Vous êtes ici : Les verbes » Valeur des temps, modes et voix  » Le futur
423. Le futur simple

1. Un temps nécessaire pour clarifier le sens

Dans le cas de certains verbes et de certains contextes, l’emploi du futur simple est nécessaire pour mar­quer nettement l’idée de futur, pour mar­quer une « rupture temporelle » avec le présent et éviter une mau­vaise interprétation du temps du verbe. C’est le cas par exem­ple avec certains verbes até­liques (voir ci-dessous §2), notamment avec le verbe être :

(1) Avec une ou deux lampes de plus, ce sera très bien.
Vielä pari lamppua lisää ja sitten se näyttää oikein hienolta.
(2) Je suis avec un ami, pas loin de chez vous. On ne sera pas longs. Se ei kestä kauan.
(3) Et tu envisages d’accomplir seul tout ce périple, sans savoir où ça te conduira ?
Ja aiot todellakin suorittaa sen pitkän matkan yksin tietämättä mihin joudut?
(4) Alors, ce serait gentil de laisser une lettre à ta fille, et dis-moi où tu as mis le livret de famille, j’en aurai besoin pour déclarer ta mort à la mairie. [la personne qui dit cela vient de quitter son mari pendant son absence]
Tulen tarvitsemaan sitä, kun ilmoitan kuolemasi kunnantalolla.
(5) Votre adjoint s’en tirera bien, ne vous inquiétez pas.
Apulaisenne tulee pärjäämään ihan hyvin, olkaa huoleti.
(6) Quelque décision qu’il prenne, il sera critiqué.
Minkä tahansa päätöksen hän tekee, häntä tullaan arvostelemaan.

Si on mettait le présent, les phrases auraient un sens différent ou seraient étranges :

(1) Avec une ou deux lampes de plus, c’est très bien.
Nyt kun on laitettu pari lamppua, se on oikein hienoa.
(2) ? On n’est pas longs.
?Se ei yleensä kestä kauan. (ou, plus bizarre : ?Me ei olla pitkiä).
(3) Et tu envisages d’accomplir seul tout ce périple, sans savoir où ça te conduit ?
Ja aiot todellakin suorittaa sen pitkän matkan yksin tietämättä mihin tämä [suunnitelma] sinut vie?
[Ici le verbe conduit au présent renverrait à envisager ; le futur conduira renvoie à l’issue du voyage.]
(4) J’en ai besoin pour déclarer ta mort à la mairie.
Tarvitsen sitä tehdäkseni kuolinilmoituksen kunnantalolla.
[Le présent ici serait comique parce qu’il signifie que la personne à qui on parle est déjà morte.]
(5) Votre adjoint s’en tire bien, ne vous inquiétez pas.
Apulaisenne pärjää ihan hyvin, olkaa huoleti.
(6) Quelque décision qu’il prenne, il est critiqué.
Minkä tahansa päätöksen hän tekee, häntä arvostellaan.
[Avec un présent [il est critiqué], la phrase signifie qu’on critique il chaque fois qu’il prend une décision. Le futur signifie que il n’a pas encore pris de décision, mais que cette décision sera certainement critiquée.]

Dans des cas similaires, le finnois uti­li­se deux procédés différents, le futur périphrastique tulla + forme de verbe en -mAAn ou, plus fréquemment, des adverbes servant à exprimer le futur, comme sitten ou joskus.

2. Verbes téliques et atéliques

Les verbes téliques (du grec télos « fin ») expriment un processus qui a une fin (trouver, construire), tan­dis que les verbes atéliques expriment un processus non fermé (demeurer, être, habiter, marcher, cher­cher). Les ver­bes téliques peuvent être suivis d’un com­plé­ment de temps introduit par en. Comparer :

Il a construit la maison en deux semaines. Hän rakensi talon kahdessa viikossa.
*Il a habité à Brest en deux semaines. *Hän asui Brestissä kahdessa viikossa.

Les verbes atéliques peuvent être suivis d’un com­plé­ment de temps introduit par pendant. Comparer :

Il a marché pendant une heure. Hän käveli tunnin / tunnin ajan.
*Il a trouvé le livre pendant une heure. *Hän löysi kirjan tunnin ajan.

Dans la réalité, les choses sont plus compliquées. Exactement comme pour la représentation mas­sive et la représentation comptable (p. 45 §3), c’est le mode de représentation du verbe qui est télique ou até­li­que, pas le verbe en lui-mê­me, et la télicité varie aussi en fonction du contexte ou de la structure de la phrase. Cet­te notion de télicité recoupe partiellement, au moins en finnois, l’idée de perfectif-résultatif (hän ra­ken­si talon/hän rakensi taloa).