Vous êtes ici : Les verbes » Infinitif, participe et gérondif » L’infinitif
467. L’in­fi­ni­tif sujet réel de cons­truc­tion impersonnelle

1. Identification de la cons­truc­tion

Les cons­truc­tions avec sujet réel postposé du type il est normal de faire, c’est nom/adjectif de faire sont souvent interprétées par les apprenants FLE (et probablement un grand nombre de locuteurs fran­co­pho­nes) de façon erronée comme une cons­truc­tion où l’in­fi­ni­tif serait le « com­plé­ment » de l’adjectif ou du nom. En réalité, ce sont simplement des versions avec inversion du sujet et uti­li­sation d’un pronom ap­pa­rent (voir p. 340 et p. 342) d’une phrase qui peut être rétablie dans un ordre normal, en replaçant le sujet de­vant le verbe :

Il serait difficile de refuserRefuser serait difficile.
C’est vilain de mentirMentir est vilain.
Ça aurait été scandaleux d’accepter. → Accepter aurait été scandaleux.
C’est une chance extraordinaire de faire ce voyage. → Faire ce voyage est une chance extraordinaire.

Plus d’exemples…

Il est étrange d’affirmer une telle chose. → Affirmer une telle chose est étrange.
Il est peu fréquent de rencontrer cette tournure. → Rencontrer cette tournure est peu fréquent.
Il aurait été scandaleux d’accepter. → Accepter aurait été scandaleux.
Il est recommandé de se faire vacciner.→ Se faire vacciner est recommandé.
Il est interdit de fumer dans les lieux publics. → Fumer dans les lieux publics est interdit.
Il semble difficile d’obtenir des renseignements fiables sur la situation politique de ce pays. → Obtenir des renseignements fiables sur la situation politique de ce pays semble difficile.
Cela m’arrangerait beaucoup de pouvoir faire cette conférence plus tard. → Pouvoir faire cette conférence plus tard m’arrangerait beaucoup.
Cela m’attriste profondément de voir cette maison dans un état pareil. → Voir cette maison dans un état pareil m’attriste profondément.

Les pronoms il ou ça/cela/ce sont uniquement des sujets apparents qui indiquent la personne verbale (p. 342). L’in­fi­ni­tif est le sujet réel du verbe. La forme du pronom uti­li­sé comme sujet apparent (il, ce, cela, ça) varie selon les cas, voir ci-dessous §2.

Comme dans les cas examinés dans les pages précédentes, l’in­fi­ni­tif sujet rejeté après le verbe est précédé du subordonnant de. Quand l’in­fi­ni­tif sujet est avant le verbe, dans la langue courante moderne il n’est pas précédé d’un subordonnant. L’uti­li­sation du subordonnant en tête de phrase reste possible dans la lan­gue soutenue, mais elle est rare (p. 469 §1). Dans la cons­truc­tion avec ordre normal des mots, le mot il / ça / cela sujet apparent qui sert de marque de 3e personne dans la cons­truc­tion inversée est évi­dem­ment inutile, puisque le verbe a un sujet.

Remarque : sur la pronominalisation de ces groupes in­fi­ni­tifs, voir p. 473.

2. Types de pronom sujet apparent

Il existe trois cas d’emploi de la cons­truc­tion dans laquelle l’in­fi­ni­tif est sujet réel du verbe. Chacun de ces cas diffère par la forme du pronom apparent uti­li­sé devant le verbe. Ces cas sont résumés dans le tableau suivant et commentés en détail dans les pages suivantes.

467. Les formes du pronom apparent dans la cons­truc­tion impersonnelle avec in­fi­ni­tif sujet
Cas Variante Pronom verbe attribut sujet réel
1. langue écrite Il être adjectif de in­fi­ni­tif
Langue courante C’ être adjectif de in­fi­ni­tif
2. Devant est, était etc. C’ est groupe nominal, proposition de in­fi­ni­tif
Devant certaines
formes d’être
Ce / Ça sera/serait etc. groupe nominal, proposition de in­fi­ni­tif
3. langue courante Ça    autre verbe de in­fi­ni­tif
langue écrite Cela    autre verbe de in­fi­ni­tif