Vous êtes ici : Les verbes » Valeur des temps, modes et voix  » Le passif
453. L’auxiliaire de passivation se voir

1. Mécanisme

Les verbes transitifs in­di­rects (construits avec un COI) ne peuvent normalement pas être mis à la forme passive. Il est cependant possible de « passiver » les verbes à deux objets (COD + COI) et d’effacer l’agent en uti­li­sant la cons­truc­tion avec le semi-auxiliaire se voir, grâce auquel le COI peut être transformé en sujet d’une cons­truc­tion in­fi­ni­tive, sur le modèle de transformation sui­vant :

On verbe cod à coi sujet coi se voir verbe in­fi­ni­tif cod
On a offert un livre à Marc. Marc s’ est vu offrir un livre.

Exem­ples :

(a) Pour ses cinquante ans, on a offert à Richard une paire de rollers. →
Pour ses cinquante ans, Richard s’est vu offrir une paire de rollers.
Viisikymmentävuotispäiväksi hänelle annettiin rullaluistimia.
(b) On lui a refusé l’entrée. → Elle s’est vu refuser l’entrée. Häntä ei päästetty sisään.
(c) On leur a retiré le permis pour six mois. → Ils se sont vu retirer le permis pour six mois. Heidän ajokorttinsa pantiin hyllylle puoleksi vuodeksi.

Autres exem­ples :

Ce sont éga­le­ment tous les membres de cette association qui, s’ils s’étaient vu attribuer le marché en cause, auraient eu l’obligation de signer le contrat.
Les langues anciennes, d’abord condamnées pour avoir servi d’instrument de sélection, se sont vu reléguer depuis des lustres dans la marge de l’enseignement secondaire, comme un luxe à démocratiser si possible, comme un caviar accessible aux plus riches des pauvres.

Le pronom réfléchi se est le complément d’objet indirect. Dans la phrase (b), le pronom réfléchi se renvoie au sujet. On peut paraphraser la phrase en finnois ainsi : hän totesi itseltään evättävän sisäänpääsy et non « hän totesi itsensä epäävänsä... ». C’est pourquoi le participe ne s’accorde pas, car le pronom se n’est pas le sujet de l’infinitif (contrairement aux constructions infinitives, voir p. 493 §5).

Malgré son caractère surprenant pour l’apprenant de FLE [1], cette cons­truc­tion est très fréquente. Par rap­port à on, elle souligne lé­gè­re­ment le caractère inattendu de l’évènement : le COI devenu sujet se re­trou­ve impuissant (« passif », au sens où on l’entend dans la langue courante) dans la situation exprimée par le verbe, mais le ver­be voir n’y a cependant pas vraiment de valeur sémantique propre, il devient un simple auxiliaire de pas­sivation. Ne pas traduire en uti­li­sant nähdä !

Erreurs fréquentes […]

Cette construction n’est pas surprenante seulement pour les apprenants FLE. Bien des francophones ne la comprennent pas réellement, et la grande majorité d’entre eux l’assimilent probablement aux verbes de perception (elle s’est vue tomber), ou tout simplement ignorent la règle. On trouve ainsi de nombreux cas d’accord « fautif », par exemple :

[En raison d’un bug informatique] Un grand nombre de pilotes [de la compagnie American Airalines] se sont vues collectivement attribuer des vacances à la place de leur planning de vol [normal] pour la fin de l’année. «Nous travaillons activement à régler ce problème et nous devrions éviter des annulations pendant cette période de vacances», a toutefois assuré la compagnie. [LeFigaro 30.11.2017]

2. Avec agent exprimé

On trouve aussi cette cons­truc­tion employée avec un agent exprimé. Elle sert alors à thématiser tel ou tel élément de l’énoncé, et l’agent est présenté comme un simple exécutant :

Trois anciens combattants se sont vu remettre des médailles par le colonel Kopp lors de la cérémonie anniversaire de la Victoire du 8 mai. [trois anciens combattants devient le thème]
Tous les candidats au bénéfice d’une admission provisoire (permis F) se sont vu accorder par l’Office des migrations l’autorisation de solliciter, auprès des autorités cantonales compétentes, un visa de retour [Tous les candidats... devient le thème].

Comparer avec les phrases à structure active normale :

Le colonel Kopp a remis des médailles à trois anciens combattants lors de la cérémonie anniversaire de la Victoire du 8 mai. [on soulignerait ainsi le rôle du colonel Kopp]
L’Office des migrations (ODM) a accordé à tous les candidats au bénéfice d’une admission provisoire (permis F) l’autorisation de solliciter, auprès des autorités cantonales compétentes, un visa de retour. [le thème de la phrase serait ainsi le rôle de l’ODM]

3. Exemple de variantes possibles

On peut donc traduire la phrase Osallistujille suotiin suuri etuoikeus/Heille suotiin suuri etuoikeus (p. 450) de trois manières dif­fé­ren­tes :

(a) avec on et un verbe actif :

On a accordé un grand privilège aux participants.
On leur a accordé un grand privilège.

(b) avec un passif impersonnel :

Il a été accordé un grand privilège aux participants.
Il leur a été accordé un grand privilège.

(c) avec l’auxiliaire se voir :

Les participants se sont vu accorder un grand privilège.
Ils se sont vu accorder un grand privilège.

La différence entre (a) et (b) est la présence de on, un « agent » inconnu, qui est effacé dans (b). La dif­fé­ren­ce entre (b) et (c) est que dans (b) le propos est les participants, tandis que dans (c), c’est un grand privilège.