Vous êtes ici : Les verbes » Valeur des temps, modes et voix  » Le passif
444. Verbe transitif direct obligatoire

1. Seul un verbe transitif direct peut se mettre au passif

Le verbe ne peut être employé au passif que si c’est un verbe n’uti­li­sant pas un pronom réfléchi et s’il a un objet direct (verbe transitif direct) :

Le censeur remplacera le proviseur, qui est malade. →
Le proviseur, qui est malade, sera remplacé par le censeur.
Un groupe de touristes a retenu tout le restaurant. →
Le restaurant a été retenu par un groupe de touristes.

Si le verbe est transitif in­di­rect, autrement dit s’il régit son objet par l’intermédiaire d’une pré­po­si­tion (à, de, contre etc., voir p. 205), il est impossible d’en faire le sujet d’un verbe passif et, donc, d’uti­li­ser le verbe au passif :

Le ministère de l’Éducation nationale réfléchit à une réforme du baccalauréat.
Opetusministeriö harkitsee ylioppilastutkinnon uudistusta.

Dans cette phrase, il est impossible de mettre le verbe réfléchir à au passif (**une réforme est réfléchie par le ministère, totalement agrammatical). Si, dans cet exem­ple, on veut employer une forme passive, la seule solution est de changer de verbe, et d’uti­li­ser par exem­ple envisager (harkita, suunnitella), qui est transitif direct :

Le ministère de l’Éducation nationale envisage une réforme du baccalauréat. →
Une réforme du baccalauréat est envisagée par le ministère de l’Éducation nationale.
Opetusministeriö harkitsee ylioppilastutkinnon uudistusta.

De mê­me, il est impossible de transformer l’objet direct d’un verbe réfléchi en sujet du verbe au passif, mê­me si ce verbe a par ailleurs une forme non réfléchie qui est transitive directe :

Les enfants se rappellent très bien leurs arrière-grands-parents. [transformation passive impossible]

La raison en est que si un verbe à pronom réfléchi a un com­plé­ment d’objet direct, le pronom réfléchi indique tou­jours un objet in­di­rect : il se (COI) rappelle son grand-père (COD) serait au passif *son grand-père est rap­pelé par lui à lui.

Remarque : Le verbe impersonnel il faut ne peut pas être transformé en passif, puisque ce n’est pas un verbe transitif direct (voir p. 349).

2. L’objet in­di­rect ne peut pas devenir sujet du verbe au passif

Dans les exem­ples suivants, le passiivi ne peut pas se traduire par un passif français, car cela reviendrait à transformer l’objet in­di­rect du verbe français en sujet du passif :

Ainolle annettiin lahjaksi skootteri. = On a offert un scooter à Aino.
[Et non : **Aino a été offert un scooter, ou, pire : **Aino a été offerte un scooter].
Ministeriä kehotettiin eroamaan. = On a conseillé au ministre de démissionner. [conseiller à qqn]
[Et non : **Le ministre a été conseillé de démissionner.]
Häntä ajatellaan usein suurena uudistajana. = On pense souvent à lui comme un grand réformateur. [penser à] ou bien : Il est souvent vu comme un grand réformateur.
[Et non : **Il est souvent pensé comme un grand réformateur]
Hänet pyydetään sisään. = On lui demande d’entrer. [demander à qqn]
[Et non : *Il est demandé d’entrer.]

Ces cons­truc­tions impossibles en français sont tout à fait normales en anglais, ce qui aug­men­te encore le risque d’erreurs. Exem­ples d’erreurs relevées dans des travaux d’étudiants :

La production orale dans l’enseignement de langues étrangères *a été accordée assez peu d’attention.
Les élèves *ont été demandés à colorier ou dessiner des images.
Les élèves sont conseillés d’utiliser les expressions listées sur les pages de couverture.
Ce manuel présente pourtant de nombreux exercices dans lesquels les élèves *sont conseillés d’utiliser les mains.
Un test d’expression orale *a été essayé d’insérer dans l’examen du baccalauréat.
[traduction quasi directe du finnois on pyritty sisällyttämään]

3. Exceptions

Cependant, le COD du verbe prier (pyytää) dans la cons­truc­tion prier qqn de faire qch peut être mis au passif :

Teitä pyydetään sisään. Vous êtes prié d’entrer.

De mê­me, le COI des verbes obéir et pardonner (obéir à quelqu’un, pardonner à quelqu’un), peut devenir le sujet du passif :

Vous êtes pardonné. Annan teille anteeksi.
Le surveillant veut être obéi sans discussion.

En effet, autrefois (encore au XVIIe siècle, donc en français classique) les verbes obéir et par­donner étaient transitifs directs. Cette cons­truc­tion survit au passif, bien que, depuis, à la for­me active, ces verbes soient devenus transitifs in­di­rects se construisant avec la pré­po­si­tion à.

4. À noter !

Il faut faire attention aux verbes qui peuvent avoir plusieurs structures de com­plé­mentation et plusieurs sens. En fonction de ces dif­fé­ren­tes structures, le passif est soit possible, soit non. Le verbe demander en est un bon exem­ple, car il provoque souvent des confusions :

demander + COD : pyytää, passif possible

demander une autorisation pyytää lupa → L’autorisation a été demandée. Lupaa on haettu.
Ce produit est très demandé. Tämä tuote on hyvin kysytty.

demander + COD : pyytää jotakuta, passif possible avec le COD :

On demande M. Martin. → M. Martin est demandé à l’accueil. Hra Martinia pyydetään vastaanottoon.

demander + COD + COI : kysyä joltakulta, passif possible avec le COD :

demander un avis à qqn → Un avis a été demandé à un spécialiste. Lausunto pyydettiin asiantuntijalta.

mais passif impossible avec le COI :

*Le spécialiste a été demandé un avis. Asiantuntijalta pyydettiin lausunto.

Cette phrase ressemble beaucoup au finnois (et surtout à l’anglais, voir ci-dessus §2), mais elle est tout à fait agrammaticale en français. En revanche, on peut uti­li­ser une cons­truc­tion inversée avec il im­per­son­nel : Il a été demandé un avis à un spécialiste (Lausunto on pyydetty asiantuntijalta), qui est sim­ple­ment une variante avec il sujet apparent de l’exem­ple Un avis a été demandé à un spécialiste, voir p. 450.