Vous êtes ici : Les verbes » La conjugaison des verbes » Les verbes à pronom réfléchi
FAQ : Douter/changer vs se douter/se changer

1. Douter de qch vs. se douter de qch

Le couple douter de qch et se douter de qch est source de confusions fréquentes dues à la polysémie du verbe epäillä en finnois :

La dif­fé­ren­ce de sens est donc importante, et malheureusement, elle ne dépend que de la présence ou de l’absence d’un petit mot, le pronom réfléchi, ce qui peut constituer indéniablement une source d’in­cer­ti­tude (voir aussi Sans doute / sans aucun doute faq p. 569). Exem­ples :

Je doute de ses chances de réussite.
Epäilen hänen mahdollisuuksiaan onnistua. / En ole varma, onnistuuko hän.
Je ne doute pas de ses chances de réussite.
En epäile hänen mahdollisuuksiaan onnistua. / Olen varma, että hän onnistuu.
J’en doute. Epäilen sitä.
Je n’en doute pas. En epäile sitä.

Je me doutais de sa réaction.
Aavistin / Osasin odottaa, että hän reagoisi tällä tavalla.
Je ne me doutais pas de sa réaction.
En osannut odottaa, että hän reagoisi tällä tavalla.
Je m’en doutais. Epäilin sitä. / Aavistelin sitä. / Osasin odottaa sitä.
Je ne m’en doutais pas. En osannut odottaa sitä.

Comparer :

Nous nous doutions que le dépouillement de ce corpus ne donnerait pas forcément des résultats tangibles. [On le savait d’avance, et effectivement il n’y a pas eu de résultats.]
Nous doutions que le dépouillement de ce corpus donne des résultats tangibles, mais nous avons pu constater que les données sont bien en corrélation avec les calculs théoriques.
[Au départ, on pensait qu’il n’y aurait pas de résultats, mais il y en a eu.]

Autres exem­ples :

Nous ne doutons pas de la validé des résultats.
Personne ne peut douter de la véracité de ces propos.
Il n’y a pas lieu de douter de la justesse de cette analyse.
Personne ne pouvait se douter de l’importance de cette importance.
[Personne ne savait qu’elle était ou serait importante.]
Personne ne pouvait douter de l’importance de cette invention.
[Tout le monde savait que l’invention était importante et personne ne pouvait dire le contraire.]

Remarque : quand ces deux verbes ont comme complément d’objet une proposition complétive, ils commandent un mode différent dans la complétive, voir p. 654 §1 Rem.) :

Tu te doutes bien qu’ils n’étaient pas très enthousiastes à cette idée.
Je doutais grandement qu’il obtienne gain de cause.

2. Changer ou se changer ?

Le sens réfléchi d’un verbe est souvent marqué en finnois par le suffixe -UtUA ou -ntUA :

pestä → peseytyä, muuttaa → muuttua, lisätä → lisääntyä

Un certain nombre de ces verbes correspondent en français à des verbes à pronom réfléchi, mais il y a aussi beaucoup de ver­bes en -UtUA ou -ntUA qui équi­va­lent en français à des verbes intransitifs simples (non réfléchis), et provoquent souvent des erreurs. Parmi les plus fréquents, il faut faire attention aux suivants :

kääntyä (risteyksessä)tourner se tourner = kääntyä ympäri
muuttuachanger se changer = vaihtaa vaatteet
kutistua (kankaasta)rétrécir se rétrécir = kaveta
punastua rougir pas de forme réfléchie
lisääntyäaugmenter s’augmenter = antaa itselleen palkankorotus
käynnistyä démarrer *se démarrer = inusité
vähentyä / alentuadiminuer se diminuer = vähätellä taitojaan
vähentyäbaisser se baisser = kumartua, kyykistyä
vaihdellavarier *se varier = inusité
kuivuasécher se sécher = kuivattaa itsensä
kaksinkertaistuadoubler se doubler de qqch = olla myös
kolminkertaistuatripler *se tripler = inusité dans ce sens.

Remarque : Tous les verbes dans la colonne centrale se conjuguent avec l’auxiliaire avoir. Voir éga­le­ment la forme de l’auxiliaire des temps composés de disparaitre, paraitre p. 370 §3.

De mê­me, de nombreux verbes à sens intransitif sont souvent uti­li­sés de façon erronée comme des verbes « réfléchis », le plus fréquents étant différer erota, olla erilainen kuin (faq p. 190 §2) :

La littérature pour enfants diffère de la littérature pour adultes sur bien des points. [et non *se diffère]