Vous êtes ici : Les verbes » Valeur des temps, modes et voix  » Le passif
440. La voix passive : généralités

1. Différences français-finnois

Le passif français diffère notablement du passiivi finnois, car en finnois, le passiivi n’a pas de sujet. En fran­çais, l’objet d’un verbe transitif direct actif peut devenir le sujet d’un verbe au passif, et le sujet du verbe actif devient alors le com­plé­ment d’agent :

Rossini a composé le Barbier de Séville en 1816.
Le Barbier de Séville a été composé par Rossini en 1816.

En finnois, cette transformation est impossible, car le passiivi est une forme impersonnelle. Le passif français peut se rendre en finnois par exem­ple en variant l’ordre des mots :

Rossini sävelsi Sevillan parturin. Rossini a composé le Barbier de Séville.
Sevillan parturin sävelsi Rossini. Le Barbier de Séville a été composé par Rossini.

En général, le passiivi finnois se rend en français par un verbe actif ayant comme sujet on (cependant, ne pas abuser de on, voir p. 337 §1), par des verbes à pronom réfléchi, ou par un verbe à la forme passive :

Leipä ostetaan Ranskassa vielä usein leipurilta.
En France, on achète encore souvent le pain chez le boulanger.
Juustoa syödään yleensä aterian lopussa.
Le fromage se mange en général à la fin du repas.
Tähän rakennetaan uusi kirjasto.
Une nouvelle bibliothèque va être construite ici.

2. Aux temps composés

Les temps composés du passiivi peuvent se rendre facilement en français par un passif :

Hänet on siirretty teho-osastolle. Il a été transporté en réanimation.
Tapausta on kommentoitu useaan otteeseen. L’affaire a été commentée à plusieurs reprises.

Se rappeler cependant que le passiivi n’a pas de sujet : hänet et tapausta sont l’objet du verbe.

Pour rendre en finnois le passif français à un temps composé, on peut aussi uti­li­ser le 3e in­fi­ni­tif :

La symphonie Kullervo a été composée par Sibelius. Kullervo-sinfonia on Sibeliuksen säveltämä.
L’histoire a été inventée par un ami à moi. Juttu on erään ystäväni keksimä.