Vous êtes ici : Les verbes » Valeur des temps, modes et voix  » Le subjonctif
431. Généralités

1. Le mode de la subordination

Le subjonctif est un mode qui est source d’erreurs et d’incertitudes mê­me chez les francophones. Dans de nombreuses grammaires, le subjonctif est présenté comme un mode indiquant un certain nombre de « nuances », de « valeurs » plus ou moins clairement définies et, bien souvent, subjonctif se confond avec subjectif. Le plus simple pour l’apprenant FLE est de retenir que le subjonctif exprime essentiellement une relation de subordination, ce qui était sa fonction en latin. Au cours de l’évolution du latin vers le français, l’emploi du subjonctif est devenu moins systématique, l’évolution phonétique et l’analogie ont fait que dans de nombreux cas le subjonctif a été remplacé par l’in­di­ca­tif. Dans les autres langues ro­ma­nes, en italien par exem­ple, le subjonctif est beaucoup plus fréquent dans les complétives qu’en français. L’emploi du subjonctif en français se laisse assez facilement circonscrire à un certain nombre de cas, d’où on peut exclure toute subjectivité, ce qui permet de proposer un ensemble de règles relativement faciles à retenir pour le non francophone.

Le subjonctif permet par exem­ple d’opposer les deux phrases J’entends qu’il a obtenu son bac (Kuulin, että hän on päässyt ylioppilaaksi) et J’entends qu’il obtienne son bac (Edellytän, että hän saa ylioppilastutkintonsa). Il n’y a pas lieu de chercher une nuance particulière dans la phrase avec subjonctif : la dif­fé­ren­ce de mode est tout simplement le signe que le verbe de la principale entendre n’a pas la mê­me signification dans l’une et l’autre phrase, un peu comme un nom ou une phrase peut changer de sens uniquement en fonction de l’article uti­li­sé devant le nom (défini, indéfini).

2. Autres emplois

Bien que le subjonctif soit fondamentalement le mode de la subordination, il s’uti­li­se éga­le­ment, dans un certain nombre de cas particuliers, en dehors de la subordination, dans des propositions indépendantes ou principales.

L’emploi du subjonctif dans les propositions sub­or­don­nées est étudié en détail dans ce site sous chaque point concerné. Les règles sont résumées ici et présentées sous forme de synthèse. Pour plus de détails, se reporter aux chapitres indiqués dans les pages suivantes.

431. Conjonctions et cons­truc­tions suivies du subjonctif (sub­or­don­nées cir­cons­tan­cielles)
concessionbien que, quoique, encore que, quitte à ce que, quelque … que, si … que, pour … que, qui que..., où que..., quoi que..., quel … que, quelque … que, sans que
causenon que, soit que… soit que, ce n’est pas que
butpour que, afin que, de façon que, de manière (à ce) que, de sorte que, de peur que, de crainte que
conséquencetrop … pour que, assez pour que, à ce point … que, tel … que
tempsjusqu’à ce que, d’ici (à ce) que, du plus loin que, avant que, en attendant que
conditionà supposer que, en supposant que, en admettant que, pourvu que, pour peu que, si tant est que, pour autant que, soit que... soit que, à condition que, à moins que