Vous êtes ici : Les verbes » Valeur des temps, modes et voix  » Le futur
422. L’expression du futur par le présent de l’in­di­ca­tif

1. Futur intrinsèque

Le temps verbal le plus uti­li­sé en français pour exprimer le futur est le présent de l’in­di­ca­tif, dans pra­ti­que­ment 90% des cas. Sur ce point, le français et le finnois se ressemblent. En effet, dans ces langues et dans beaucoup d’autres langues du monde, on n’a généralement pas besoin d’un temps verbal particulier pour exprimer le fait qu’une action se produit dans l’avenir, si un élément quel­con­que du contexte in­di­que l’aspect futur.

Il y a des verbes qui contiennent en eux-mê­mes une idée de futur, autrement dit ils expriment une action dont la réalisation se place forcément dans l’avenir : attendre, rester, continuer etc... Dans ce cas, on n’a pas besoin d’uti­li­ser une autre marque de futur :

Le boxeur est à genoux, mais il continue de se battre !
Ça ne vous dérange pas si je reste là ?
Viens ce soir. Je t’attends.
Le quartier où on habite change et il devient plus propre d’une certaine manière.

2. Futur indiqué par divers indices

Très souvent, le futur est indiqué par des adverbes, des conjonctions, le contexte de la phrase, etc. Si on uti­li­se ces marques de futur avec des verbes qui décrivent un processus représenté comme un processus fermé, avec un début et une fin (on appelle ces verbes des verbes téliques, voir p. 423 §2), le présent de l’in­di­ca­tif suffit pour exprimer l’idée de futur. Dans les exem­ples suivants, le présent à valeur de futur est en bleu, l’indice de futur est en orange :

Ce soir, on va au concert de Rammstein.
Les travaux de rénovation débutent demain.
Essayez ce médicament, vous commencez par un quart de tablette au coucher, vous repassez me voir si ça ne va pas.
On se voit dans une heure ?
On se revoit jeudi, fit savoir l’officier.
Bon, on s’explique une bonne fois pour toutes sur cette question, après je ne t’en parle plus, dit-elle.
Nos voisins reviennent dans huit jours.
Excusez-moi, pouvez-vous me prêter vos jumelles ? Je vous les rends tout de suite.

Dans l’exem­ple suivant, la conjonction et suffit à montrer que le verbe est à comprendre dans un sens de futur, car elle le relie à la condition préalable (il faut rajouter une couche de peinture, après quoi l’action est réalisée) :

Tu ajoutes une couche de peinture, et c’est parfait.