Vous êtes ici : Les verbes » Valeur des temps, modes et voix  » Le futur
429. Résumé

Pour résumer les dif­fé­ren­tes valeurs du futur simple et périphrastique en français, on peut comparer les nuances qui existent entre les trois énoncés suivants :

(1) Je me marie l’an prochain.
(2) Je vais me marier l’an prochain.
(3) Je me marierai l’an prochain.

En fonction du contexte, chaque énoncé peut s’interpréter d’une ou de plusieurs manières :

  1. a une pure valeur temporelle. Je annonce qu’il se marie et que ce sera l’an prochain, ou bien la nouvelle du mariage est déjà connue et je indique simplement l’époque où cet évènement aura lieu.
  2. exprime une intention, un projet ;
  3. indique un engagement, une promesse ; cet énoncé pourrait faire penser que, pour diverses rai­sons, je n’a pas le temps de se marier cette année et qu’il remet son mariage à l’année suivante.

Ces énoncés sont caractérisés par le fait qu’ils comportent un indice temporel qui précise l’époque où l’évènement se produit (l’an prochain). Malgré cet indice temporel, on voit que le futur simple et le futur périphrastique dans les énoncés (2) et (3) ne sont pas redondants, car la fonction de ces temps dans ces deux cas n’est pas avant tout d’exprimer le futur. En finnois, on pourrait suggérer les équi­va­lents sui­vants :

(1) Menen naimisiin ensi vuonna.
(2) Aion mennä naimisiin ensi vuonna / Minun on tarkoitus mennä naimisiin ensi vuonna.
(3) Menen sitten naimisiin ensi vuonna.