keskenään
[s’entendre uti­li­sé de façon idiomatique équivaut à tulla toimeen keskenään].

On peut dire que dans le cas des verbes pronominaux idiomatiques, le terme de pronominal est justifié aussi, car le pronom sert d’élément dérivationnel permettant de créer un nouveau verbe. [1]

3. Comparaison

Les exemples ci-dessous présentent une comparaison de verbes employés sans se et employés avec se de façon idiomatique :

rendre palauttaa / se rendre antautua
apercevoir qqch havaita, nähdä / s’apercevoir de qqch huomata, panna merkille
dire qqch sanoa / se dire qqch ajatella
rendre compte de qqch raportoida / se rendre compte de qqch huomata
douter de qqch kyseenalaistaa jtak / se douter de qqch aavistaa jtak  (voir faq p. 402)
mettre laittaa, asettaa / se mettre à faire qqch ryhtyä tekemään jtak
passer mennä ohi / se passer tapahtua
entendre kuulla / s’entendre (avec qqn) tulla toimeen (jkn kanssa)
servir tarjota / se servir de qqch käyttää jtak
disputer (qqch à qqn) tavoitella jtak jklta / se disputer riidellä
retrouver löytää / se retrouver quelque part joutua jonnekin
mêler sekoittaa, hämmentää / se mêler de qqch puuttua jhk
prêter lainata / se prêter à qqch soveltua jhk
dépêcher qqch/qqn lähettää (kiireesti) / se dépêcher (de faire) kiirehtiä (tekemään)
trouver qqch löytää / se trouver sijaita, olla

4. Avec sujet apparent il

Certains de ces verbes s’emploient couramment à la forme impersonnelle avec un sujet apparent il (p. 342), et le sujet réel rejeté après le verbe. C’est souvent le cas de verbes intransitifs :

Des choses gravent se passent. → Il se passe des choses graves (voir faq p. 348).
Un évènement nouveau s’est produit. → Il s’est produit un évènement nouveau.
Un climat nouveau s’est fait jour récemment. → Il s’est fait jour récemment un climat nouveau.

5. Identifier la construction

Derrière des verbes apparemment identiques peuvent se cacher des cons­truc­tions complètement diffé­ren­tes :

Il s’est servi du vin. Hän kaatoi itselleen viiniä.
Il s’est servi du vin pour faire une sauce. Hän käytti viiniä kastikkeen valmistamiseen.

Dans le premier cas, il s’agit du verbe servir (tarjota) employé de façon réfléchie (« servir qqch à soi-mê­me »), qui est suivi du COD du vin (article indéfini massif du et nom vin) : kaataa itselleen viiniä. Dans le deuxième cas, il s’agit du verbe se servir de qqch (käyttää), qui est une uti­li­sation idiomatique de servir avec pronom réfléchi, et du COI le vin. Le mot du est la forme contracte de la pré­po­si­tion de et de l’article défini le. L’article défini si­gni­fie ici qu'on renvoie à un vin connu par exem­ple par référence anaphorique : « le vin qui restait » ou « le vin qui était dans le réfri­gé­ra­teur ».