Vous êtes ici : Les verbes » Valeur des temps, modes et voix  » Le futur
427. Valeurs non temporelles du futur périphrastique

1. Généralités

Quand le présent suffirait à exprimer le futur, l’uti­li­sation du futur périphrastique apporte des précisions sur la valeur pragmatique de l’énoncé (prédiction, engagement, etc.) ; comme le futur simple, le futur périphrastique indique toujours une distan­ce entre le locuteur et son énoncé. Du point de vue de l’ap­pre­nant finnophone de FLE, on peut souligner les caractéristiques suivantes :

2. Certitude

Alors que le futur simple indique une rupture temporelle nette entre le présent et le temps de l’action en­vi­sa­gée, le futur périphrastique exprime le fait que l’action future reste liée au présent. Le locuteur a donc en quelque sorte un plus grand pouvoir d’influence sur une action exprimée par le futur périphrastique que sur une action au futur simple. Le futur périphrastique peut ainsi exprimer une certi­tude :

Vous allez voir, elle va vous dire que c’est elle qui commande ici.
Et puis le fil, imagina-t-il, il va falloir un fil sur cet interrupteur. Il va se voir, ce fil. Ça va être minable.
L’analyse n’est rien, répondit l’autre, c’est l’affaire d’un jour ou deux. Ce qui va prendre du temps, c’est voir si ça concorde avec le rapport de Ratine.
Le colonel est sorti un moment, dit Fernandez en désignant le pavillon, il est là-dedans. Il ne va pas tarder.
C’est l’œuvre d’un dessinateur finlandais que j’ai oublié, mais dont je vais retrouver le nom, c’est évident.

3. Intention, projet

Le futur périphrastique exprime aussi une intention liée au locuteur, un intérêt subjectif. Alors que le futur simple marque l’engagement, le futur périphrastique marque plutôt l’intention, le projet. La valeur d’in­ten­tion du futur périphrastique est généralement rendue en finnois par aikoa tehdä, olla tarkoitus :

Je te rassure, on ne va pas travailler tout le temps.
Mais on ne va pas vous déranger plus longtemps.
Oui je pense que je vais faire encore cette conférence en Grande-Bretagne et puis après, je vais changer de sujet.
Asseyez-vous, dit-il ensuite, vous allez bien prendre quelque chose. Un petit verre de vin ? Je vais essayer de vous expliquer ça en allant lentement.

Par rapport au présent, qui peut marquer la réalisation immédiate (futur immédiat), le futur périphrastique introduit une distance, un léger facteur d’incertitude. Comparer :

Alors, ce rapport, ça vient ?
(1) – Oui je le fais, je le fais.
(2) – Oui, je vais le faire.

Dans la réponse (1), le locuteur indique que la rédaction du rapport a pour ainsi dire déjà commencé (mê­me si ce n’est pas le cas dans la réalité) et que la rédaction est seulement une question de temps. Dans la réponse (2), la rédaction du rapport n’a pas encore commencée, elle se trouve re­tar­dée par rapport au présent et reste au stade de l’intention.

Ainsi, il y a une nette dif­fé­ren­ce entre ces deux questions si on les pose par exem­ple le matin :

(1) Qu’est-ce que tu fais ce soir ? Mitä teet illalla? [valeur temporelle]
[2] Qu’est-ce que tu vas faire ce soir ? Oletko nyt päättänyt, mitä teet illalla? Mitä meinaat tehdä illalla?

Cette phrase est un cas typique dans lequel les apprenants FLE fin­no­pho­nes ont tendance à abuser du futur périphrastique. Comme le soir est proche du moment de l’énonciation, influencés par le terme de futur proche/lähifutuuri uti­li­sé dans les grammaires, les apprenants concluent qu’il faut uti­li­ser la forme en aller + in­fi­ni­tif. Or, posée par exem­ple le matin, la question qu’est-ce que tu vas faire ce soir ? implique que ce qu’on va faire le soir est le résultat d’une décision ou que cela a été débattu anté­rieu­re­ment et est resté en suspens. Si on pose la question le soir, elle peut aussi renvoyer à un véritable futur proche, à quelque chose qui va se produire dans peu de temps, sans nuance d’intention particulière. Mais celle-ci peut encore être présente dans la question, mê­me juste avant l’action en question, si cette action a fait l’objet d’une énonciation antérieure.

4. Injonction

Le futur périphrastique peut également exprimer une injonction (kehotus) plus ou moins forte ou plus ou moins polie :

Maintenant vous allez prendre votre livre et vous allez lire les pages 23 et 24. Ensuite, je vous poserai des questions.
Vous allez tous prendre vos affaires et vous allez sortir sans faire de bruit.
Tu vas me faire le plaisir de ranger ta chambre ou ça va barder !
Vous allez arrêter vos histoires, oui !?
Maintenant, monsieur Clair, dit-il en abaissant le canon de son arme, vous allez vous laisser faire par le docteur. Sinon je tire sur un de vos pieds et il faudrait ensuite vous laisser faire par le docteur, de toute façon.
Maintenant tu vas arrêter de me casser les pieds, sinon je ne pars pas avec toi en voyage.